L’art de la révolution au Soudan et en Algérie

Marwan Bishara, Al Jazeera, 15 avril 2019

 

Le Soudan et l’ Algérie peuvent évoquer des souvenirs des révolutions tunisienne et égyptienne de 2010 et 2011. Marchant, chantant, résistant et audacieux, les peuples soudanais et algérien ont poursuivi leurs appels à la liberté et à la démocratie jusqu’à ce qu’ils soient en mesure de désarmer la vieille garde – hommes politiques et généraux – et de les forcer à acquiescer à leurs demandes initiales.

Il est peut-être encore trop tôt pour en juger, mais jusqu’à présent, il semble que ces derniers aient tiré d’importantes leçons de la révolution arabe ainsi que d’autres révolutions. En fait, le Soudan et l’Algérie pourraient bien être en mesure de dissuader la contre-révolution et d’éviter les dangers de la guerre civile.

Non-violence et inclusion

Jusqu’à présent, les révolutionnaires sont toujours fermement engagés sur la voie de la non-violence, à la fois en Tunisie et en Égypte. La protestation pacifique s’est avérée la moins coûteuse et la plus constructive des stratégies et des scénarios possibles, non seulement pour faire face à la répression, mais également pour paver la voie de la démocratie. En effet, les révolutions non violentes sont les plus capables de scinder la base du régime et de miner sa légitimité.

Si l’histoire est un guide, les violentes révoltes ont tendance à s’unir et à galvaniser la base d’une dictature, ce qui la rend plus difficile à détruire. Ils produisent également un leadership alternatif qui n’est pas moins violent que les régimes répressifs qu’ils visent à renverser.

Ceux qui combattent et tuent leurs adversaires avec enthousiasme et détermination risquent de se retourner contre leurs alliés.

Mais  la désobéissance civile, le boycott, les manifestations et d’autres formes de stratégies non violentes de travail nécessitent une mobilisation populaire. En Algérie et au Soudan, des personnes de différentes origines ethniques et religieuses, jeunes et âgées, femmes et hommes, laïques et religieuses se sont unies pour revendiquer la liberté et une vie meilleure.

La principale voix populaire du Soudan, la Sudanese Professionals Association, a reflété cette étreinte de l’inclusion dans son récent appel à placer « le Christ au cœur de la révolution », demandant aux chrétiens et aux peuples de toutes les confessions de participer à une journée de désobéissance civile.

Cette inclusion de différents éléments de la société empêche le régime de tirer parti de toute scission potentielle ou de tout sentiment d’aliénation, comme cela a été le cas en Syrie et en Égypte, afin de discréditer la révolution et de justifier la répression contre ses partisans.

L’inclusion signifie également la volonté d’incorporer des segments de l’ordre ancien dans le mouvement en faveur du changement. Non seulement cela élargit la base populaire de la révolution, mais cela diminue également l’autorité du régime et accélère sa chute.

Les autocrates dépendent d’un système de favoritisme politique et financier qui implique la participation de certains segments de la société principalement par nécessité économique, et non par loyauté politique.

Condamner ou aliéner ces bureaucrates ou fonctionnaires de rang moyen et inférieur, y compris les enseignants et les policiers, est contre-productif et nuisible; les attirer et les incorporer dans la révolution peuvent contribuer à son succès potentiel.

Une plus grande mobilisation populaire derrière la révolution garantit une plus grande participation au processus démocratique qui s’ensuit, garantissant sa consolidation à long terme. Cela peut prendre du temps, beaucoup de temps.

Ce qui s’en vient 

Une révolution est une poussée d’adrénaline sociale et politique libératrice et stimulante, mais même avec un large soutien, son succès à long terme dépend de la cohérence et de la persévérance. La pression ne peut pas diminuer simplement parce que le despote est parti. Ce qui doit suivre est un processus lent, fastidieux et délibéré d’organisation, de négociation et de réconciliation.

