Ce qu’on doit savoir des États-Unis et le Venezuela

MAX B. SAWICKY, Jacobin, 31 janvier 2019

L’agression de l’administration Trump envers le Venezuela est grotesque, intéressée et impérialiste. Les États-Unis devraient rester en dehors du Venezuela.

1

L’incohérence de la politique étrangère américaine en matière de droits de l’homme est un scandale. Qu’il en ait toujours été ainsi ou qu’un tel comportement soit inévitable pour un pays puissant n’enlève rien à son immoralité fondamentale.

2

S’attarder sur les faiblesses des cibles de fausses campagnes américaines des droits de l’homme ne procure aucun avantage aux victimes de ces régimes. Tout ce que cela fait, c’est élargir l’espace politique pour une future intervention militaire désastreuse des États-Unis. Cela passe également à côté de l’histoire des assauts américains sur la souveraineté de la nation ciblée.

3

Le recours au « soft power » doit être considéré comme un compromis du gouvernement américain. Déterminé à détruire un régime hostile, il n’existe aucune autre contrainte effective. Le soft power lui-même devrait être considéré comme une campagne destinée à ouvrir la voie à des tactiques plus agressives, allant jusqu’à une intervention militaire.

4

L’intervention réelle a généralement été justifiée par des accusations scandaleuses: la cocaïne de Noriega qui était en fait une poudre de tortilla, la fable des soldats irakiens renversant des incubateurs de bébés dans un hôpital koweïtien, les armes de destruction massive inexistantes de Saddam Hussein, et bien sûr le légendaire histoire du golfe du Tonkin.

5

Le fait est que le gouvernement des États-Unis ne dispose actuellement pas des moyens politiques et militaires nécessaires pour organiser une invasion signifie que les mesures qui aggravent la misère du peuple vénézuélien continueront et seront intensifiées. Ces sanctions, en aggravant les conditions sur le terrain, alimentent les dénonciations du régime et son agression. C’est leur but.

6

Les tendances anti-interventionnistes de Trump sont en grande partie contrebalancées par son emploi de néoconservateurs dépravés, sa tendance innée du genre macho, son ignorance des limites du pouvoir américain, ses desseins infantiles sur les ressources pétrolières du pays.

7

La dénonciation de toutes les politiques offensives américaines concernant le Venezuela devrait être un test décisif pour le soutien de tout candidat cherchant à être nommé à la présidence du parti démocrate.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici