Israël : les bombes parlent plus fort que les mots

 

Marwan Bishara, extrait d’un texte paru dans Al Jazeera, 3 septembre 2019

Israël a étendu ses opérations militaires au Moyen-Orient de la Palestine au Liban, en Syrie et, depuis le mois dernier, en Irak, où l’armée israélienne a mené de multiples attaques contre des alliés et des avoirs iraniens. Entretemps, le gouvernement israélien s’est vanté de sa responsabilité dans les attentats à la bombe et, avec un sentiment d’impunité absolu, a menacé de multiplier les attaques de ce type à tout moment, partout dans la région.  Ces opérations donnent à penser que les attaques préventives ne se limitent pas à des considérations sécuritaires immédiates. Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, envoie un message à la population israélienne, en prévision des élections du 17 septembre , ainsi qu’à l’Iran et aux États-Unis.

Un message pour les Israéliens 

La décision de Netanyahu de lancer une série d’attaques interrégionales trois semaines avant les élections nationales était une mesure politique soigneusement calculée. Le vote est important non seulement pour l’avenir d’Israël, mais aussi pour le destin de Netanyahu. S’il perd cette élection et, comme prévu, est inculpé de corruption, il ira certainement en prison comme son prédécesseur, Ehud Olmert. Et ainsi, le Premier ministre sortant, qui a promis d’ annexer les implantations en Cisjordanie pour prouver ses références de droite, doit également prouver ses références militaires, de préférence sans plonger le pays en guerre.

Netanyahu, un politicien chevronné, a donc pris le risque calculé de bombarder des cibles iraniennes tout en supposant que l’Iran n’est pas intéressé par une guerre majeure – certainement pas pendant que Téhéran tente de sauver l’accord nucléaire avec l’aide de l’ Europe et d’autres.

Il a également supposé que, le moment venu, toute coopération avec le Hezbollah serait limitée. En effet, la confrontation au Liban, dimanche dernier, a pris fin avant même d’avoir commencé, les deux parties allant dans le sens d’une désescalade immédiate.

Un message pour l’Iran

L’expansion par Israël de ses opérations militaires contre les installations iraniennes jusqu’à inclure l’Irak ne peut être confondue avec autre chose que la notification à Téhéran : Israël exercera sa puissance supérieure comme jamais auparavant, jusqu’à ce que l’Iran cesse de projeter son pouvoir et de construire ses alliés et des actifs proches de ses frontières.

Au cours des deux dernières années, l’armée israélienne a mené des centaines d’attaques contre des cibles iraniennes en Syrie, sans trop de réaction de Damas ou de Téhéran.

Israël a lancé un message similaire en attaquant les positions du Hezbollah en Syrie et au Liban, ce qui était considéré comme une escalade majeure et une violation des accords antérieurs conclus après la guerre de 2006.

Les forces de sécurité israéliennes ne voient plus le groupe comme un mouvement de résistance libanais – un titre qu’il détenait depuis sa création comme un sous-produit de l’invasion et de l’occupation du Liban par Israël en 1982.

Puisque le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, annonce une guerre régionale si l’Iran est attaqué et encourage la projection iranienne de force et d’influence dans la région depuis la Syrie, le Yémen et l’Irak, le groupe armé libanais est désormais considéré comme un client des ayatollahs de Téhéran. Paradoxalement, plus le Hezbollah est débordé et préoccupé par d’autres conflits dans la région, moins il a eu le temps et l’énergie nécessaires pour affronter Israël.

Un message pour Trump

Netanyahu a été irrité par l’invitation française du ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif au sommet du G7 et consterné par les tentatives du président Emmanuel Macron de servir de médiateur entre Téhéran et Washington.

Netanyahu a maintenant compris que l’amour de Trump pour le choc, la controverse et la publicité et sa volonté de rencontrer des ennemis américains comme Kim Jong Un signifient qu’il est tout à fait possible pour lui d’accepter la médiation française et de s’engager à rencontrer les dirigeants iraniens.

Netanyahu a tenté de joindre le président américain à Biarritz pour le dissuader de rencontrer Zarif ou d’ accepter les propositions françaises de lever les sanctions secondaires imposées à l’Iran. Apparemment, le président américain était trop occupé ou peut-être peu disposé à parler.

Trump peut être impressionnable, mais il n’aime pas qu’on lui dise quoi faire.

En tout état de cause, les bombes parlent plus fort que les mots, et Netanyahu savait que même s’il ne pouvait pas appeler Trump au téléphone, les attaques contre l’Irak, la Syrie et le Liban seraient entendues à Biarritz.

Eh bien, le G7 a ignoré l’escalade israélienne, ne le condamnant ni ne le justifiant. L’administration Trump a, bien entendu, défendu le droit d’Israël à « se défendre », mais le président est resté ouvert à l’idée de discussions directes avec l’Iran, insistant sur la nécessité de retirer l’armée américaine des points chauds de la région.

En outre, Trump semble marginaliser son conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, qui a longtemps préconisé que les États-Unis et Israël bombardent l’Iran, alors qu’il fait des ouvertures singulières à l’ égard de Téhéran.

Eh bien, c’est jusqu’à ce qu’il change d’avis.

Vers la guerre

Pendant ce temps, les dirigeants israéliens et iraniens et leurs alliés sont en train de transformer le Moyen-Orient en un théâtre de guerre ouvert, se comportant comme des pyromanes, qui risquent d’enflammer toute la région. Israël et l’Iran ont peut-être réussi, au cours des quarante dernières années, à garder leurs distances et à ne combattre que par procuration, mais l’intensification des tensions au milieu de la multiplication des attaques israéliennes et des sanctions sévères infligées à Téhéran pourrait ouvrir la voie à une nouvelle confrontation régionale aux conséquences imprévues.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici