La crise après la crise

 

Walden Bello, Transnational Institute, 17 septembre 2018

 

Il est maintenant clair que les crises financières sont des phénomènes liés qui se sont déchaînés sur le globe depuis la libéralisation des marchés financiers au cours de l’ère Reagan-Thatcher au début des années 1980.

Pour ne prendre que les trois accidents les plus importants, le capital excédentaire qui n’a pu trouver de débouchés intérieurs rentables après l’éclatement de la bulle japonaise à la fin des années 1980 a fait son entrée en Asie du Sud-Est, contribuant à la crise financière asiatique en 1997-98. La crise asiatique, à son tour, a contribué à provoquer l’implosion de Wall Street en 2008, les pays asiatiques canalisant les réserves financières accumulées pour les protéger contre une répétition de 1997 aux États-Unis, où ils ont contribué au boom immobilier à risque.

Les turbulences qui ont frappé les marchés boursiers mondiaux en février dernier, provoquant beaucoup d’effroi et une perte de 4 milliards de dollars, ont rappelé que la prochaine grande implosion pourrait être imminente. Une étude récente du Transnational Institute révèle que dans 10 domaines critiques nécessitant des réformes majeures, peu ou pas de mesures ont été prises pour éviter une récurrence en 2007. Ces domaines vont du système bancaire parallèle à la réserve financière internationale en passant par la gouvernance financière internationale.

Patiner sur une glace de plus en plus mince 

Les grandes banques qui ont été sauvées par le gouvernement américain en 2008 parce qu’elles étaient considérées comme trop grosses pour faire faillite sont devenues encore plus grandes pour faire faillite, avec les six grandes banques américaines – JP Morgan Chase, Citigroup, Wells Fargo, Bank of America, Goldman Sachs et Morgan Stanley ont collectivement 43% de dépôts en plus, 84% d’actifs en plus et triplent la trésorerie qu’ils détenaient avant la crise de 2008.

Deuxièmement, les produits qui ont déclenché la crise de 2008 sont toujours échangés. Cela comprend environ 6 500 milliards de dollars de titres adossés à des créances hypothécaires, dont la valeur a été maintenue uniquement parce que la Réserve fédérale en a acheté 1,7 billion de dollars.

Les banques américaines détiennent collectivement 157 000 milliards de dollars de produits dérivés, soit environ deux fois le PIB mondial. Cela représente 12% de plus qu’au début de la crise de 2008. Citigroup représente à elle seule 44 billions de dollars, soit 50% de plus que ses avoirs d’avant-crise.

Troisièmement, les nouvelles stars du firmament financier – le consortium d’investisseurs institutionnels composé de hedge funds, de fonds de private equity, de fonds souverains, de fonds de pension et d’autres entités investisseurs – continuent de sillonner le réseau mondial, opérant à partir de bases virtuelles appelées les paradis fiscaux, à la recherche d’opportunités d’arbitrage dans des devises ou des titres, ou à évaluer la rentabilité des sociétés pour d’éventuels achats d’actions. La propriété des 100 000 milliards de dollars estimés entre les mains de ces abris fiscaux flottants pour la superrich est concentrée dans 20 fonds.

Quatrièmement, les opérateurs financiers accumulent des bénéfices dans un océan de liquidités fournies par les banques centrales, dont la libération d’argent bon marché a entraîné l’émission de milliers de milliards de dollars de dette, portant le niveau d’endettement mondial à 325 billions de dollars . taille du PIB mondial. Il existe un consensus parmi les économistes du spectre politique selon lequel cette augmentation de la dette ne peut durer indéfiniment sans invoquer une catastrophe.

Chine : prochain épicentre du Big Bang ?

Il est difficile de prédire où la prochaine implosion financière aura lieu. Il y a cependant plusieurs candidats. L’un d’eux est la Chine. Un examen attentif de l’état financier de ce pays montrerait qu’il y a des raisons de s’inquiéter.

Selon la sagesse conventionnelle, la Chine est en plein essor et les États-Unis en déclin, l’économie chinoise gronde d’énergie et le mégaprojet de construction d’infrastructures (comme la nouvelle « route de la soie » de Beijing en Asie centrale.

Certains se demandent si les ambitions de Beijing sont durables. L’inégalité en Chine se rapproche de celle des États-Unis, ce qui laisse présager un mécontentement national croissant, tandis que les graves problèmes environnementaux de la Chine peuvent imposer des limites inexorables à son expansion économique.

La plus grande menace immédiate à la montée en puissance de la Chine est peut-être le même phénomène qui a frappé l’économie américaine en 2008 – la financiarisation ou la canalisation des ressources vers l’économie financière par rapport à l’économie réelle. En effet, trois signes inquiétants indiquent que la Chine est un candidat de choix pour être le site de la prochaine crise financière: surchauffe dans son secteur immobilier, marché boursier des montagnes russes et secteur bancaire parallèle en pleine expansion.

La bulle immobilière

Il ne fait aucun doute que la Chine est déjà en pleine bulle immobilière. Comme aux États-Unis lors de la bulle hypothécaire à haut risque qui a culminé avec la crise financière mondiale de 2007-2009, le marché immobilier a attiré trop de spéculateurs riches et de classe moyenne, ce qui a provoqué une frénésie de prix de l’immobilier. Les prix de l’immobilier chinois ont monté en flèche dans les grandes villes telles que Beijing et Shanghai de 2015 à 2017. Ces grandes villes, y compris Beijing, ont augmenté les conditions de mise de fonds, resserré les restrictions hypothécaires, interdit la revente de propriétés pendant plusieurs années et limité le nombre de maisons que les gens peuvent acheter. Cependant, les autorités chinoises sont confrontées à un dilemme. D’une part, les travailleurs se plaignent de ce que la bulle a placé leur propre appartement et leur location hors d’atteinte, alimentant ainsi l’instabilité sociale. En revanche, une chute brutale des prix de l’immobilier pourrait faire baisser le reste de l’économie chinoise et, compte tenu du rôle de plus en plus central de la Chine en tant que source de la demande internationale, le reste de l’économie mondiale s’accompagne. Le secteur immobilier chinois représente environ 15% du PIB et 20% de la demande nationale de prêts. Ainsi, selon les experts bancaires chinois Andrew Sheng et Ng Chow Soon , tout ralentissement aurait « des effets négatifs sur les industries de la construction tout au long de la chaîne d’approvisionnement, y compris l’acier, le ciment et autres matériaux de construction ».

Un marché boursier sans limite

L’expansion financière – en maintenant les taux d’intérêt bas sur les dépôts pour subventionner la puissante alliance des industries d’exportation et des gouvernements des provinces côtières – a été essentielle pour pousser les investisseurs dans la spéculation immobilière. Cependant, les incertitudes croissantes dans ce secteur ont amené de nombreux investisseurs de la classe moyenne à rechercher des rendements plus élevés sur le marché boursier mal réglementé du pays.

Mais un bon nombre de Chinois ont perdu leur fortune alors que les cours des actions fluctuaient énormément. Dès 2001, Wu Jinglian, considéré comme l’un des principaux économistes de la réforme du pays, a qualifié les bourses de Shanghai et de Shenzhen de « corruption pire qu’un casino » où les investisseurs perdraient inévitablement de l’argent à long terme.

Lorsque l’indice de Shanghai a chuté de 40% plus tard cet été, les investisseurs chinois ont subi d’énormes pertes – une dette à laquelle ils sont toujours confrontés aujourd’hui. Beaucoup ont perdu toutes leurs économies – une tragédie personnelle importante (et une crise nationale imminente) dans un pays doté d’un système de sécurité sociale si peu développé.

Les marchés boursiers chinois, désormais au deuxième rang mondial selon certains comptes, se sont stabilisés en 2017 et semblent avoir retrouvé la confiance des investisseurs lorsqu’ils ont été frappés par la contagion des ventes mondiales d’actions en février 2018, affichant l’une de leurs plus grandes pertes depuis l’effondrement de 2015.

Finance parallèle

Le monopole virtuel sur l’accès au crédit détenu par les industries axées sur l’exportation, les entreprises publiques et les administrations locales des régions côtières favorisées est une autre source d’instabilité financière. Avec la demande de crédit d’une multitude de sociétés privées non satisfaites par le secteur bancaire officiel, le vide a été rapidement comblé par un secteur bancaire parallèle, animé par un réseau d’intermédiaires financiers dont les activités et les produits ne font pas partie du système bancaire officiel réglementé par le gouvernement. Bon nombre des transactions du système bancaire parallèle ne sont pas reflétées dans les bilans réguliers des institutions financières du pays. Mais lorsqu’une crise de liquidité survient, la fiction d’un véhicule de placement indépendant est déchirée par les créanciers qui intègrent ces transactions hors bilan dans leurs évaluations financières de l’institution mère.

Le système bancaire parallèle en Chine n’est pas encore aussi sophistiqué que ses homologues de Wall Street et de Londres, mais il y parvient. Les estimations Ballpark des transactions effectuées dans le secteur bancaire parallèle chinois vont de 10 000 milliards de dollars à plus de 18 000 milliards de dollars. En outre, le secteur bancaire parallèle est fortement investi dans les fiducies immobilières. Ainsi, une chute brutale des évaluations immobilières aurait immédiatement un impact négatif sur le secteur bancaire parallèle – les créanciers seraient laissés pour compte après les faillis des promoteurs ou la détention massive de biens immobiliers amortis en garantie.

En somme, la finance est le talon d’Achille de l’économie chinoise. La synergie négative entre un secteur immobilier en surchauffe, un marché boursier volatil et un système bancaire parallèle incontrôlé pourrait bien être la cause de la prochaine grande crise qui frappera l’économie mondiale, en concurrence avec la gravité de la crise financière asiatique de 1997– 98 et l’implosion financière mondiale de 2008-09.

Les fluctuations de la finance mondiale continuent de représenter une menace pour l’économie mondiale, et l’absence continue d’une réglementation efficace garantit que des bulles spéculatives peuvent s’accumuler dans différents nœuds de l’économie mondiale. Aujourd’hui, la bulle pourrait se développer en Chine.

Capitalisme réformé ou post-capitalisme?

Pour certains, le besoin le plus urgent est de réformer le capitalisme. Un programme de réforme financière devrait être intégré dans un programme plus complet de réforme du capitalisme. Cette entreprise devrait s’attaquer sérieusement à l’absence de demande liée à l’inégalité croissante. Il devrait reconnaître courageusement ses racines dans les rapports de force inégaux entre le capital et le travail, comment ce pouvoir inégalitaire se traduit par une inégalité croissante et comment les inégalités se traduisent par une demande anémique qui freine l’expansion de la production.

Pour d’autres, en revanche, la recherche constante de rentabilité par le capitalisme est une source fondamentale d’instabilité qui compromettra en fin de compte tous les efforts de réforme – comme cela a été le cas pour le keynésianisme d’après-guerre à la fin des années 1970. En outre, il ne faut pas se limiter aux inégalités sociales mais à la volonté du système productif de se développer au détriment de la biosphère. Ce qu’il faut, dit-on, c’est un programme post-capitaliste, qui est rendu encore plus urgent par la catastrophe climatique qui se déroule déjà.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici