Le G7, c’est fini

Immanuel Wallerstein

Une institution appelée le G-7 a tenu sa réunion annuelle les 12 et 13 juin 2018 à Charlevoix, Québec, Canada. Le président Trump a assisté au début mais est parti tôt. Parce que les points de vue des deux côtés étaient si incompatibles, le groupe des six membres a négocié avec Trump la publication d’une déclaration tout à fait anodine en tant que déclaration conjointe habituelle.

Trump a changé d’avis et a refusé de signer une déclaration. Les Six ont ensuite rédigé une déclaration reflétant leurs points de vue. Trump était en colère et il a insulté les protagonistes de la signature de la déclaration.

Cela a été interprété par la presse mondiale comme un mépris politique réciproque de la part de Trump et des six autres chefs d’Etat et de gouvernement présents. La plupart des commentateurs ont également soutenu que cette bataille politique a marqué la fin du G-7 en tant qu’acteur important de la politique mondiale.

Mais qu’est-ce que le G-7? Qui a inventé l’idée? Et dans quel but? Rien n’est moins clair. Le nom de l’institution elle-même a constamment changé, tout comme le nombre de membres. Et beaucoup affirment qu’il y a eu des réunions plus importantes, comme celle du G-20 ou du G-2. Il y a aussi l’Organisation de coopération de Shanghai qui a été fondée par opposition au G-7 et qui exclut les États-Unis et les pays d’Europe occidentale.

Le premier indice sur les origines du G-7 en tant que concept est la datation de la naissance de l’idée du G-7. C’était au début des années 1970. Avant cette date, il n’y avait aucune institution dans laquelle les États-Unis jouaient un rôle en tant que participant égal avec d’autres nations.

Rappelez-vous qu’après la fin de la Seconde Guerre mondiale et jusqu’aux années 1960, les États-Unis avaient été la puissance hégémonique du système mondial moderne. Il a invité aux réunions internationales qu’il souhaitait pour des raisons qui lui étaient propres. Le but de ces réunions était principalement de mettre en œuvre des politiques que les États-Unis jugeaient sages ou utiles – pour eux-mêmes.

Dans les années 1960, les États-Unis ne pouvaient plus agir de manière aussi arbitraire. Il y avait déjà une résistance aux arrangements unilatéraux. Cette résistance était la preuve que le déclin des États-Unis en tant que puissance hégémonique avait commencé.

Pour conserver son rôle central, les États-Unis ont donc modifié leur stratégie. Il cherchait des moyens de ralentir au moins ce déclin. L’un des moyens était d’offrir à certaines grandes puissances industrialisées le statut de «partenaire» dans la prise de décision mondiale. Ce devait être un compromis. En échange de la promotion au statut de partenaire, les partenaires seraient d’accord pour limiter la mesure dans laquelle ils s’écarteraient des politiques préférées des États-Unis.

On pourrait donc soutenir que l’idée du G-7 a été inventée par les États-Unis dans le cadre de ce nouvel arrangement de partenariat. D’autre part, un moment clé dans le développement historique de l’idée du G-7 a été le moment du premier sommet annuel des hauts dirigeants, par opposition aux réunions de personnalités de rang inférieur comme les ministres des finances. L’initiative pour cela n’est pas venue des États-Unis mais de la France.

C’est Valéry Giscard d’Estaing, alors président de la France, qui a convoqué la première réunion annuelle des hauts dirigeants à Rambouillet en France en 1975. Pourquoi a-t-il jugé si important qu’il y ait une réunion des hauts dirigeants? Une explication possible était qu’il voyait cela comme un moyen de limiter davantage le pouvoir américain. Confrontés à la négociation avec l’ensemble des autres dirigeants, dont chacun avait des priorités différentes, les États-Unis seraient contraints de négocier. Et puisque ce sont les principaux dirigeants qui ont signé l’accord, il serait plus difficile pour l’un d’eux de le répudier plus tard.

Rambouillet a engagé une lutte entre les Etats-Unis et diverses puissances européennes (mais surtout la France) sur tous les grands dossiers mondiaux. C’était une lutte dans laquelle les États-Unis faisaient de moins en moins bien. Washington a été sérieusement repoussé en 2003 quand il s’est trouvé incapable, pour la première fois dans l’histoire, de gagner même une majorité de voix au Conseil de sécurité de l’ONU quand ils voteraient sur l’invasion de l’Irak par les Etats-Unis. Et cette année, à Charlevoix, il s’est trouvé même incapable d’accepter une déclaration commune banale avec les six autres membres du G-7.

Le G-7 est à toutes fins utiles terminé. Mais devrions-nous pleurer cela? La lutte pour le pouvoir entre les États-Unis et les autres était fondamentalement une lutte pour la primauté dans l’oppression du reste des nations du monde. Ces petites puissances seraient-elles mieux loties si le mode européen de le faire l’emportait? Est-ce qu’un petit animal se soucie de ce que l’éléphant piétine? Je crois que non.

Trump peut nous avoir fait la faveur de détruire ce dernier vestige majeur de l’ère de la domination occidentale du système-monde. Bien sûr, la disparition du G-7 ne signifie pas que la lutte pour un monde meilleur est terminée. Pas du tout. Ceux qui soutiennent un système d’exploitation et de hiérarchie chercheront simplement d’autres moyens de le faire.

Cela me ramène à ce qui est maintenant mon thème central. Nous sommes dans une crise structurelle du système-monde moderne. Une bataille se déroule quant à la version d’un système successeur que nous verrons. Tout est très volatile pour le moment. Chaque côté est en hausse un jour, en bas le jour suivant. En un sens, nous sommes chanceux que Donald Trump soit si idiot. Mais ne nous réjouissons donc pas. Pierre Trudeau ou Emmanuel Macron reprsentent la version plus intelligente du système  l’oppression contre lequel monde se bat.

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here