Immanuel Wallerstein (1930-2019) :  » on continue »

Oleg Komlik,, Economic Sociology and Political Economy, 1 septembre 2019 

 

Emmanuel Wallerstein, un sociologue éminent, est décédé .
Wallerstein a vécu un engagement profond envers la justice, l’érudition et le changement. Il a écrit des dizaines de livres remarquables et primés, des centaines de journaux influents, des milliers de commentaires astucieux. Son superbe ouvrage,, Capitalisme et économie-monde, révélateur et perspicace, suici d’un grand nombre de recherches et d’essais sur l’histoire et les structures contemporaines, a transformé la façon dont nous comprenons l’histoire, le capitalisme, le colonialisme, les sciences sociales et les turbulences actuelles. Wallerstein était un de ces rares universitaires dont le travail a changé de paradigme. Mais aussi, encore là plutôt seul dans son monde académique, il pensait que les universitaires devaient s’engager :

«L’ analyse des systèmes mondiaux »n’est pas une théorie, mais une protestation contre les problèmes négligés et les épistémologies trompeuses… C’est une tâche intellectuelle qui est et doit être aussi une tâche politique, parce que – j’insiste – la recherche pour le vrai et la recherche du bien est une quête qui ne finit jamais. Si nous voulons progresser vers un monde substantiellement rationnel, on ne peut négliger ni les défis intellectuels ni les défis politiques. Et nous ne pouvons pas non plus les séparer les uns des autres. Nous ne pouvons que difficilement lutter simultanément avec les deux défis et faire de notre mieux. 

Le 1er juillet dernier, le professeur Wallerstein a écrit son dernier commentaire: «C’est la fin; C’est le début. « Le monde pourrait descendre plus loin. Ou peut-être pas. J’ai indiqué dans le passé que je pensais que la lutte cruciale était une lutte de classe, utilisant le concept de classe dans un sens très large. Pour ceux qui seront en vie dans les prochaines décennies, ils et elles doivent savoir qu’il faut lutter contre soi-même pour que ce changement soit réel. Je pense toujours cela et donc je pense qu’il y a 1 chance sur 50 que nous puissions passer à une transformation en profondeur ».

Parmi ses œuvres  :

  L’Utopistique, ou les choix politiques du XXe siècle. La Tour d’Aigues : Éditions de l’Aube, 2000.

  Une nouvelle phase du capitalisme ? (avec François Chesnais, Gérard Duménil & Dominique Lévy), Ed. Syllepse, 2001.

  Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des système-monde, Editions La Découverte, 2006. Réédité en poche en 2009.

  Race, nation, classe, avec Étienne Balibar, La Découverte, 2007

Et aussi sur ce site : Pourquoi relire Fanon? http://alter.quebec/pourquoi-relire-fanon/

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici