Haïti : une bombe à retardement

Frédéric Thomas, AlterPresse, 25 septembre 2019

 

Haïti, à nouveau paralysé depuis plusieurs jours, s’enfonce un peu plus dans la crise. Cette dégradation trouve son origine dans un cycle de privatisation et de dépendance, qui appelle à une rupture avec la classe gouvernante et sa politique, soutenues par les puissances internationales.

L’équation est simple et inextricable. L’État haïtien subventionne la consommation de pétrole. Mais cela lui coûte plus de 75 millions de dollars par mois. Un mécanisme intenable pour un pays déjà surendetté. Sous la pression du Fonds monétaire international (FMI), le gouvernement avait annoncé, début juillet 2018, la réduction de cette subvention… suscitant plusieurs jours d’émeutes, qui ont provoqué le départ du Premier ministre et la suspension de la mesure.

En attendant, la pénurie d’essence s’installe. Et l’augmentation de son prix se répercutera sur l’ensemble des biens de consommation, et frappera de plein fouet une population pauvre à 59%, exaspérée par les inégalités et la corruption. L’explosion sociale est inévitable. Seule la forme que prendra cette explosion est incertaine.

Dépression économique et politique

Haïti s’enfonce chaque jour un peu plus dans le chaos. Le coût de la vie augmente, les droits humains se dégradent, et l’insécurité se généralise. De janvier à juin 2019, il y a eu 184 morts par armes à feu, et deux massacres, à ce jour impunis, ont causé la mort d’au moins 91 personnes dans un quartier populaire de la capitale. Se donne ainsi à voir la faillite de la mission des Casques bleus de 2004 à 2017 (MINUSTAH), sensée stabiliser le pays et créer un environnement sûr.

Cette dégradation est structurelle et liée à la dépendance du pays. Les importations augmentent plus que les exportations, creusant d’année en année le déficit de la balance des payements (168 milliards de dollars en 2018). L’échec de cette stratégie néolibérale, mise en œuvre depuis longtemps, mais accélérée au lendemain du séisme de 2010, est patent. Et les tentatives d’en corriger les effets désastreux toujours les mêmes : subventionner les importations, plutôt que d’appuyer la production locale.

Mais cette détérioration est aussi le marqueur du fossé qui existe entre l’élite et le peuple haïtien. Dauphin de l’ex-président controversé Michel Martelly, l’homme d’affaires, Jovenel Moïse, a été élu fin 2016 avec un taux d’abstention de près de 80%. Le peu de crédit politique dont il pouvait encore bénéficier a complètement disparu, en raison des promesses non tenues, de l’autoritarisme, et des pratiques de la classe gouvernante, qui s’accapare les fonds publics.

Le scandale Petrocaribe en est la démonstration caricaturale. Cet accord mis en œuvre entre 2008 et 2018, devait permettre à Haïti d’investir dans des projets de développement grâce à l’achat de pétrole vénézuélien à des tarifs préférentiels. La Cour des comptes a révélé que la plupart de ces projets demeurent inachevés, et que des centaines de millions de dollars ont été détournés. L’ensemble de la classe politique, dont Jovenel Moïse et Michel Martelly, est directement mise en cause.

Cette dégradation trouve sa source dans la privatisation de l’espace public. Le monopole de la force a été sous-traité aux gangs armés qui exercent le contrôle social dans les quartiers pour le compte du pouvoir, tandis que la santé est devenue l’affaire de l’aide internationale. La part du budget de l’Etat consacrée à la santé est en effet passée de 16,6% en 2004 à 4,3% pour 2017-2018. Les gouvernants ne cherchent qu’à assurer leur reproduction. Le coût du personnel au Sénat et à la Chambre des députés pèse autant que le total des dépenses de fonctionnement des ministères de l’agriculture, de l’environnement et des affaires sociales.

Vents contraires

Si, dès le départ, la présidence de Jovenel Moïse a été marquée par la contestation de la rue, l’émergence des Petrochallengers, demandant que les responsables de l’affaire Petrocaribe soient jugés, a changé la donne. Le pays a connu des manifestations monstres et un blocage de plusieurs jours en février 2019. Le Ya basta est général, la pression maximale. Pourtant, le pouvoir s’accroche. Et enfonce tous les jours un peu plus le pays dans le marasme.

Au cynisme des États-Unis, qui soutiennent à bras-le-corps le pouvoir en place – au nom de la stabilité et par crainte du chaos ou, pire encore, de l’émergence d’un autre régime « castro-bolivarien » –, correspond l’hypocrisie de l’Union européenne (UE), incapable ou peu désireuse de contester Trump dans son pré-carré. Ne cessant d’en appeler à un dialogue national avec Jovenel Moïse, l’UE s’est en outre engagée, dans l’opacité complète, à verser au gouvernement haïtien cent millions d’euros en trois ans (2018-2020), pour « consolider l’État », renforcer les finances publiques et la transparence…

Gage de la cohérence de la politique européenne, preuve de la réussite de sa stratégie de state building : le contrat de gré à gré récemment signé (avec l’appui de la Première dame), entre l’État haïtien et l’entreprise allemande, Dermalog, pour un montant de près de 28 millions de dollars américains, pour la réalisation de cartes d’identité. Et ce malgré deux avis défavorables de la Cour des comptes, et son non-respect de la Constitution. Les suspicions sont d’autant plus fortes qu’un versement de deux millions de dollars, non prévu dans le contrat, a été effectué sur le compte de la firme.

L’équation est bien insoluble. Du moins dans les termes dans lesquels on veut l’imposer aux Haïtiennes et Haïtiens. Sans changer ni les acteurs ni la politique. L’espoir est ailleurs. Dans le refus justement des mêmes formules et des solutions faussées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici