Inde : le cauchemar du Cachemire

0
84

Arundhati Roy, extrait d’un texte paru dans The Nation, 28 novembre 2019

https://www.thenation.com/article/arundhati-roy-assam-modi/

En Inde aujourd’hui, un monde fantôme nous envahit au grand jour. Il devient de plus en plus difficile de communiquer l’ampleur de la crise à nous-mêmes. Une description précise risque de ressembler à une hyperbole. Et ainsi, pour des raisons de crédibilité et de bonnes manières, nous soignons la créature qui nous a mis les dents – nous lui coupons les cheveux et nous essuyons sa mâchoire qui ruisselle pour la rendre plus élégante en compagnie de politesse. L’Inde n’est en aucun cas l’endroit le plus dangereux ou le plus dangereux du monde, du moins pas encore, mais c’est peut-être la divergence entre ce qu’elle aurait pu être et ce qu’elle est devenue qui en fait le plus tragique.

À l’heure actuelle, 7 millions de personnes dans la vallée du Cachemire, dont un nombre considérable ne souhaitent pas être citoyens indiens et luttent depuis des décennies pour leur droit à l’autodétermination, sont bloquées par un siège numérique et l’occupation militaire la plus dense du monde. le monde. Dans le même temps, dans l’Etat d’Assam, dans l’est du pays, près de deux millions de personnes désireuses d’appartenir à l’Inde se sont retrouvées absentes du registre national des citoyens (NRC) et risquent d’être déclarées apatrides. Le gouvernement indien a annoncé son intention d’étendre le NRC au reste de l’Inde. La législation est en route. Cela pourrait conduire à la fabrication d’apatridie à une échelle auparavant inconnue.
Les riches des pays occidentaux prennent leurs propres dispositions pour faire face à la catastrophe climatique. Ils construisent des bunkers et stockent des réservoirs de nourriture et d’eau potable. Dans les pays pauvres – l’Inde, même si elle est la cinquième économie du monde, reste malheureusement un pays pauvre et affamé – différents types d’arrangements sont en cours. L’annexion du Cachemire par le gouvernement indien, le 5 août 2019, a autant à voir avec l’urgence du gouvernement indien de sécuriser l’accès aux cinq rivières traversant l’état du Jammu-et-Cachemire qu’avec tout le reste. Et le CNRC, qui créera un système de citoyenneté à plusieurs niveaux dans lequel certains citoyens auront plus de droits que d’autres, constituera également une préparation à une période de pénurie de ressources. La citoyenneté, comme Hannah Arendt l’a dit, est le droit d’avoir des droits.

L’horreur vécue par les Cachemiris au cours des derniers mois s’ajoute au traumatisme d’un conflit armé vieux de 30 ans qui a déjà coûté la vie à 70 000 personnes et recouvert leur vallée de tombes. Ils ont tenu le coup alors que tout leur était lancé: guerre, argent, torture, disparitions massives, armée de plus d’un demi-million de soldats et campagne de discrédit dans laquelle une population entière a été présentée comme des fondamentalistes meurtriers.
Le siège dure depuis plus de trois mois maintenant. Les dirigeants du Cachemire sont toujours en prison. La seule condition dans laquelle ils sont proposés à la libération est la signature d’un engagement de ne pas faire de déclarations publiques pendant une année entière. La plupart ont refusé.
Maintenant, le couvre-feu a été assoupli, les écoles ont été rouvertes et certaines lignes téléphoniques ont été rétablies. La «normalité» a été déclarée. Au Cachemire, la normalité est toujours une déclaration – un décret émis par le gouvernement ou l’armée. Cela a peu à voir avec la vie quotidienne des gens.
Jusqu’à présent, les Cachemiriens ont refusé d’accepter cette nouvelle normalité. Les salles de classe sont vides, les rues sont désertes et la récolte de pommes exceptionnelle de la vallée pourrit dans les vergers. Qu’est-ce qui pourrait être plus difficile à supporter pour un parent ou un agriculteur? L’annihilation imminente de leur identité même, peut-être.

La nouvelle phase du conflit au Cachemire a déjà commencé. Les militants ont prévenu qu’à partir de maintenant, tous les Indiens seraient considérés comme des cibles légitimes. Plus de dix personnes, principalement des travailleurs migrants pauvres et non cachemiriens, ont déjà été abattues. (Oui, ce sont les pauvres, presque toujours les pauvres, qui sont pris dans la ligne de vue.) Ça va devenir moche. Très laid.
Bientôt, toute cette histoire récente sera oubliée et, une fois encore, il y aura des débats dans les studios de télévision qui créent une équivalence entre les atrocités commises par les forces de sécurité indiennes et les militants du Cachemire. Parlez du Cachemire, et le gouvernement indien et ses médias vous parleront immédiatement du Pakistan, associant délibérément les méfaits d’un État étranger hostile aux aspirations démocratiques des citoyens vivant sous une occupation militaire. Le gouvernement indien a clairement indiqué que la seule option pour les Cachemiris est la capitulation complète, qu’aucune forme de résistance n’est acceptable – violente, non violente, parlée, écrite ou chantée. Pourtant, les Cachemiriens savent que pour exister, ils doivent résister.
Pourquoi devraient-ils vouloir faire partie de l’Inde? Pour quelle raison terrestre? Si la liberté est ce qu’ils veulent, la liberté est ce qu’ils devraient avoir.