Haïti : la rue contre la lavi chè

Greg Beckett, extrait d’un texte paru dans NACLA, 6 mars 2019

 

Les manifestants en Haïti appellent le président Jovenel Moïse à démissionner pour des accusations de corruption et de corruption. La répression policière des manifestations est devenue de plus en plus violente. En attendant, Moïse refuse de bouger. Dans le but de calmer les troubles, le 16 février, le Premier ministre Jean-Henry Céant a promis une série de coupes dans les dépenses pour faire face à la crise budgétaire et renforcer la confiance dans le gouvernement. Il y a eu un bref répit dans les rues après le discours de Céant. Depuis lors, les manifestations ont repris et les manifestants se demandent si le gouvernement actuel peut mettre en œuvre les réformes proposées par Céant, notamment la promesse de conclure une enquête sur un scandale de corruption impliquant des responsables clés des gouvernements actuel et précédent.

Au-delà de Moïse lui-même, les manifestants expriment leur colère et leur exaspération devant le « lavi chè», terme créole haïtien faisant référence au coût de la vie élevé sur l’île. En fait, le coût de la plupart des produits de base en Haïti dépasse généralement le budget quotidien des ménages. Les citoyens les plus pauvres du pays, qui vivent avec environ 2 dollars par jour, sont contraints d’acheter des biens en fractions d’unités et souvent à crédit. Cela signifie que chaque fois que les prix des denrées alimentaires ou du carburant augmentent, même marginalement, les gens descendent dans la rue. Alors que des décennies de réformes structurelles néolibérales ont provoqué une hausse spectaculaire des prix et un maintien des salaires bas, le lavi chè est un problème récurrent en Haïti depuis une génération.

Au cours des dernières semaines, le coût des denrées de base telles que le riz, les haricots et l’huile de cuisson a presque doublé , alors que le pays est aux prises avec une forte inflation, une monnaie locale en baisse et une pauvreté chronique . Dans les rues de Port-au-Prince, les manifestants demandent la fin des mizè (misère), du grangou (faim) et du blakawout (black-out) – des problèmes qui les lient aux politiques économiques du gouvernement et de la communauté internationale la corruption de ce que certains ont appelé «l’ état prédateur ».

Alors que les manifestants dénoncent le coût de la vie élevé depuis des années, la récente vague de manifestations a débuté l’été dernier en réponse à la hausse du prix de l’essence après que le gouvernement a annoncé un plan appuyé par le FMI pour mettre fin aux subventions sur le carburant. Haïti et les Caraïbes ont déjà des coûts énergétiques parmi les plus élevés du monde, et les gouvernements haïtiens précédents ont utilisé des subventions pour absorber une partie de ces coûts. Pourtant, la nouvelle politique, approuvée en février 2018, devait augmenter les prix de l’essence de 38%, du diesel de 47% et du kérosène de 51%. Cela est particulièrement important car Haïti importe la quasi-totalité de son énergie sous forme de pétrole et de diesel. Le gouvernement a temporairement abandonné le plan l’été dernier après avoir été confronté à la colère et à de nombreuses manifestations. Mais la politique économique globale d’austérité, imposée par le FMI comme condition préalable à l’octroi de nouveaux prêts, est toujours valable. Pendant ce temps, les problèmes économiques au Venezuela liés à la crise politique croissante et à l’intensification des sanctions imposées par les États-Unis au cours des derniers mois ont eu des répercussions sur les 14 pays des Caraïbes dont le secteur énergétique dépend fortement du pétrole vénézuélien subventionné dans le cadre du programme PetroCaribe.

Le scandale

En août 2018, un tweet, envoyé par le réalisateur haïtien canadien Gilbert Mirambeau Jr., posait une question simple: « Kot kòb Petwo Karibe a ??? ”(Où est l’argent PetroCaribe?). Il parlait de près de 4 milliards de dollars de fonds de vente et de développement de carburant provenant du programme PetroCaribe, l’alliance pétrolière régionale dirigée par le Venezuela et Cuba, qui ont disparu. Le tweet est devenu viral et les Haïtiens ont lancé un nouveau mouvement grandissant, à la fois en ligne et hors connexion, appelé le PetroCaribe Challenge – une campagne anti-corruption qui a galvanisé les manifestants et est devenue un élément moteur clé de l’opération Lockdown.

PetroCaribe a commencé en tant que programme de vente de pétrole à prix réduit en 2005 et a été initialement présenté comme un moyen de réduire les coûts de carburant pour les États membres des Caraïbes tout en favorisant la coopération économique dans la région. Haïti a rejoint le programme en 2006 lorsque le président d’alors, René Préval, a signé l’accord. La participation d’Haïti à PetroCaribe a effectivement pris fin en 2017, après que les États-Unis eurent imposé de nouvelles sanctions financières au Venezuela, empêchant notamment le gouvernement haïtien d’envoyer des paiements au Venezuela.

Mais la fin de la transaction a mis en lumière le fait que le gouvernement ne payait pas régulièrement ses factures mais s’était plutôt endetté de 2 milliards de dollars. Pour aggraver les choses, un rapport du Sénat publié en novembre 2017 affirmait que 1,7 milliard de dollars du fonds de développement PetroCaribe avaient été perdus ou volés, et un audit publié fin janvier 2019 par la Cour supérieure de comptabilité et des conflits administratifs d’Haïti a confirmé ces affirmations. L’enquête sur les fonds PetroCaribe a impliqué jusqu’à présent des personnalités gouvernementales du parti au pouvoir, le parti haïtien Tèt Kale (PHTK), y compris le président Moïse lui-même.

Pour le gouvernement haïtien, la fin des importations via PetroCaribe signifie que le pays doit maintenant acheter son pétrole auprès de fournisseurs américains, en dollars américains, afin de poursuivre un projet de longue date de l’impérialisme énergétique américain dans les Caraïbes. En janvier de cette année, une pénurie généralisée de carburant en Haïti a entraîné des semaines de pannes d’électricité, de pénuries d’essence, de longues files d’attente et de prix élevés aux stations-service. Les pénuries étaient dues à l’incapacité du gouvernement à payer ses factures au fournisseur d’énergie américain Novum. Ayant dépassé leur limite de crédit. Pendant ce temps, il y a encore des pénuries généralisées de pétrole, de diesel et d’électricité dans l’ensemble du pays. La pénurie, conjuguée aux récentes manifestations et aux blocus, a obligé les écoles, les entreprises et même les grands hôpitaux à fermer.

L’État néolibéral remis en question

Les manifestations qui se déroulent depuis près d’un an ne visent pas uniquement l’administration Moïse; ils visent également le statu quo économique et politique en Haïti.  C’est pourquoi la récente proposition du gouvernement, axée sur une réduction des dépenses de l’État et des réformes mineures , n’apaisera probablement pas les revendications des manifestants.

Le gouvernement actuel dépend de la communauté internationale à la fois pour son budget de fonctionnement et pour sa légitimité. Le groupe restreint des Nations Unies, le « core group » (États-Unis, Canada, France, Brésil, des représentants de l’OEA du FMI) souscrivent au plan économique du gouvernement. Pour ces institutions internationales, le plan de développement d’Haïti, qui repose sur l’austérité et la privatisation, reste inchangé malgré des décennies de preuves montrant que ces politiques ont accru les inégalités dans le pays.et malgré les mouvements populaires généralisés contre de telles politiques. Pourtant, compte tenu de sa dépendance vis-à-vis d’emprunts contractés auprès d’institutions telles que le FMI, le président Moïse a peu d’options. En dépit des réformes économiques annoncées récemment, le gouvernement haïtien ne peut rien faire pour changer les relations structurelles existantes qui provoquent les crises économiques et politiques sous-jacentes dans le pays.

Conscient que ses mains sont liées, Moïse a commencé à renforcer son soutien politique auprès de la communauté internationale. Par exemple, il a annulé la décision prise par Haïti de reconnaître le président légitime du président vénézuélien Nicolás Maduro et, le mois dernier, s’est joint aux États-Unis et à ses alliés pour reconnaître le nouveau chef du pays, Juan Guaidó. Moïse a récemment envoyé André Apaid (riche homme d’affaires haïtien et figure de proue lors de l’éviction du président Jean-Bertrand Aristide en 2004) pour rencontrer des représentants du gouvernement des États-Unis afin de chercher du soutien pour son gouvernement. Après des semaines de manifestations, le gouvernement américain a annoncé qu’il se préparait à envoyer une aide humanitaire en réponse à la crise. Les critiques haïtiens y voient un exemple supplémentaire de la manière dont la communauté internationale aide à maintenir un gouvernement corrompu au pouvoir. Il y a deux semaines cinq Américains lourdement armés et plusieurs ressortissants étrangers ont été arrêtés en Haïti alors que des rumeurs circulaient selon lesquelles ils se trouvaient dans le pays pour mener des attaques contre des manifestants antigouvernementaux.

Toutes ces mesures ont servi à renforcer le sentiment de méfiance et d’insatisfaction des citoyens vis-à-vis du gouvernement, qu’ils jugent incapable de résoudre les nombreux problèmes auxquels le pays est confronté. En effet, la situation qui prévaut en Haïti – dépendance énergétique, dette, libéralisation des échanges, réformes néolibérales, gouvernement faible, bas salaires et prix élevés – résulte d’une série de programmes et de politiques mis en place par une série de gouvernements soutenus par ou envers les institutions internationales et les pays hégémoniques. Les manifestations anti-gouvernementales ne visent donc pas uniquement le gouvernement Moïse; ils visent également un modèle de l’État haïtien qui est devenu un facteur clé pour reproduire une crise structurelle de la dette et de la dépendance à laquelle le pays ne semble pas pouvoir sortir.

La nouvelle génération

Les jeunes  ont perdu confiance dans la démocratie minimaliste approuvée par la communauté internationale et par une série de gouvernements par procuration haïtiens. Pour eux, l’ère démocratique a donné naissance à un État qui travaille activement contre les intérêts du peuple haïtien. En réalité, il se passe quelque chose de nouveau en Haïti : le sentiment croissant que la fin de la dictature des Duvalier et la longue transition vers la démocratie n’a pas résolu les problèmes du pays; Au cours de l’ère démocratique, l’État haïtien est devenu plus faible et plus dépendant des puissances étrangères. Maintenant, les  gens refusent cette situation.

L’exemple le plus frappant est peut-être l’aide humanitaire lancée après le séisme de 2010. Étant donné que plus de la moitié de la population a moins de 25 ans, des millions d’Haïtiens sont parvenus à l’âge adulte au cours de cette période de reconstruction, qui a été un échec retentissant. Ils ont vu peu de résultats tangibles et se demandent où est allé tout cet argent.

Pour l’instant, Haïti est à la croisée des chemins. On ne sait pas très bien où va le pays ni ce qu’il adviendra ensuite. Ce qui est clair cependant, c’est que la récente vague de manifestations est sans précédent et rappelle l’ampleur du mouvement populaire des années 1980 qui a instauré la démocratie et rejeté des décennies de dictature.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici