La Méditerranée, la route de la mort

Al Jazeera, 3 septembre 2018

Plus de 1 600 personnes sont mortes ou ont été portées disparues alors qu’elles tentaient d’atteindre l’Europe jusqu’à présent cette année, révèle le nouveau rapport de UNCHR « Desperate Journeys ».

Le rapport publié lundi révèle que, même si le nombre de passages à niveau a diminué, les décès ont augmenté, rendant le voyage plus mortel en termes de pourcentage pour ceux qui s’y aventurent. Selon le rapport, les passeurs prennent de plus en plus de risques en raison de la surveillance accrue.

Au total, 2 276 personnes sont mortes l’année dernière en essayant de traverser, ce qui représente un décès pour 42 arrivées. Cette année, ce sont 1 095 décès, soit un sur 18 arrivées. En juin seulement, la proportion a atteint un décès pour sept arrivées. Environ 500 personnes ont disparu.

« Ce rapport confirme une fois de plus que la Méditerranée est l’une des traversées les plus meurtrières du monde », a déclaré Pascale Moreau, directrice du Bureau du HCR pour l’Europe.

« Avec le nombre de personnes qui arrivent sur les côtes européennes, ce n’est plus un test pour savoir si l’Europe peut gérer les chiffres, mais si l’Europe peut rassembler l’humanité pour sauver des vies », a-t-elle ajouté.

Les personnes voyageant en Europe continuent à le faire pour différentes raisons.

Certains continuent de fuir un conflit armé et des violations des droits humains, tandis que d’autres cherchent à obtenir une protection internationale en raison de persécutions religieuses, ethniques ou politiques ou pour échapper à différentes formes de violence sexuelle ou sexiste, révèle le rapport.

« Le trafic est devenu plus mortel parce que les trafiquants prennent plus de risques car les gardes-côtes libyens exercent une surveillance accrue », a déclaré Vincent Cochetel, envoyé spécial du HCR pour la Méditerranée centrale.

« Nous avons besoin d’une réponse régionale, ce n’est pas un problème exclusif pour les pays situés aux frontières extérieures, comme l’Italie , la Grèce ou l’Espagne . »

Et tandis que les gens risquent leur vie pendant le voyage, ce n’est pas la seule fois où ils courent un risque.  « Ils risquent leur vie lorsqu’ils tentent de fuir le conflit dans leur pays, lorsqu’ils doivent traverser la frontière sans autorisation et lorsqu’ils tombent entre les mains de trafiquants et de mafias qui promettent de les prendre », a-t-elle expliqué.

Une grosse business

Les autorités libyennes ont intercepté ou sauvé 18 400 personnes entre août dernier et juillet de cette année – une augmentation de 38% par rapport à la même période en 2016 et 2017. Les arrivées par voie maritime de la Libye à l’Europe ont chuté de 82% au cours de ces périodes comparables, à 30 800 dans la période la plus récente.

Le HCR a déclaré que de plus en plus d’inquiétudes de la part des personnes tentant de se rendre en Libye ou de se retrouver dans des centres de détention surpeuplés et surpeuplés sont une source de préoccupation croissante. Beaucoup y sont retournés après avoir échoué en Europe.

Le problème après le débarquement (est que) ces personnes sont renvoyées dans des centres de détention, et beaucoup disparaissent « , a déclaré Cochetel. « Beaucoup sont vendus à des milices, à des trafiquants et à des personnes qui les emploient sans les payer ».

Il a déclaré que la baisse des départs signifie que les trafiquants tentent de « monétiser leurs investissements, ce qui signifie qu’ils doivent exploiter davantage de personnes ».

« Cela se traduit par plus de cas d’esclavage, de travail forcé, de prostitution de ces personnes – parce qu’ils (les passeurs) veulent gagner de l’argent avec ces personnes ».

Et bien que cet itinéraire soit mortel, ce n’est pas le seul qui déclenche une alerte rouge.

« La route du Maroc ou de l’Algérie vers l’Espagne a également montré une augmentation du taux de mortalité », a déclaré M. Vega.

« Jusqu’à présent, plus de 300 personnes sont mortes cette année. »

L’Espagne est le troisième point d’arrivée le plus occupé pour tous les réfugiés et migrants entrant en Europe par la mer, derrière l’Italie et la Grèce,  représentant  23% de tous les arrivants dans l’UE.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici