Guatemala : à l’aide des migrants

Sandra Cuffe, Al Jazeera, 25 octobre 2018

Esquipulas, Guatemala – Un petit panier à linge rempli de chaussures se trouve devant le restaurant d’Ana Ruth Alvarado à Esquipulas, situé à 10 km de la frontière entre le Guatemala et le Honduras. Une pancarte est apposée sur le panier pour indiquer aux migrants et réfugiés de passage, qui font partie d’une caravane dirigée vers les États-Unis, qu’ils sont les bienvenus pour en prendre une paire. Des sacs d’eau et de pain sont posés sur une table au-dessus des chaussures, et une note encourageant les gens à donner des chandails se trouve à proximité.

Une première vague de migrants et de réfugiés honduriens est passée par ici le 15 octobre et la plupart d’entre eux traversent maintenant le sud du Mexique. Mais depuis, des centaines de Honduriens traversent tous les jours Esquipulas.

« Nous faisons ce que nous pouvons », a déclaré Alvarado à Al Jazeera à propos du centre de soutien ad hoc situé en face de son entreprise, dans l’une des rues principales d’Esquipulas.

Originaire d’El Salvador, Alvarado prépare et vend des repas simples, notamment le pupusas, l’aliment le plus emblématique du Salvador. Mais elle dirige également un petit groupe de soutien aux migrants appelé Corazones Bondadosos, qui se traduit par Generous Hearts.

Dans la cuisine du restaurant, Reina Madrid prépare des pâtes de maïs et prépare des repas pour les clients. Al Jazeera a d’abord interrogé la mère de quatre enfants pendant le week-end, alors qu’elle venait d’arriver après un voyage ardu à la frontière, où la police empêchait des centaines de Honduriens de partir.

Madrid, un cuisinier qui a quitté le Honduras en raison du chômage, travaille maintenant avec entrain dans la cuisine. Elle a dormi, a mangé et a des vêtements propres et secs. Elle a également un travail temporaire pour aider Alvarado.

« Tout ça, c’est grâce à elle », a déclaré Madrid à Al Jazeera, évoquant le travail qui l’aidera à envoyer de l’argent à ses enfants pour acheter de la nourriture, des factures et des fournitures scolaires.

Madrid est l’un des milliers de Honduriens qui ont quitté leur pays en masse au cours des 10 derniers jours, fuyant la violence et le chômage. Surnommé une caravane de migrants, il existe maintenant des groupes allant de quelques personnes à plusieurs milliers à différents endroits du Guatemala et du Mexique.

Sans se laisser décourager par les menaces

Le président américain Donald Trump a tweeté contre l’exode depuis le début, menaçant de couper l’aide aux gouvernements d’Amérique centrale, de tourner en dérision les réponses des gouvernements régionaux, de fermer la frontière et d’appeler l’armée pour arrêter l’avancée de la caravane. Les gouvernements mexicain, guatémaltèque et hondurien ont également réagi à l’exode massif par une rhétorique similaire, ainsi que par des mesures concrètes, notamment le renforcement de la présence des forces de sécurité à leurs frontières. Cependant, des centaines de Honduriens parviennent toujours à sortir, faisant souvent des randonnées autour de la frontière et des points de contrôle de la police. Ils entrent dans Esquipulas et, à un pâté de maison du restaurant d’Alvarado, ils se rendent au refuge local Casa del Migrante Jose.

Le refuge, qui est affilié à l’Église catholique, est entièrement géré par des bénévoles. Le refuge fournit de la nourriture aux migrants et aux réfugiés et constitue un lieu de séjour lorsque cela est possible. Mais récemment, tant de personnes ont dû emprunter deux grandes salles appartenant à l’Église catholique pour permettre à tous de dormir. « Chaque jour, 400 ou 500 personnes nous arrivent ici », dit Garcia, se référant à l’exode actuel du Honduras. « Il y a beaucoup de familles, beaucoup de mères célibataires et beaucoup de jeunes de passage », dit-elle.

La situation dans les refuges du Guatemala est similaire à celle d’Esquipulas, où les Guatémaltèques offrent un lieu de repos, ainsi que des manèges, de la nourriture, de l’eau et des vêtements pour aider leurs voisins honduriens.

De retour à Esquipulas, un jeune homme interrompt Garcia pour lui demander s’il reste des sacs en plastique laissés dans l’eau pouvant être utilisés comme sacs à ordures pour les personnes désirant contribuer au nettoyage. En fin de compte, ils sont sortis du sac, mais vont improviser.

Garcia et les autres volontaires se relaient et apportent leur aide dans la mesure du possible, mais ils ont également tous un emploi et une famille, dit-elle. Quoi qu’il en soit, ils se sont engagés à fournir de la nourriture, un abri et un soutien aux vagues de migrants et de réfugiés honduriens qui continuent de traverser quotidiennement la frontière avec le Guatemala.

« Nous continuerons aussi longtemps que nous le pourrons », déclare Garcia.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici