Haiti : les États-Unis complices de la répression

Jake Johnson et Kira Paulemon, Center for Economic and Policy Research , 31 août 2020

 

En novembre 2019, dans le cadre de son soutien à la Police nationale haïtienne (PNH), le Bureau des affaires internationales des stupéfiants et de l’application de la loi (INL) du Département d’État américain a attribué un contrat de 73 000 dollars pour la fourniture de « kit [s] anti-émeute » pour l’unité de contrôle des foules de la police, CIMO, selon les informations contenues dans la base de données sur les contrats du gouvernement américain.

Plus tôt cet été, le CIMO et d’autres unités de la PNH ont utilisé des gaz lacrymogènes fabriqués aux États-Unis pour disperser les militants qui s’étaient rassemblés devant le ministère de la Justice revendiquant le droit à la vie dans un contexte de détérioration rapide de la situation sécuritaire. La police a réprimé la manifestation alors que les organisateurs avaient reçu l’autorisation légale de manifester.

C’était un exemple de la raison pour laquelle de tels contrats du Département d’État sont préoccupants – non seulement à cause de la façon dont le matériel anti-émeute peut être utilisé sur le terrain, mais à cause de l’entreprise qui a reçu le contrat: X-International.X-International, selon les registres de la Floride, appartient à Carl Frédéric Martin, également connu sous le nom de «Kappa». Haïtiano-américain et ancien membre de la marine américaine, Martin s’est de plus en plus impliqué dans les forces de sécurité haïtiennes au cours des dernières années, cependant, ses entreprises privées devraient soulever des questions encore plus troublantes sur le contrat du Département d’État.

En juin, la presse locale a rapporté que Martin, avec un parent Dimitri Herard – le chef de la garde du palais d’Haïti – avait formé une nouvelle société, Haiti Ordnance Factory S.A. (HOFSA). Selon ses documents d’enregistrement corporatif, la nouvelle société serait autorisée à fabriquer des armes et des munitions en Haïti.

Après l’annonce de l’existence de l’entreprise, le gouvernement a révoqué sa licence commerciale. Mais ce n’était qu’une des nouvelles entreprises de Herard et Martin. En avril 2020, avant que la controverse sur HOFSA n’éclate en public, les deux ont formé une autre société: Tradex Haiti S.A. Contrairement à HOFSA, Tradex n’est pas autorisée à fabriquer des armes ou des munitions, mais est simplement une société de sécurité qui peut acheter et vendre du matériel.

Herard et Martin tentaient de pénétrer le marché des armes depuis plus d’un an. Maintenant, selon une source connaissant l’industrie en Haïti, les deux exploitent l’un des concessionnaires d’armes les plus lucratifs du pays.

Fin décembre 2019, le gouvernement haïtien a arrêté l’homme d’affaires Aby Larco, l’accusant d’être une source importante de trafic d’armes en Haïti. Larco avait exploité une entreprise d’armement bien connue pendant des années, avec des contrats avec la PNH et également fréquemment utilisé par l’ambassade des États-Unis pour réparer des armes à feu. Mais, selon les procureurs, il était également un important fournisseur d’armes du marché noir qui se sont retrouvées entre les mains de groupes criminels.

Après l’arrestation de Larco, la commission gouvernementale de désarmement, créée pour aider à retirer les armes des mains des civils, a proclamé qu’elle avait une liste de criminels qui avaient reçu des armes de Larco. Mais plus de huit mois plus tard, l’affaire contre Larco est au point mort et aucune information n’a été fournie sur des ventes d’armes possiblement illégales.

Pendant ce temps, l’arrestation de Larco a fait de la place sur le marché haïtien des armes pour que d’autres puissent y entrer.

Selon plusieurs sources proches de l’affaire, Herard et Martin avaient eu des discussions avec Larco pendant de nombreux mois dans le but de travailler éventuellement ensemble. En fin de compte, cependant, les sources affirment que Larco a rejeté leurs ouvertures. Sept jours après son arrestation, l’enregistrement de la société HOFSA a été publié dans Le Moniteur.

Bien que le président Jovenel Moïse ait vanté l’arrestation de Larco comme un coup dur contre la prolifération des armes illégales, le gouvernement est resté silencieux sur le fait que le chef de la garde du palais passe au noir en tant que marchand d’armes privé.

Herard lui-même a été impliqué dans des violations des droits humains. Le rapport sur les droits de l’homme du département d’État de 2019 indique que Herard:
“…a blessé par balle deux civils dans le quartier Delmas 15 de Port-au-Prince le 10 juin. Suite à cet incident, plusieurs témoins ont poursuivi le véhicule de Herard vers sa résidence à Delmas 31. En arrivant à la résidence, Herard et d’autres agents de la PNH sur les lieux a ouvert le feu sur le groupe de civils, faisant deux autres blessés.”

Bien que l’arrestation de Larco ait pu créer un espace pour Martin et Herard pour entrer sur le marché local, Martin est un marchand d’armes depuis bien plus longtemps.

Parmi ceux qui connaissent le marché local des armes, Martin est connu pour assembler des armes à partir de pièces disparates – en d’autres termes, fabriquer des armes qui manquent de numéros de série et ne peuvent pas être suivies.

Certains pensent que c’est Martin qui a fourni des armes aux mercenaires américains arrêtés en Haïti en 2019. Martin a été vu dans les rues de la capitale intégré à la police au plus fort des manifestations anti-gouvernementales à peu près à la même période.

Des dizaines de manifestants ont été tués, selon les organisations locales de défense des droits humains.

Les États-Unis augmentent le financement de la police malgré la détérioration de la situation des droits En juin, au lendemain de l’interruption de la manifestation pacifique par la police devant le ministère de la Justice, des civils armés se sont rassemblés dans le centre-ville de Port-au-Prince. Ils faisaient partie d’une nouvelle alliance: la «Famille et alliés du G9», dirigée par un ancien policier, Jimmy Cherizier. La police était cependant introuvable. Le Washington Post a rapporté plus tôt ce mois-ci:

“Lorsque les hommes de Cherizier sont descendus dans les rues en juin, des témoins ont affirmé les avoir vus rouler dans les mêmes véhicules blindés utilisés par la police nationale et les forces spéciales de sécurité. Le ministre de la Justice, Lucmane Delile, a dénoncé les gangs et a ordonné à la police nationale de les poursuivre; en quelques heures, Moïse le congédia.”
Dans les jours qui ont précédé l’article du Post, l’ambassade des États-Unis et la mission des Nations Unies en Haïti ont dénoncé la prolifération et le pouvoir des groupes armés en Haïti.

L’ONU a spécifiquement mentionné Cherizier, soulignant son rôle présumé dans les massacres de Grand Ravine en 2017 et de La Saline en 2018, et une myriade d’autres abus depuis.

Les organisations de défense des droits locaux ont également dénoncé la formation du G9 et ont allégué que l’alliance faisait partie d’un plan gouvernemental visant à consolider le contrôle dans la capitale densément peuplée avant les élections qui ne sont pas encore programmées. Cherizier a nié travailler avec l’administration Moïse. Le Post écrit:

“Mais pour ses compatriotes qui souffrent depuis longtemps, le G9 de Cherizier évoque les horreurs des Tontons Macoutes, les paramilitaires soutenus par le gouvernement qui ont terrorisé Haïti pendant des décennies sous le dictateur François «Papa Doc» Duvalier et son fils, Jean-Claude.

« Le gouvernement n’a rien dit sur [la montée de Cherizier] et la communauté internationale a fermé les yeux », a déclaré Pierre Espérance, directeur du Réseau national de défense des droits de l’homme en Haïti. «Il n’y a plus d’État de droit. Les gangs sont les nouveaux Macoutes. On a l’impression qu’il existe une volonté manifeste d’installer une nouvelle dictature.”

La députée américaine Maxine Waters (D-CA) a condamné Cherizier et l’inaction du gouvernement, pointant du doigt le soutien inconditionnel de l’administration Trump au gouvernement haïtien. «Il n’y a pas vraiment de souci pour le sort des Haïtiens, qu’ils soient battus et tués par le président haïtien», a-t-elle déclaré au Post. «Tant que le président est dans nos poches, tout va bien.»

Michele Sison, l’ambassadeur américain en Haïti, a fait marche arrière. «Plutôt que de pointer du doigt», a-t-elle déclaré au Post, «notre objectif est d’encourager tous les acteurs. . . de penser aux plus vulnérables qui continuent de supporter le poids de ces défis. »

Dans un rapport récent, le Réseau national de défense des droits de l’homme a signalé qu’au moins 111 civils avaient été tués dans la violence des gangs à Cité Soleil en juin et juillet.

L’arrestation de Larco en décembre 2019, quant à elle, n’a pas fait grand-chose pour endiguer le flux illégal d’armes. Au cours des dernières semaines, des témoins ont vu des civils armés à Cité Soleil porter des armes automatiques qui semblent porter la marque de l’œuvre de Carl Martin, ce qui évoque la possibilité que, volontairement ou non, ces armes se retrouvent entre les mains de civils.

Mais alors même que les allégations de violations des droits – et de complicité policière – s’accumulent, les États-Unis ont renforcé leur soutien à la PNH.

Plus tôt ce mois-ci, le Département d’État a informé le Congrès qu’il réaffectait 8 millions de dollars du budget de l’année dernière pour soutenir la PNH. Depuis que Trump a pris ses fonctions, les États-Unis ont presque quadruplé leur soutien à la police haïtienne – de 2,8 millions de dollars en 2016 à plus de 12,4 millions de dollars l’année dernière.

Avec la récente réaffectation, le chiffre de cette année sera probablement encore plus élevé. Le financement américain de la police haïtienne représente plus de 10% du budget global de l’institution. La PNH, qui a récemment célébré son 25e anniversaire, souffre d’un sous-financement chronique et de nombreux agents ne reçoivent même pas de chèque de paie régulier.

Mais, dans l’environnement actuel, il est peu probable que l’intensification du soutien américain à la police améliore la situation sécuritaire qui évolue rapidement. Au contraire, le soutien diplomatique et financier continu de l’administration Trump ne fera que renforcer les réseaux corrompus qui perpétuent l’insécurité – avec des conséquences politiques potentiellement mortelles. Le prix du Département d’État à X-International ne représente qu’une petite partie du soutien global des États-Unis à la police, mais il est néanmoins emblématique des diverses façons dont l’aide américaine renforce le statu quo d’Haïti.