La Chine et les États-Unis : la guerre du commerce

0
41
 Zhiming LongZhixuan Feng , Bangxi li et Rémy Herrera, extrait d’un texte publié dans Monthly Review, 1 octobre 2020
Le très important déficit commercial américain vis-à-vis de la Chine a été le principal prétexte de Washington pour déclencher, à partir du premier semestre 2018, ce que l’on appelle habituellement une «guerre commerciale» contre Pékin. Les raisons invoquées par l’administration américaine concernent une concurrence prétendument «déloyale» de la part de la Chine. La Chine dans cette perspective accumule les avantages, d’une part, l’augmentation des exportations grâce à des salaires bas et à une monnaie nationale sous-évaluée, et, d’autre part, des importations entravées par des subventions aux entreprises nationales et de lourdes contraintes réglementaires entravant l’accès à ses marché. Selon Donald Trump, les Chinois extirpent des centaines de milliards de dollars [des États-Unis] chaque année.
Qu’en est-il vraiment ?
Depuis les années 80, des déficits commerciaux bilatéraux de plus en plus profonds ont été observés au détriment des Etats-Unis au profit de la Chine.
Cette détérioration ne s’est ralentie (temporairement, avant de s’accélérer à nouveau) que sous l’effet des crises qui ont secoué l’économie américaine en 2001 (l’éclatement de la bulle de la «nouvelle économie») et en 2008 (la crise dite des «subprime» , qui s’est répercutée en Chine à partir de 2009, mais surtout à partir de 2012) ; l’appréciation du yuan (en 2005 et en 2011); et la crise financière de l’été 2015 sur les bourses chinoises.  Depuis, la Chine est devenue officiellement le premier partenaire des États-Unis pour le commerce des marchandises, pour un total de 659,8 milliards de dollars: 120 milliards de dollars d’exportations américaines et 539,5 dollars d’importations. Pendant ce temps, le commerce des services avait un excédent de 40,5 milliards de dollars en faveur des États-Unis en 2018.
C’est précisément en 2018 que Washington a lancé la guerre commerciale contre la Chine. Les premières mesures consistaient à augmenter fortement les tarifs douaniers pour certains produits importés de Chine (comme les équipements ménagers et les panneaux solaires photovoltaïques). Plus tard, d’autres obstacles ont été imposés contre les importations en provenance de Chine (métallurgie, automobile, aéronautique, robotique, technologies de l’information et de la communication, équipement médical, etc.).
En 2019, des augmentations tarifaires frappaient de nouveaux secteurs, la Chine n’était plus le premier partenaire commercial des États-Unis, les partenaires de ces derniers dans l’Accord de libre-échange nord-américain, le Mexique et le Canada, dépassant la Chine. Fin 2019, le déficit commercial des États-Unis avec la Chine s’est considérablement réduit et s’élevait à -345,6 milliards de dollars.
Serait-ce alors que Trump a raison et est sur le point de gagner son combat commercial? Les économistes traditionnels affirment que le commerce entre les États-Unis et la Chine est injuste, mais est-ce vraiment le cas?
La mesure du commerce inégal
Les résultats que nous avons obtenus au cours des quatre dernières décennies (de 1978 à 2018) mettent en évidence l’existence d’un échange inégal entre les États-Unis et la Chine, au détriment de ces derniers et en faveur des premiers.  On constate qu’entre 1978 et 2018, en moyenne, une heure de travail aux États-Unis a été échangée contre près de quarante heures de travail chinois. En 2018, 6,4 heures de travail chinois étaient encore échangées contre 1 heure de travail américain.
 Au total, les transferts de valeurs internationales se sont largement déroulés au profit des États-Unis. Exprimée en dollars courants, à la fin de la période, cette «redistribution» approchait les 100 milliards de dollars, soit près de 0,5% de la valeur ajoutée américaine.
L’érosion de l’avantage américain
Pour autant, les États-Unis, en tant que puissance hégémonique mondiale, ont de plus en plus de mal à conserver leur avantage. La Chine a en effet réussi à réduire significativement l’importance de cet échange inégal, son désavantage dans le transfert de richesse diminuant progressivement: la part de ce transfert défavorable dans la valeur ajoutée chinoise est passée de -3,7% à -0,9% entre 1995 et 2014.
L’augmentation exponentielle des exportations chinoises au cours des trente dernières années a été réalisée sur la base d’une industrialisation réussie – mais longue et difficile – et d’un contrôle rigoureux de l’ouverture du pays au système mondial, intégrés dans le cadre d’une stratégie de développement parfaitement maîtrisée. . » C’est pourquoi le contenu des exportations a pu être progressivement modifié pour concerner des processus de production de plus en plus élaborés, au point que, aujourd’hui, les biens et services de haute technologie représentent plus de la moitié de la valeur totale des marchandises exportées par Chine. Grâce aux innovations technologiques dans tous les domaines (y compris la robotique, l’énergie nucléaire, l’espace), de plus en plus dominés au niveau national, les structures productives du pays ont pu évoluer. Sur plusieurs décennies, le taux de croissance des gains de productivité du travail s’est accéléré, en moyenne, de 4,31% dans les années 80 à 7,28% dans les années 90, 11,72% dans les années 2000 et même 14,12% pour 2010. Cette accélération a ainsi permis desoutenir la hausse soutenue des salaires industriels (en termes réels), mais la légère augmentation du «coût du travail» chinois par rapport aux concurrents du Sud (Corée du Sud, Mexique, Turquie, etc.) ne diminue pas la compétitivité des entreprises nationales, voire leurs marges. À l’heure actuelle, les exportations – et les investissements directs étrangers, puisque plus de la moitié des exportations sont effectuées par des transnationales étrangères établies en Chine – jouent plutôt un rôle de soutien dans le développement du pays.
Les guerres monétaires et commerciales vont toujours de pair. La guerre commerciale contre la Chine a été lancée par l’administration américaine dans un contexte où, pendant des décennies, les États-Unis ont exercé une pression extrême à travers leur monnaie nationale – qui est aussi la monnaie de réserve internationale – sur toutes les autres économies du monde. Visant à tenter d’améliorer la compétitivité-prix des exportations de l’un ou l’autre des deux pays, la concurrence à la baisse sur un dollar faible ou un yuan faible s’est récemment accélérée lorsque les autorités monétaires chinoises ont réagi aux sanctions américaines en laissant leur monnaie nationale déprécier. Le yuan a donc été «dévalué» en août 2019.
Le boom des exportations, sur lequel reposait en partie le «modèle» de croissance chinois – a cristallisé un point de tension majeur dans les relations économiques internationales. En effet, le renminbi, dont l’unité monétaire est le yuan, a longtemps été considéré comme nettement sous-évalué, selon les médias aux États-Unis et ailleurs. Cette supposée sous-évaluation, prétend-on, a été à l’origine de l’aggravation des déficits commerciaux américains, car les produits chinois exportés, déjà très bon marché, ont été rendus encore plus compétitifs sur les marchés mondiaux par un yuan maintenu artificiellement déprécié. D’où la pression redoublée de Washington pour l’appréciation de la monnaie chinoise par rapport au dollar, qui a conduit, malgré les réticences et la résistance de Pékin, aux réévaluations de 2005 et 2012.
Au début des années 2010, la Chine a réussi à ramener son ratio balance des paiements courants sur produit intérieur brut à un niveau jugé «raisonnable», c’est-à-dire compatible avec le taux de change du yuan par rapport au dollar. La part des exportations dans le produit intérieur brut a été maîtrisée: après avoir grimpé à plus de 35 pour cent au milieu des années 2000, elle est tombée sous la barre des 20 pour cent, soit dix points de produit intérieur brut sous la moyenne mondiale. En Chine, ce ratio exportations / produit intérieur brut, inférieur à 20%, est désormais inférieur à celui de l’Organisation de coopération et de développement économiques (28%).
Par conséquent, la «sous-évaluation» du yuan n’est pas aussi évidente qu’on le prétend (contrairement à la détérioration des termes de l’échange de la Chine, qui est bien réelle mais généralement ignorée), dès lors que l’on se réfère au repère le plus utilisé par l’administration américaine elle-même . Cela n’a cependant pas empêché les États-Unis, malgré les gigantesques déséquilibres jumeaux qui caractérisent leur économie (déficit budgétaire et déficit commercial), de poursuivre ce que de nombreux observateurs ont appelé une «guerre des devises» à travers la dépréciation du dollar américain sur les marchés des changes, et tenter d’imposer à Pékin les conditions de ce qui ressemble à une «reddition», dont l’une des implications est la dévaluation des réserves en dollars détenues par les autorités monétaires chinoises. Néanmoins, c’est la Chine qui est souvent accusée de durcir ce passage de la guerre commerciale à la guerre monétaire.
L’hypothèse que nous formulerons donc est que, ajoutée à une guerre des devises qui la préexistait, la guerre commerciale lancée par Washington contre Pékin, dans le cadre de la «nouvelle guerre froide», pourrait être interprétée comme une tentative de l’administration Trump de freiner la lente et continue détérioration de l’avantage que les États-Unis sont parvenus à tirer de leur commerce avec la Chine pendant au moins quatre décennies, et ainsi aussi maintenir leur hégémonie mondiale en ruine. La Chine a certes accumulé des revenus de ses excédents commerciaux bilatéraux, mais les gains correspondants ont été compensés par le fait – mis en évidence par nos calculs mesurant l’inégalité des échanges bilatéraux – que ce sont principalement les États-Unis qui ont profité de ce commerce en termes de main-d’œuvre. temps incarné dans la marchandise échangée.
S’il est loin d’être certain que la guerre commerciale de Trump réussira à faire plier la Chine comme Ronald Reagan l’a fait au Japon dans les années 1980, l’imbrication commerciale et monétaire très étroite des deux premières économies du monde – une superpuissance en déclin, l’autre sur le hausse – présente des risques préoccupants pour les deux pays, ainsi que pour l’économie mondiale.
Zhiming Long est professeur associé à l’Université Tsinghua de Pékin. Zhixuan Feng est professeur adjoint à l’Université Nankai de Tianjin. Bangxi Li est professeur agrégé à l’Université Tsinghua de Pékin. Rémy Herrera est chercheur au Centre national de la recherche scientifique à Paris.