Sans cela, toute révolution se termine dans les poubelles de l’histoire.

En effet, si les gens retournent chez eux comme après la chute d’un autocrate, ils permettent à l’ancien régime de se reconstituer sous une forme ou une autre.

Contrairement aux révolutions comme celles de la Russie ou de l’Iran, où le changement a été rapide, brutal et décisif, les révolutions démocratiques exigent du temps, de la discipline et de l’endurance.

Historiquement, la démocratie vient après de grandes perturbations, et par phases longues. La Révolution française, qui a mis des décennies à réaliser son potentiel, en est un bon exemple.

Changer un autocrate peut être difficile; changer le système derrière lui est encore plus difficile. Les Algériens et les Soudanais semblent bien en être conscients. Ils ont célébré l’éviction sans sang de Bouteflika et d’Al-Bashir, mais ils l’ont fait en sachant bien que ce n’était que le début d’un processus très long et lourd.

L’introduction rapide de dirigeants remplaçants issus de l’ancien système des deux pays a mis en évidence la nécessité d’une réflexion plus globale sur la voie à suivre.

En Algérie et au Soudan, les manifestants savent qu’ils doivent convaincre les forces militaires de s’installer à leurs côtés, comme en Tunisie, pour éviter un scénario de type égyptien.

L’expérience tunisienne montre également que les manifestations doivent se poursuivre jusqu’à la mise en place d’un nouveau système. Cela signifie non seulement savoir à qui vous vous opposez, mais aussi ce que vous voulez, à court et à long terme. Il est assez facile de s’opposer à des dirigeants répressifs corrompus, mais beaucoup plus difficile de formuler et de mettre en œuvre une vision pour un avenir meilleur.

Démocratie et démocrates

Cela nous amène à la vieille énigme de la poule et de l’œuf: qu’est-ce qui vient en premier, démocratie ou démocrates? Comment est-il possible de nourrir la démocratie sans démocrates, ou les démocrates sans démocratie?

La démocratie n’est pas une panacée. C’est beaucoup de travail et les résultats peuvent être mitigés, parfois non démocratiques, même après des décennies et des siècles de régime démocratique. Il suffit de regarder la montée des partis de droite fascistes et antidémocratiques dans plusieurs grandes démocraties.

Et dans le monde arabe, la démocratie libérale peut être perçue comme une idée controversée ou une importation étrangère par les couches traditionnelles et conservatrices de la société.

Se précipiter aux urnes immédiatement aura pour effet de de privilégier les partis les plus anciens et organisés et de fracturer les groupes nouvellement formés qui dirigent la révolution. L’Egypte est un bon exemple de la manière dont l’Ancien Régime peut exploiter les tensions post-électorales entre islamistes laïcs libéraux et conservateurs pour organiser un coup d’État contre un président élu.

Au Soudan, les rebelles demandent une période de quatre ans pour stabiliser le pays politiquement et économiquement et tracer une nouvelle voie à suivre.

L’Algérie semble faire de même, puisqu’elle a rejeté l’annonce de l’élection présidentielle de juillet selon les anciennes règles. Maintenant que les juges algériens ont décidé de boycotter la supervision de telles élections prématurées, la pression augmente pour leur ajournement jusqu’à ce que le pays soit prêt.

L’art de l’impossible

Jusqu’à présent, les développements au Soudan et en Algérie vont dans la bonne direction, mais de nombreux problèmes peuvent encore se produire, étant donné que le chemin de la démocratie est semé d’embûches et de pièges.

Les populations soudanaises et algériennes longtemps réduites au silence et leurs élites invisibles ont défié toutes les campagnes de terreur. Ils ont rejeté toutes les formes d’interventions nationales et étrangères, en particulier les interventions militaires, pour éviter les destructions constatées en Libye, en Syrie et au Yémen.

En bref, ils préfèrent être des révolutionnaires autonomes, dynamiques et innovants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici