Iran : une politique extérieure défensive

International Crisis Group, 25 avril 2018

L’Iran est une puissance montante au Moyen-Orient, répandant son influence dans un arc géographique contigu de Téhéran à Bagdad, Damas et Beyrouth. Son ascension, qui a débuté avec l’invasion de l’Irak par les États-Unis en 2003 et s’est accélérée lorsque des guerres civiles ont éclaté en Syrie et au Yémen, a donné l’impression que l’Iran aspire à être la puissance hégémonique de la région. Pour les États-Unis et leurs alliés – Israël, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU) – une telle ambition constitue une menace intolérable. L’Iran, cependant, se voit comme la victime d’un isolement prolongé et de sanctions étouffantes – précipitées par la Révolution islamique de 1979 – que l’Iran perçoit comme une injustice historique. L’Iran voit une région dominée par des puissances dotées de capacités militaires supérieures. Après les soulèvements arabes de 2011, l’Iran a appliqué la force militaire pour protéger un allié de longue date, le régime syrien, regardant sa perte comme un prélude possible à son propre encerclement.

La première priorité des dirigeants iraniens, indépendamment de leur position politique, est d’assurer la pérennité de la République islamique. Cet impératif comprend la dissuasion des adversaires qui ont des forces armées plus fortes et / ou un soutien occidental. Le sentiment d’insécurité de l’Iran est enraciné dans l’ère tumultueuse de l’après 1979, en particulier le sentiment de solitude stratégique qu’il a vécu durant la guerre traumatisante de huit ans avec l’Irak, quand l’Occident et presque tous les États arabes ont soutenu le régime de Saddam Hussein.   C’est alors que l’Iran a forgé un lien étroit avec le régime syrien de Hafez al-Assad et a aidé à établir le Hezbollah au Liban, un groupe qu’il a appuyé militairement via la Syrie depuis lors.

Dépassé (mais non vaincu) par l’Irak pendant la guerre de 1980-1988 et avec un accès limité au marché international des armes depuis la révolution, l’Iran a cherché à compenser son sentiment d’encerclement et sa relative faiblesse militaire conventionnelle en atteignant l’autosuffisance asymétrique en renforçant ses capacités militaires. L’Iran a lourdement investi dans son programme de missiles balistiques, qu’elle considère comme un moyen de dissuasion fiable contre Israël.  Téhéran qualifie sa politique de « défense avancée ».

La manifestation la plus visible de cette politique est ce que Téhéran appelle « l’axe de résistance », une alliance de l’Iran, de la Syrie, du Hezbollah et parfois du Hamas, contre ce qu’elle perçoit comme l’hégémonie israélienne et américaine dans la région. Après 2011, lorsque le régime d’Assad a été menacé, mettant en péril la ligne d’approvisionnement de l’Iran vers son autre allié, le Hezbollah, la République islamique a transformé sa doctrine militaire et sa projection de force régionale de guerre. Elle a considérablement augmenté son empreinte militaire en Syrie, et a appliqué son modèle de défense avancée au Yémen comme un moyen peu coûteux de contenir l’Arabie Saoudite.

Cette position stratégique globale n’est pas un sujet de débat parmi les décideurs iraniens: à la fois des éléments plus pragmatiques et plus idéologiques la jugent essentiel pour la sécurité nationale. Cependant, il existe un débat sur la meilleure façon de servir ces impératifs de sécurité. Les discussions dans la structure du pouvoir multipolaire iranien passent par un processus décisionnel consensuel au sein d’une institution centrale, le Conseil suprême de sécurité nationale (CSNS). Celui-ci définit les grandes politiques nationales et étrangères, est présidé par le président et comprend de hauts responsables gouvernementaux et militaires, ainsi que des décideurs représentant les principales factions politiques iraniennes. Ses décisions, soutenues par l’ayatollah Ali Khamenei, le chef suprême, qui est également commandant en chef, sont définitives.

Au fil des ans, le CSNS semble être devenu de plus en plus agile pour élaborer des réponses tactiques aux développements régionaux, qu’il soutienne les Kurdes irakiens lorsqu’ils sont menacés par l’assaut de l’État islamique en 2014 ou condamne la tentative de coup d’État contre le gouvernement turc. Contrairement aux idées reçues, les débats du Conseil ne sont pas toujours respectés par le puissant Corps des gardiens de la révolution islamique (CGR) et sa force expéditionnaire Qods dirigée par le général Qasem Soleimani.

Cependant, le mécanisme de consensus de l’Iran ne se prête pas à des changements stratégiques rapides. Il a fallu près d’une décennie d’impasse périlleuse, un lourd tribut économique de sanctions internationales pour arriver à des changements significatifs dans la position américaine, remiser la stratégie de changement de régime de l’agenda et accepter le droit de l’Iran à un programme nucléaire pacifique. Cette politique constitue un guide important pour l’avenir. Une modification de la doctrine de défense de Téhéran est susceptible de découler d’un changement de perception de la menace.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici