Haïti : derrière le scandale de Petrocaribe

Lautaro Rivara, ALAI, 27/09/2019

 

Haïti doit faire face à de graves problèmes de pénurie de carburants et autres produits pétroliers pendant cinq semaines. En conséquence, la population a été touchée par la hausse des prix des produits de base, l’arrêt partiel des transports, la contrebande et les longues files d’attente enregistrées aux stations-service. Un gallon d’essence ou de kérosène utilisé pour éclairer des maisons dans de nombreuses régions sans électricité peut coûter jusqu’à deux ou trois fois leur valeur habituelle. Les activités gouvernementales, commerciales et civiles sont actuellement nulles ou intermittentes. Les plus touchés sont, bien sûr, les grandes majorités qui survivent avec moins de deux dollars par jour dans le pays le plus pauvre et l’un des plus inégaux de l’hémisphère.

L’absence de carburant enregistre deux causes principales. D’une part, la rétention de carburants par le gouvernement, qui a ainsi fait pression pour justifier l’élimination des subventions de l’État et la hausse des prix. C’est ce que le président Jovenel Moïse a essayé en juillet dernier, conformément à la politique globale du FMI en la matière. La politique envers Haïti a également été reproduite dans des pays aussi éloignés que la Guinée équatoriale et l’Égypte. A cette époque, la tentative a culminé en Haïti avec un million et demi de personnes mobilisées dans les rues du pays, la suspension de la mesure impopulaire et la démission forcée de l’ancien Premier ministre Jack Guy Lafontant.

Bien que, cette fois, l’exécutif ait affirmé ne pas envisager une telle augmentation, une circulaire interne de la police nationale a été convoquée, invitant les forces spéciales de la CIMO à faire face aux manifestations susceptibles de générer « la prochaine augmentation des produits pétroliers ». . C’est-à-dire que le principal organe de sécurité de l’État a tenu pour acquis cette augmentation jusqu’à il y a quelques jours. En parallèle, un journaliste de Radio Ibo a confirmé, après une visite dans un terminal portuaire, que les 140 000 barils de pétrole que l’État avait sous sa ceinture n’étaient pas épuisés, mais étaient délibérément conservés.

L’autre cause de la crise énergétique est directement liée à la géopolitique régionale. Le blocus et l’embargo imposés par les États-Unis à la République bolivarienne du Venezuela empêchent les cargos qui ont déjà fourni du carburant subventionné et à des conditions préférentielles au pays des Caraïbes. Empêché d’accéder à du pétrole brut pas cher, Haïti est revenu sur un marché international dominé par les transnationales nord-américaines, qui imposent des prix onéreux qu’il est impossible de payer pour l’État.

La politique du département d’État américain vise à lever le siège du gouvernement de Nicolás Maduro, qui frappe également Cuba, qui enregistre également une pénurie modérée, tout en affaiblissant l’alliance des pays membres de Petrocaribe. La plate-forme de coopération énergétique fondée en 2005 sur instruction de Hugo Chávez Frías est depuis lors un pilier de la diplomatie vénézuélienne dans la région que les États-Unis considèrent comme sa jument nostrum , et a durement nui aux intérêts commerciaux de géants tels que Chevron et Exxon Mobil.

Ainsi, Haïti est à la fois la principale victime et l’instrument suicidaire de la politique interventionniste dans les Caraïbes sous l’administration Trump. Bien que le pays soit le plus touché par la crise énergétique résultant de l’embargo sur le Venezuela, il est utilisé comme le fer de lance de l’offensive contre le gouvernement de Nicolás Maduro. Dans le même temps, le gouvernement de Jovenel Moïse, pleinement conforme aux priorités des États-Unis, rejoint ceux qui entendent affaiblir et briser la Communauté des Caraïbes (CARICOM), qui a maintes fois fait preuve d’autonomie dans le traitement de la question de haut niveau vénézuélien.

Entre-temps, la soi-disant « communauté internationale », d’autres pays ayant des intérêts en Haïti, tels que la France ou le Canada, et même des organisations internationales actives dans le pays, telles que l’OEA et les Nations Unies, ne semblent pas enregistrer l’ampleur de la crise. S’ils soulignent des déficits démocratiques présumés dans des pays comme le Venezuela et Cuba, ils ne semblent pas reconnaître le fait qu’Haïti n’a pas de gouvernement stable, fonctionnel et constitutionnel depuis juillet dernier. Et c’est que l’échec des huit missions civiles et militaires internationales qui sont actives dans le pays depuis 1993 est trop évident. Regarder le drame haïtien implique de reconnaître la lourde responsabilité internationale dans la situation dramatique du pays.

Ni la stabilisation, ni la reconstruction, ni la pacification, ni la justice n’ont été des objectifs même atteints à distance, comme vous pouvez le voir qui visite Haïti ou collecte ses indicateurs sociaux et économiques les plus fondamentaux. La prochaine et nième mission, la soi-disant BINUH qui viendra remplacer l’actuel MINUJUSTH le 16 octobre, ne semble pas offrir de meilleures garanties à cet égard. Il s’agit de perpétuer l’occupation internationale d’un pays encore considéré aujourd’hui, aux termes de l’Article VII de la Charte des Nations Unies, comme une « menace pour la sécurité internationale ». Un autre objectif est de garder sous la main le recours facile aux nouvelles remilitarisations pour réprimer et contenir les manifestations massives qui secouent le pays et exigent la démission du président.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici