Haiti : le panier de crabes

Berthony Dupont, Haiti Lberté, 24 avril 2019

 

Il est vraiment opportun de démystifier d’une façon rigoureuse la trahison de la classe politique du pays. C’est un fait, les acteurs actuels ont donné maintes preuves de confusion, d’absence d’organisation et de synchronisation ; ils sombrent dans le ridicule voire dans un manque sérieux d’intérêts quant aux aspirations populaires dans l’action entreprise.

A qui profite cette trahison à la cause sacrée d’un peuple déterminé à se débarrasser de l’emprise d’une mise sous tutelle qui a déjà trop longtemps duré ?

N’est-ce pas le néant logique qui se perpétue puisque le mouvement d’opposition à l’instar du régime en place se retrouvent l’un et l’autre dans un même panier comme des crabes éprouvant chacun de sérieuses facilités à s’entendre et à fonctionner au lieu de s’entredéchirer. Cependant, le point culminant c’est que l’opposition n’est pas maitresse de sa politique, elle dépend du pouvoir et vice versa. Deux groupes rivaux, mais ni l’un ni l’autre ne peuvent consacrer leur énergie à la défense de leurs intérêts propres, car au bout du tunnel dans lequel ils se sont engagés, aucun d’entre les deux ne peut apporter, ni voir un rayon de lumière.

Leur politique hypocrite et erronée montre clairement que les deux coalisent avec l’impérialisme pour s’auto-affaiblir, ils se condamnent eux-mêmes. Tandis que le pouvoir mercenaire n’a rien et ne peut aussi rien donner, l’opposition elle-même ne peut rien offrir d’alternative, autre que de réagir aux faiblesses, bêtises ou faux pas du gouvernement mais sans avoir la capacité et la faculté d’en tirer profit à son avantage.

En dépit des manifestations anti-gouvernementales, les rapports entre les deux restent sereins et se maintiennent toujours malgré tout au beau fixe. Aucun des deux n’a de réponse aux problèmes structurels que confrontent le pays et plus particulièrement les masses défavorisées ; sauf de les induire davantage dans les bras du très puissant ennemi qui continue ses manœuvres qui ne vont pas cesser d’autant que ses complots ne connaitront pas de répit.

C’est dans ce contexte également qu’il nous faut comprendre le phénomène des bandes armées qui gagne du terrain et tout le monde en parle dans le pays.  L’opposition et le gouvernement ne savent à quel saint se vouer ; ce sont là sans doute des malheurs qui les affectent ; mais là où le bât blesse, c’est qu’ils ne peuvent rien y apporter pour remédier aux ravages du banditisme qui n’est pas tombé du ciel, mais qui est bien préparée par une force occulte bien précise.

Ni le pouvoir ni l’opposition ne sont ébranlés par le phénomène du banditisme qu’ils ne parviennent pas à contrôler. Déjà on qualifie ce mouvement comme une armée de guerre prête à sortir de ses casernes jour après jour et graduellement le banditisme gagne du respect si ce n’est de l’admiration de la classe politique cynique, cette débandade provoqua une prise de conscience dans le mal qui les conduisit au-delà de leurs objectifs initiaux.

C’est le combat des crabes dans une mare !

En réalité, il y a plusieurs clichés ou contrevérités qu’il convient de rejeter. En effet, et pour être clair, précisons que le banditisme est un produit du système capitaliste, d’une certaine inégalité sociale qui ne cesse d’appauvrir les peuples en leur dérobant leurs richesses. Le meilleur remède prescrit à un pays otage des puissances impérialistes est la pilule de la déstabilisation pour le tenir dans une constante instabilité.

Tous les vrais patriotes haïtiens doivent donc lutter résolument contre ces crabes qui ne fonctionnent qu’à la faveur des complots des forces impérialistes et de ses agents. Ils resteront les serviles et zélés serviteurs de ceux qui les ont mis dans la mare et deviendront un danger permanent pour l’autodétermination authentique du peuple.

Par conséquent, il est du devoir de tout haïtien d’idéologie révolutionnaire de condamner avec véhémence ce comportement de crabes qui s’assemblent car se ressemblant, autrement c’est s’avouer vaincu d’avance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici