Le Canada et la crise du Venezuela

L’image du Canada en tant que force modérée recherchant un dialogue multilatéral sur la situation au Venezuela n’est rien de plus qu’une rhétorique voilant le rôle de plus en plus interventionniste d’Ottawa en Amérique latine. 

Contre son image de défenseur apaisant du multilatéralisme, le Canada est devenu le principal protagoniste du changement de régime au Venezuela, position qui s’inscrit dans la continuité des interventions plus anciennes d’Ottawa dans les Amériques.

Lorsque Juan Guaidó, président de l’Assemblée nationale du Venezuela, s’est déclaré président par intérim le 23 janvier, il ne l’a fait qu’après avoir été assuré par les puissances étrangères d’obtenir son soutien. L’administration Trump aux États-Unis et les gouvernements d’extrême droite d’Amérique latine l’ont immédiatement reconnu, et peu de gens seraient surpris de constater que le vice-président américain Mike Pence et le président brésilien Jair Bolsonaro se tiennent côte à côte avec Nicolás Maduro. Depuis lors, l’inquiétude bien méritée s’est installée devant l’envoyé spécial des États-Unis et le  criminel de guerre Elliott Abrams et d’autres faucons de l’administration tels que Mike Pompeo et John Bolton. En effet, les menaces persistantes des États-Unis, et de Guaidó lui-même, de «garder toutes les options sur la table» et d’utiliser une intervention militaire pour renverser Maduro mettent à l’épreuve la force de la coalition anti-Maduro de l’Atlantique Nord. Même des journaux anti-chavistes comme  The Economist mettent en  garde  contre le recours à la force. Cependant, le bruit, les spectacles orchestrés par Washington comme le  convoi d’aide humanitaire  sur la frontière entre la Colombie et le Venezuela, et le retour peu dramatique de Guaidó   à Caracas masquent d’autres acteurs clés de la crise.

En particulier, la poursuite active du changement de régime par le Canada a été largement commentée, malgré le rôle démesuré joué par la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland. Tout en vantant sa réputation de «puissance moyenne» non-interventionniste bienveillante, moralement consciente et pacifique, le Canada a coordonné ses efforts avec les éléments les plus extrémistes de l’opposition du Venezuela pour isoler et renverser le gouvernement Maduro. Il l’a fait tout en légitimant les gouvernements après le coup d’État au Brésil et au Honduras et en luttant contre les abus humains et environnementaux des industries extractives du Canada dans la région.

La position du Canada lors de la dernière crise est moins une réponse à la situation humanitaire de plus en plus grave ou au virage autoritaire de Maduro, quele résultat de ses collaborations à long terme avec la droite vénézuélienne et un symptôme de la politique récente du Canada dans les Amériques. 

À la défense de l’empire

Selon Tyler Shipley dans son livre,  Ottawa et Empire: le coup d’État militaire et le coup d’État militaire au Honduras : «La présence impériale du Canada en Amérique latine remonte à plus d’un siècle. la plus grande entreprise [opérant aujourd’hui sous le nom de Brookfield Asset Management] au début du XXe siècle, le Brésil était surnommé la «pieuvre canadienne» parce que ses tentacules dominaient un grand nombre d’industries, que les banques et les chemins de fer canadiens étaient répartis sur le Cuba de Batista, et que le Canada avait même atterri des troupes pour aider au massacre de paysans salvadoriens [en 1932] se rebellant contre le dictateur militaire qui avait permis à une entreprise canadienne d’avoir un monopole extorsionné sur les télécommunications et les transports. Cent ans plus tard, l’histoire est la même.  »

Le rôle du Canada dans les Amériques a été éclipsé par celui des États-Unis. En effet, certains  suggèrent que  les États-Unis fournissent au Canada une couverture utile alors que les deux pays poursuivent le même programme politique.

Ces modèles de longue date ont changé qualitativement et quantitativement avec le paysage géopolitique changeant du monde de l’après-guerre froide. Plutôt que les campagnes anti-insurrectionnelles privilégiées par les États-Unis d’Amérique centrale dans les années 1980, la politique canadienne vise à créer les conditions nécessaires à l’accumulation de capital par des mesures diplomatiques, des pressions économiques et une image de marque. Les résultats, cependant, sont étonnamment similaires. Cette approche est visible dans la participation du Canada à l’occupation internationale d’Haïti et son soutien ultérieur à des gouvernements haïtiens illégitimes et répressifs successifs. Le Canada a également travaillé avec diligence pour intégrer les gouvernements post-coup d’État au Honduras, où des sociétés de ressources canadiennes ont  aidé à réécrire  le code minier du pays. Ce faisant, le Canada a fermé les yeux sur les violations flagrantes des droits de la personne depuis le coup d’État de 2009, notamment la criminalisation des défenseurs des droits de la personne, des autochtones et de l’environnement et l’emprisonnement de prisonniers politiques comme  Edwin Espinal.

Le prédécesseur de Trudeau, Stephen Harper, a été critiqué pour avoir reconfiguré les ministères canadiens de l’aide étrangère et du développement. En intégrant l’aide au développement au commerce international et aux affaires étrangères, Harper a efficacement  subordonné  l’aide humanitaire aux bénéfices des entreprises canadiennes à l’étranger. Même avant la restructuration de Harper, les industries extractives jouaient un rôle particulièrement important dans la détermination de la politique, mais ce rôle s’est élargi depuis. Par exemple,  Harper a réduit son soutien aux programmes de développement humanitaire, tout en consacrant des millions de dollars à des campagnes de relations publiques et à des subventions pour l’industrie minière canadienne en Amérique latine. Les droits de l’homme et les atteintes à l’environnement  sont monnaie courante autour des sites miniers, où les femmes, les pauvres, les autochtones et les personnes d’ascendance africaine souffrent de la majorité de la violence et des déplacements.

Beaucoup considéraient que l’administration de Justin Trudeau mettrait fin aux politiques cyniques de Harper chez lui et à l’étranger. Dans les affaires internationales, cependant, il y a eu plus de  continuité  que de rupture. Le Canada demeure l’un des principaux fournisseurs d’armes à certains des régimes les plus contestables au monde, notamment la ventre d’armes à l’Arabie saoudite dans le cadre d’une guerre génocidaire au Yémen. Harper a négocié l’accord, mais les libéraux de Trudeau l’ont signé en 2016.

 

Le Canada, le groupe de Lima et le changement de régime au Venezuela

Le groupe de Lima a été  fondé en août 2017 en  tant que bloc régional «pour faire face à la situation critique au Venezuela par une solution pacifique et négociée» en augmentant la pression financière et diplomatique exercée sur le gouvernement Maduro. Composé initialement d’Argentine, du Brésil, du Canada, du Chili, de Colombie, du Costa Rica, du Guatemala, du Honduras, du Mexique, de Panama, du Paraguay et du Pérou, le  nouveau forum excluait les alliés vénézuéliens des Caraïbes, de Cuba, de la Bolivie et du Nicaragua. Le Canada a joué un rôle central dans la création du groupe, en s’appuyant sur  les collaborations de Trudeau avec Pedro Pablo Kuczynski , qui a par la suite démissionné en  raison d’ accusations. liée au scandale de la corruption à Odebrecht.

 Même avant la proclamation de Guaidó à la présidence, le Canada et le groupe de Lima ont refusé de reconnaître la réélection de Maduro en 2018 et ont régulièrement condamné publiquement le gouvernement pour ses droits humains et ses violations politiques, souvent au cas par cas

Pendant ce temps, l’ambassade du Canada à Caracas  participe activement  à la «promotion de la démocratie» au Venezuela en finançant des militants de l’opposition.

Plusieurs sources internationales – aucune ne sympathisant particulièrement avec Maduro – ont rapporté  que Guaidó s’était engagé dans sa voie actuelle après un appel de Mike Pence, qui s’était engagé à soutenir vigoureusement les États-Unis. Ces rapports ont également souligné le rôle de la ministre Freeland dans la concrétisation de ce soutien et la mesure dans laquelle son bureau a collaboré avec ses homologues américains. En d’autres termes, les actions du Canada, du groupe de Lima et des États-Unis, bien que nominalement indépendantes, ont été complémentaires.

En effet, la situation actuelle était tout à fait prévisible compte tenu des acteurs impliqués: Donald Trump, Marco Rubio et John Bolton aux États-Unis, Leopoldo López au Venezuela, Luis Almagro de l’Organisation des États américains, Jair Bolsonaro au Brésil et Iván Duque  en Colombie. Le Canada a choisi son camp depuis longtemps et utilise ses propres outils uniques pour obtenir un résultat similaire et coordonné. En d’autres termes, la notion de puissance moyenne cherchant obstinément une solution multilatérale à une violation de l’ordre libéral est au mieux un faux diagnostic de la situation. Il s’agit plutôt d’apologie et de brouillage volontaire du rôle de plus en plus interventionniste d’Ottawa dans les Amériques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici