G7 : entre l’offensive capitaliste et la guerre économique

Gonzalo Fernández Ortiz de Zárate, Rebelión, 15 août 2017

Le capitalisme manque d’un centre opérationnel. Il n’existe pas de commandement unifié, d’espace dans lequel les agendas, les politiques et les récits sont clairement définis pour la défense de leurs valeurs et de leurs intérêts. Cela étant vrai, il est également vrai qu’au-delà d’une structure de pouvoir complexe et bien huilée à l’échelle mondiale, d’une inertie et d’un dynamisme civils bien établis, le système actuel comporte de multiples forums et réunions dans lesquels: Les élites mondiales débattent, affinent leurs stratégies et règlent leurs différends face à des situations changeantes, géographiquement dans des moments critiques comme celui d’aujourd’hui.

Ce sont des espaces permanents et périodiques, mais toujours structurés – les sommets ne sont que la partie visible de l’iceberg de processus d’interaction public-entreprise beaucoup plus stables et opaques – qui, bien qu’ils ne donnent pas lieu à des décisions formelles – depuis la mondialisation néolibéral est actuellement basé sur un modèle de gouvernance diffuse, hybride et multi-niveaux, ils marquent la ligne, définissent le cadre du véritable programme capitaliste, définissent les priorités et homogénéisent l’imaginaire. Ils deviennent ainsi des événements de grande importance et de poids politique, renforçant le pouvoir et la force de leurs organisateurs non seulement pour imposer le récit adouci des déclarations finales, mais surtout pour le courant froid et clandestin qui traverse ces réunions, formé par des engagements secrets ou opaque, qui seulement à l’époque fera surface à la surface sous la forme de politiques et de positions.

Le G7 est sans aucun doute l’un de ces espaces. Avec le G20, le Forum économique mondial (également appelé Forum de Davos), le club Bilderberg, les comités mixtes des accords commerciaux les plus importants, les réunions organisées par les principaux groupes de pression, les plans du Pentagone et d’autres structures militaires, Sommets d’organisations régionales et multilatérales, des milliers de groupes de réflexion et de centres de connaissances, etc. Ils forment ainsi un réseau dense et complexe, dont nous pourrions classer les composants en fonction de leur poids politique, de leur portée internationale ou de leur composition, principalement publics et / ou privés. Cependant, le concept de pouvoir des entreprises, qui fait référence à l’articulation de grandes entreprises, d’institutions publiques et d’organisations multilatérales pour la défense du programme de marchandisation capitaliste, met précisément en valeur sa logique de réseau: nous assistons donc à une architecture globale très solide , à la fois officielle et para-officielle, qui et construit les intérêts des élites mondiales en approuvant, légitimant et imposant leur programme et leur histoire à tout moment.

Quoi qu’il en soit, le G7 revêt aujourd’hui une importance particulière dans ce modèle de gouvernance capitaliste. Pour une double raison, comme cela sera évident lors du prochain sommet qui se tiendra à Biarritz, ville basco-française, entre le 24 et le 26 août. Tout d’abord, pour le moment critiqueque le capitalisme traverse, incapable de trouver des voies stables de maximisation du profit, dans un contexte s’ajoutant à l’effondrement écologique – ce qui l’oblige à essayer de se développer avec moins de ressources matérielles et énergétiques – et à une vulnérabilité climatique, financière et sociale croissante. Cette fin de la vague capitaliste, dans un scénario très incertain et sans précédent dans l’histoire du capitalisme, souligne la pertinence de la réunion d’une partie très significative des principales économies de la planète (États-Unis, Japon, Allemagne, Canada, Italie, Royaume-Uni). et la France, aux côtés des présidents du Conseil et de la Commission de l’Union européenne). Ceux-ci sont confinés, pour sauver le système et les élites, pour tenter de surmonter le moment critique actuel en accentuant l’offensive capitaliste en herbe,

Deuxièmement, le G7 renforce son importance en excluant la Chine de ses délibérations, alors que, comme dans toutes les crises profondes d’accumulation capitaliste, le consensus intra-élite se fissure et conduit à des situations de guerre économique entre blocs. Précisément, la guerre tarifaire, commerciale, financière et technologique entre les États-Unis et la Chine est plus qu’évident, et le G7 devient un espace stratégique pour tenter de retrouver le  » consensus occidental  » autour de cette lutte économique et géopolitique, malgré les différences entre le capitalisme plus unilatéral que représente Trump – auquel il rejoint maintenant le britannique Johnson – et le capitalisme de la rhétorique universaliste protégé par Macron ou Trudeau.

Par conséquent, ces deux phénomènes – la guerre économique contre la classe ouvrière et la planète, d’une part, la guerre économique entre blocs, de l’autre – dans le cadre d’un conflit sur l’hégémonie de l’agenda capitaliste entre nuances plus universalistes ou unilatéralistes, seront ceux qui marqueront l’identité du sommet du G7 qui se tiendra à Euskal Herria.

Bien entendu, le compte rendu officiel, l’agenda prévu et la déclaration finale ne le rendront pas explicite. Il faut lire entre les lignes, analyser leur contenu à partir de cette approche globale, comprendre ce qui n’est pas dit. Officiellement, le sommet se concentrera sur la lutte contre les inégalités: réduire les écarts sociaux – en particulier entre les sexes -; favoriser le commerce et l’investissement pour tous; mettre fin à l’insécurité et à la menace terroriste; Renforcer la lutte contre le changement climatique. Toutefois, si nous examinons le contexte mondial, ainsi que les intérêts réels des gouvernements participants et de leurs alliances, le véritable programme – ainsi que l’échec ou le succès possible du Sommet – repose sur trois questions qui définissent leurs débats possibles. : Comment soutenir le capitalisme à ce moment critique? Comment pouvons-nous arrêter la Chine tout en maintenant la primauté de l’Occident? Un minimum de consensus est-il possible entre les aspects capitalistes actuels des États-Unis et de l’UE?

Dans ce cadre plus réaliste, d’autres thèmes seront au centre des débats et sous-tendent l’histoire officielle: la possibilité de reprendre les discussions en vue de l’approbation d’un nouvel accord commercial entre les États-Unis et l’UE (TTIP 2.0), pour lequel un mandat existe déjà. Européenne, ce qui générerait le plus grand marché du monde en dehors de la Chine – ce qui ajouterait à ce que l’UE a déjà avec le Japon et le Canada -; la guerre autour de l’ économie numérique , dans un conflit impliquant fondamentalement des entreprises américaines et chinoises. De cette façon, les conséquences générales de l’aggravation de la guerre économique, ou des problèmes tels que celui du taux de Google – qui nuiraient à la grande technologie. Les Américains comme Facebook, Amazon ou Google / Alphabet – marqueront le sens des conversations; le brexit peut-être l’une des questions fondamentales du Sommet, devenir aujourd’hui l’un des piliers du différend américano-européen ou, de même, le débat intercapitaliste; et, enfin, le contrôle social et la lutte contre le terrorisme , qui englobe toutes les formes de réaction sociale du Venezuela et de l’Iran, pour lesquelles il est prévu d’approfondir la logique de sécurité et de démanteler les libertés, y compris du Main des grandes entreprises numériques.

Le défi n’est donc pas simple: permettre une reproduction stable du système, renforcer l’alliance entre les élites européennes et américaines, tout en légitimant socialement les mesures à adopter dans des contextes très différents, c’est comme essayer de concorder. En tout état de cause, si les débats aboutissent ou échouent, les grands démunis du Sommet seront les grandes majorités sociales et la planète dans son ensemble, car l’offensive capitaliste naissante nous conduit à l’abîme social et à l’effondrement écologique.

C’est précisément pour cette raison que de nombreuses organisations sociales basques, françaises et internationales souhaitent manifester leur profond refus du G7. Ainsi, la plate-forme basque G7 Ez¡ et le groupe international Alternatives G7ont organisé ensemble un programme qui vise non seulement à faire dérailler le train des élites capitalistes réunies à Biarritz, mais également à servir de lieu de rencontre entre des activistes internationalistes de différentes latitudes, ainsi que de rendre visible le Alternatives possibles à ce système en fuite. Ce sera à Hendaye et Irun, du 21 au 23 août, un contre sommet sous le slogan  » Défendre nos alternatives « qui, sur la base de 7 axes thématiques (grandes entreprises, environnementalisme, féminisme, diversité, démocratie, anti-impérialisme et suppression des frontières) développera plus de 70 conférences et ateliers. Par la suite, le 24, une grande manifestation de rejet du G7 aura lieu pour permettre le 25, de procéder à des concentrations insumineuses en sept points de Biarritz, Bidarte Angelu et Baiona – à proximité du périmètre de sécurité des zones rouge et bleue -, formant ainsi la Zone arc-en-ciel et protestation contre l’interdiction de la mobilisation.

En face, Biarritz devient un état de siège : plus de 10 000 gendarmes et militaires français, 4 000 Ertzainas, 1 000 gardes de police et civils, casernes préfabriquées pour détenus, fermeture de l’accès à Biarritz et ses espaces publics, etc., est la réponse. face aux dynamiques sociales et à la désobéissance civile. Ainsi, un récit de la violence militante et de l’insécurité citoyenne est préparé et avancé, mais ne montre que la violence systémique des élites rassemblées sur la côte basque et le rejet et l’indignation accumulés par la société. Biarritz est donc devenu une bonne occasion de montrer le pouvoir populaire, des alternatives et le rejet d’une offensive capitaliste biocide et violente.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici