La révolution soviétique et la révolte du tiers-monde  

John Riddell, 1er novembre 2017

En 1917, le massacre de la Première Guerre mondiale a pesé sur les travailleurs comme un cauchemar. Puis, en novembre, la nouvelle se répandit que les travailleurs de la Russie avaient assumé le pouvoir gouvernemental. « C’était comme un coup de tonnerre quand la nouvelle est arrivée … de la création du gouvernement soviétique », a rappelé plus tard le révolutionnaire canadien Malcolm Bruce. « Il y a eu un grand soulèvement parmi la classe ouvrière. ». Et c’était ainsi. Au cours des 100 dernières années, l’impulsion de la révolution russe s’est propagée plus lentement que ce à quoi Malcolm Bruce s’attendait et a subi de nombreux revers. Pourtant, les semences plantées en 1917 continuent à germer et à se développer.

Le nouveau gouvernement en Russie a été appelé « soviétique » parce qu’il était basé sur des conseils d’ouvriers et de paysans (« soviets ») à travers le pays. Il a fallu rapidement prendre des mesures radicales pour répondre aux besoins les plus urgents des travailleurs:

  • Toutes les terres sont nationalisées et les comités paysans sont chargés de leur répartition équitable.
  • Le droit des travailleurs de superviser la gestion de leurs entreprises est garanti par la loi.
  • Les femmes sont pleinement égales devant la loi, y compris le droit de voter et de siéger au gouvernement.
  • Les nationalités-matières qui constituaient alors 58% de la population sont assurées d’une « libre autodétermination jusqu’au droit de sécession et y compris ».
  • Les peuples musulmans, 15% des citoyens soviétiques, sont informés que « vos croyances et vos coutumes, vos institutions nationales et culturelles sont désormais déclarées libres et inviolables ».

Une Internationale révolutionnaire

En mars 1919, une conférence à Moscou fonde l’Internationale communiste (Komintern), parti mondial dédié à la propagation de la révolution socialiste. Le blocus impérialiste de la Russie soviétique limite la participation à 52 délégués. Treize d’entre eux représentent neuf peuples asiatiques. Le manifeste de la conférence condamne l’oppression coloniale :

La libération des colonies n’est possible qu’avec la libération de la classe ouvrière dans les centres impérialistes … Pour les esclaves coloniaux d’Afrique et d’Asie, l’heure de la dictature prolétarienne en Europe sera aussi l’heure de la libération.

D’autres résolutions du congrès plaident en faveur d’un soutien aux peuples coloniaux « dans leur lutte contre l’impérialisme » et ont condamné les partis ouvriers auparavant favorables à la guerre pour avoir explicitement approuvé le régime colonial.

Pour une lutte mondiale

En novembre 1919, Lénine propose un nouveau cadre de lutte mondial contre l’impérialisme. À ce moment-là, il était clair que les luttes ouvrières à l’ouest de la république soviétique stagnent. À l’est cependant, les armées soviétiques, qui comptent près de 300 000 musulmans et 50 000 soldats chinois immigrants, progressent à travers l’Asie. Lénine estime que la situation mondiale est modifiée :

La révolution socialiste ne sera pas uniquement ou principalement une lutte des prolétaires révolutionnaires de chaque pays contre leur bourgeoisie – non, ce sera une lutte de toutes les colonies et de tous les pays impérialistes opprimés, de tous les pays l’impérialisme international … La guerre civile des travailleurs contre les impérialistes et les exploiteurs de tous les pays avancés commence à se combiner avec des guerres nationales contre l’impérialisme international.

Alliance avec le nationalisme révolutionnaire

Lors du deuxième congrès du Komintern, à Moscou en 1920. 218 délégués et 33 représentent des groupes de 12 nationalités d’Asie. Pour Lénine, c’est un premier pas « vers l’union dans la lutte des prolétaires révolutionnaires avec les masses des pays représentant 70% de la population mondiale. À cette occasion, divers débats sur cette révolution de l’est ont lieu. MN Roy, un révolutionnaire indien de 33 ans remet en question l’idée qu’une alliance avec les forces bourgeoises indigènes soit possible. Lénine pour sa part change ses thèses pour recommander une alliance avec des forces « national-révolutionnaires » plutôt que « bourgeoises démocratiques » :

La signification de ce changement est que nous, en tant que communistes, ne devons et ne soutiendrons les mouvements de libération bourgeois dans les colonies que lorsqu’ils sont véritablement révolutionnaires et que leurs représentants n’empêchent pas notre travail d’éducation et d’organisation révolutionnaires auprès de la masse d’exploités. Si ces conditions n’existent pas, les communistes de ces pays doivent combattre la bourgeoisie réformiste.

Le tournant du Komintern

Deux mois plus tard, un « Congrès des peuples de l’Est » organisé par le Komintern se réunit à Bakou, en Azerbaïdjan.

Le cycle de sept ans de guerre et de guerre civile en Russie européenne touche à sa fin, mais la Russie asiatique et ses régions frontalières du sud sont déchirées par les bouleversements et la guerre. Les armées britanniques sont maintenant en retrait, tandis que l’armée rouge avance vers le sud et l’est. De nouvelles républiques soviétiques dirigées par des musulmans voient le jour en Russie et dans ses régions frontalières. Mais les armées britanniques ont récemment envahi l’Afghanistan et restent présentes en Turquie, en Iran et en Asie centrale, tandis que les troupes japonaises restent en Sibérie orientale.

Convoqué comme une assemblée anti-impérialiste massive de travailleurs et de paysans de Turquie, d’Arménie et d’Iran, le congrès de Bakou attire 1 891 participants venus principalement des républiques soviétiques d’Asie, mais avec plus de 100 délégations de Turquie, d’Arménie, d’Iran et de Géorgie. La majorité des participants est communiste, mais il y aussi une diversité de rebelles nationalistes de nombreuses tendances. Le congrès appelle à « la libération de toute l’humanité du joug de l’esclavage capitaliste et impérialiste » et lance un célèbre appel aux peuples asiatiques pour « aller de l’avant en tant que guerre sainte contre le conquérant britannique ».

Au cours des trois années subséquentes, le travail du Komintern et l’aide soviétique contribuent à chasser les forces britanniques et japonaises de la région. Les gouvernements soviétiques sont établis dans le Caucase et en Mongolie. Dans les Indes orientales néerlandaises (maintenant l’Indonésie), les partisans de la révolution russe forment une alliance avec Sarekat Islam, un mouvement de masse anticolonial islamique. En Inde, alors gouvernée par la Grande-Bretagne, un mouvement communiste prend racine à la fin des années 1920 et contribue à la fin de la domination britannique dans les années 1940. Au Vietnam, Ho Chi Minh fonde en 1925 un mouvement nationaliste révolutionnaire qui, plus tard, en tant que parti communiste vietnamien, mène une lutte héroïque prolongée pour l’indépendance nationale et le socialisme

La révolution en Chine

Pourtant, c’est en Chine que la révolution russe a le plus d’impact. La Chine en 1921 est démembrée par les armées de seigneurs de guerre rivaux et par la présence de nombreuses puissances impérialistes rivales. Deux forces se disputent la direction de la lutte de la Chine contre l’impérialisme et le gouvernement féodal: le Guomindang (GMD) et le Parti communiste chinois. Sun Yat-sen, le chef du GMD jusqu’à sa mort en 1925, admire la république soviétique et parle de créer une forme de socialisme en Chine. Son mouvement, ancré dans la classe capitaliste naissante, a un large soutien à travers le pays. Le Parti communiste chinois (PCC), fondé en 1921, ne compte au départ que quelques dizaines d’intellectuels.

Au départ, les deux mouvements sont alliés. Les membres du PCC rejoignent le GMD, qui reçoit une assistance militaire soviétique. Après la mort de Sun, le GMD se réoriente vers l’impérialisme occidental et mène la guerre contre le mouvement communiste. Pourtant, le mouvement révolutionnaire du peuple persiste. En 1946-1949, le PCC devient le gouvernement, mettant la Chine sur la voie de la croissance économique et du statut de grande puissance.

Libération noire

Mais qu’en est-il de l’Afrique et de l’Amérique latine ?  Les peuples africains n’ont alors aucune voix dans la vie politique. Pourtant, en 1919, les travailleurs noirs d’Afrique du Sud organisent une première grève de masse. Les années qui suivent la révolution russe voient la fondation des premières organisations politiques africaines pour la lutte contre la domination coloniale. Une résolution du deuxième congrès du Komintern (1920) identifie les « Noirs en Amérique » comme une nation opprimée et promet un soutien pour leur libération.

Amérique latine

Les pays d’Amérique latine, pour la plupart formellement indépendants, sont alors soumis à la domination américaine et britannique. Épargnées par la crise et la destruction de la première guerre mondiale, elles connaissent une recrudescence des luttes sociales en 1918-20. Le Parti socialiste argentin compte 1 000 membres affiliés au Komintern en 1918. Un petit groupe communiste est formé l’année suivante au Mexique et partout la république soviétique bénéficie d’une grande sympathie.  Lors du congrès de 1920 du Kominterm, le représentant du Parti communiste américain déclare qu’il « est absolument nécessaire de combattre l’impérialisme américain en lançant des mouvements révolutionnaires en Amérique latine ».

Aube cubaine

Après la montée de Staline, la politique du Komintern envers le Sud diverge de la stratégie adoptée à l’époque de Lénine. Cependant, l’influence de la révolution russe s’est généralisée dans le mouvement mondial de libération coloniale. Dans les années 1950, l’exemple de la révolution russe est l’un des facteurs inspirants. Sous la direction de Fidel et Raul Castro, Camilo Cienfuegos, Che Guevara et leurs camarades, les travailleurs et les paysans cubains accèdent au pouvoir en 1959. Au cours des années qui ont suivi, les révolutionnaires cubains parviennent à une synthèse féconde du marxisme et des traditions libératrices du pays, illustrées par Jose Martí.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici