Le problème raciste de l’Occident

Ian Buruma, Al Jazeera, 23 septembre 2018

Pour des raisons évidentes, il est inquiétant de voir une foule d’Allemands pourchasser des étrangers dans les rues et lever les bras pour exprimer leurs salutations hitlériennes. C’est ce qui s’est passé récemment à Chemnitz, une ville industrielle de Saxe qui, dans l’ancienne République démocratique allemande, s’était proclamée ville socialiste modèle (elle s’appelait Karl-Marx-Stadt entre 1953 et 1990). La police semblait incapable d’arrêter les émeutes, initiées par la mort d’un Cubano-Allemand poignardé lors d’une bagarre avec deux hommes du Moyen-Orient.

Des dizaines de milliers d’Allemands se sont ensuite rassemblés lors d’un concert rock à Chemnitz pour protester contre les violences xénophobes. Et les foules de Chemnitz avaient beaucoup en commun avec les néonazis, les adeptes du Ku Klux Klan et d’autres extrémistes qui ont provoqué le chaos il y a un an à Charlottesville (États-Unis). Et bien que les causes de l’extrémisme violent soient multiples dans les deux endroits, il ne fait aucun doute que le racisme en fait partie.

Beaucoup d’Américains blancs, en particulier dans les régions rurales du sud, vivent dans des conditions difficiles, avec de mauvaises écoles, des emplois médiocres et une pauvreté relative. Mais le sentiment de supériorité raciale sur les Noirs leur donnait quelque chose à quoi s’accrocher. C’est pourquoi la présidence de Barack Obama a porté un coup dur à leur estime de soi: ils ont senti que leur statut leur échappait. Donald Trump a exploité ses sentiments d’anxiété et de ressentiment.

De nombreux Allemands de l’Est, habitués depuis leur enfance à l’autoritarisme et sans la capacité de tirer parti des possibilités éducatives et professionnelles d’une Allemagne unifiée, se tournent maintenant vers des démagogues d’extrême droite qui accusent les immigrants et les réfugiés de tous leurs problèmes.

La peur de la perte de statut qui affecte les Blancs de l’Occident est peut-être aggravée par la montée du pouvoir chinois et le sentiment que l’Europe et les États-Unis sont en train de perdre leur suprématie mondiale. C’est peut-être ce que voulait dire Trump lorsqu’il a déclaré à Varsovie l’année dernière: « La question fondamentale de notre époque est de savoir si l’Occident est prêt à survivre ».

Cette question soulève une autre question: qu’est-ce que Trump entend par « l’Occident » et si une défense de l’Occident doit nécessairement être raciste? Au début du 20e siècle, les ennemis de l’Occident (beaucoup d’entre eux en Allemagne) l’ont défini comme un libéralisme anglo-franco-américain. Les nationalistes de droite, qui attirait beaucoup d’Allemands, aimaient décrire Londres et New York comme des villes « juives ».

Mais tout comme les populistes hollandais et scandinaves utilisent maintenant les droits des homosexuels et du féminisme comme des armes symboliques pour attaquer l’islam, les dirigeants de droite ont adopté « l’Occident » comme une chose à protéger des hordes musulmanes. Ces dirigeants parlent souvent de l ‘ »Occident judéo-chrétien » qui, conjugué à leur enthousiasme pour les gouvernements de droite en Israël, les protège des accusations d’antisémitisme, traditionnellement liées à l’extrême droite.

Séparer les arguments racistes des arguments culturels ou religieux en xénophobie peut être difficile. Il est rare que les politiciens manifestent un racisme aussi franc que celui d’un jeune et prometteur politicien néerlandais, Thierry Baudet, qui, avant les élections de l’an dernier, avait mis en garde contre la « dilution homéopathique du peuple néerlandais » par des étrangers. Ou comme l’officier républicain de Pennsylvanie qui a récemment qualifié les joueurs de football noirs de « babouins ».

Un thème récurrent chez ceux qui croient que les musulmans représentent une menace pour la civilisation occidentale est le refus de reconnaître l’islam en tant que religion. ils le considèrent plutôt comme une culture, qu’ils déclarent incompatible avec les « valeurs occidentales ». C’est exactement ce qui a été dit à maintes reprises à propos de la « culture » juive dans le passé.

Bien que les personnes d’origine musulmane soient très différentes et viennent de nombreux pays, l’hostilité à l’islam peut encore être une forme de racisme. Ceux qui lui sont liés, par la pratique ou par la naissance, sont des éléments étranges qui doivent être expulsés.

Et ce genre d’intolérance ne se limite pas aux musulmans. Je doute que les foules à Chemnitz soient allées à la recherche de quiconque ayant une apparence vaguement non européenne, en se préoccupant beaucoup de questions de religion ou de culture. Le slogan de la foule vocifère était « L’ Allemagne pour les Allemands, les étrangers! » »

Les néo-nazis de Charlottesville ont célébré la culture du Sud en affichant les symboles de l’ancienne Confédération et en attaquant les Noirs (la raison d’être de la Confédération était de protéger la suprématie des Blancs). C’était le but de ces manifestations. Mais les participants ont également crié: « Les Juifs ne nous remplaceront pas! »

Ces sentiments ont toujours été cachés en marge des sociétés occidentales, notamment aux États-Unis, où la suprématie blanche a une longue et tortueuse histoire. Il arrive souvent que les politiciens de droite insinuent pour partager ces préjugés, pour obtenir plus de voix. Mais quand Trump a déclaré que les foules de Charlottesville comprenaient « de très bonnes personnes » et appelaient les immigrants mexicains « des violeurs », il a mis le racisme au centre de la scène politique. Lorsque la personne la plus puissante du monde occidental incite à la violence collective, il est évident que l’Occident, quelle que soit sa définition, est en grave difficulté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici