La guerre mondiale contre les enfants

Karen J. Greenberg, extrait d’un texte paru dans TomDispatch.com, 20 janvier 2019

Du nord au sud, d’est en ouest, les enfants du monde entier souffrent, sont de moins en moins en sécurité et sont la proie de plus en plus de prédateurs. Depuis des années, leurs décès dus à la maladie, aux privations, à la famine et aux conflits de toutes sortes sont à la hausse.  C’est le cas, troublant, dans les pays où les États-Unis sont impliqués dans la guerre.

Par exemple, au cours des trois premiers trimestres de 2018, 5 000 enfants ont été tués ou mutilés dans l’Afghanistan, où se trouvent 14 000 soldats et mercenaires américains. Save the Children estime que près de 85 000 enfants de moins de 5 ans pourraient être morts de faim dans un Yémen déchiré par la guerre civile et, selon l’UNICEF, au moins 1 248 enfants ont été tués et autant de blessés dans les frappes aériennes saoudiennes soutenues par les Etats-Unis .

À la fin de 2017, au moins 14 000 enfants ont été tués dans la guerre en Syrie, par des tireurs isolés, des mitraillettes, des missiles, des grenades, des bombes en bordure de route et des bombes aériennes. En outre, comme l’a montré la journaliste Marcia Biggs dans une gagnant du PBS NewsHour spécial, de nombreux enfants ont été mutilés et, après avoir perdu un membre, peinent à vivre avec (ou sans) prothèses, tandis que leurs écoles sont en ruine.

Une telle dévastation n’est pas limitée au Moyen-Orient. Selon l’UNICEF, 22 000 enfants meurent chaque jour dans le monde en raison de la famine. En Afrique, la violence et la faim menacent de plus en plus les enfants. En République démocratique du Congo, des millions d’enfants seraient «à risque de malnutrition aiguë sévère».

UNE GÉNÉRATION PERDUE

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR, indique que le nombre de personnes déplacées, à la fois celles qui ont fui à travers les frontières nationales et celles qui se trouvent encore dans leur propre pays, a atteint 68,5 millions à la fin de 2017. Selon l’UNICEF, près de 50 % de cette population déplacée sont des enfants. Beaucoup d’enfants meurent de faim, n’ont pas accès aux soins médicaux ni aux services de base tels que des toilettes et de l’eau potable, sans parler des écoles. En Irak, un nombre surprenant d’entre eux vivent dans des camps de réfugiés ou de déplacés internes.

En outre, vivant dans des zones déchirées par la violence et la guerre, ces enfants ont souvent été témoins d’atrocités de masse. À l’intérieur et à l’extérieur des camps où vivent tant d’entre eux, les jeunes sont victimes de viols, de violences et d’abus. En Syrie, au Yémen, en Iraq et en Afghanistan, des enfants ont vu leurs frères, soeurs et parents tués sous leurs yeux. Selon Taub, ceux qui sont soupçonnés d’avoir des parents appartenant à l’Etat islamique ou une affiliation avec ce dernier sont souvent punis, voire exécutés. Selon Human Rights Watch, les services de sécurité du Kurdistan irakien utilisent contre des garçons de 14 et 17 ans des passages à tabac, des positions stressantes et un choc électrique, pour obtenir des aveux concernant leurs liens avec ISIS.

En réalité, ces enfants sont régulièrement ostracisés en tant qu’ennemis permanents de l’État. Ils sont une génération perdue au sens le plus littéral du terme et cette perte finira par nous toucher tous.

Les enfants-soldats

Et aucune fin n’est en vue en ce qui concerne les dommages, puis l’utilisation ultérieure, de ces jeunes endommagés. Bien au contraire, le cycle de la violence ne fait que se renforcer, grâce à une légère augmentation du recrutement d’enfants pour la guerre. Au Yémen, au Soudan et en Libye, par exemple, le recrutement d’enfants combattants est en augmentation depuis plusieurs années. Entre-temps, pour continuer leur guerre au Yémen, les Saoudiens ont également recruté, littéralement, des soldats soudanais, des « survivants désespérés du conflit au Darfour ». Un grand nombre d’entre eux seraient des adolescents.

En Somalie et en Ukraine, par exemple, des informations alarmantes concernant des enfants recrutés ont récemment été révélées. En Ukraine, des enfants âgés de 8 ans à peine sont formés pour tirer et pour devenir insensibles à l’acte. CBS News a récemment cité l’ un des formateurs pour adultes de cette façon: «Nous ne visons jamais les gens avec des armes à feu. Mais nous ne comptons pas les séparatistes, les petits hommes verts, les occupants de Moscou, en tant que personnes. Donc, nous pouvons et devons les viser.  »

De telles tentatives d’attaquer des jeunes, souvent affamés et désespérés, dans l’espoir d’avoir encore plus d’armes à la main, sont une prescription pour la violence mondiale à long terme. Et les groupes terroristes n’hésitent pas non plus à utiliser les jeunes. Le groupe terroriste nigérian Boko Haram est connu pour utiliser des jeunes filles dans des missions suicide, tandis que, suite à son augmentation en 2014, ISIS a recruté «des centaines, voire des milliers d’enfants, pour un engagement militaire. » donc, en fait, a les talibans en Afghanistan.

Du côté des États-Unis

En outre, la négligence généralisée et des actes de cruauté manifestes continuent de définir les centres de détention à la frontière avec le Mexique. Les bébés sont laissés dans des couches souillées et dans des conditions insalubres, tandis que les enfants de tous âges sont souvent séparés de leurs mères et de leurs pères, logés dans des conditions de prison froides et terrifiés par ce qui pourrait les attendre pour eux et leurs parents. Récemment, une vidéo de travailleurs giflant, poussant et traînant autour de jeunes immigrés dans un centre de détention géré par Southwest Key Programs en Arizona a été rendue publique. De même, un jury a déclaré coupable le premier des deux employés de Southwest Key inculpés pour avoir abusé sexuellement d’enfants (dans deux des centres de cette société) en septembre dernier.

Les mauvais traitements infligés aux enfants immigrants à la frontière ne sont qu’un signe des temps. Parmi les citoyens américains, il y a aussi des problèmes. Dans une société de plus en plus inégale, 21% des enfants de ce pays vivent maintenant sous le seuil de pauvreté officiel, un taux qui est le plus élevé des pays les plus riches du monde. En 2009, un rapport du ministère de la Justice indiquait que plus de 60% des enfants américains étaient témoins ou étaient la cible de violences «directement ou indirectement».

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici