Le sommet de Singapour : le show

Richard Wolffe, The Guardian, 12 juin

La perspective de discussions de haut niveau avec un leader mondial belliqueux, incohérent et doté d’armes nucléaires est bien meilleure que l’alternative. Quel bien peut-on tirer de l’isolement d’un homme impétueux souffrant de délires de grandeur? Oui, c’est un soulagement de voir la rencontre de Singapore, même si ces pourparlers sont voués à l’échec.

L’impératif pour les dirigeants du monde est de savoir comment gérer les risques posés par un président américain à qui on ne peut faire confiance pour garder sa parole ou pour distinguer ses amis de ses ennemis. Ce que le monde a regardé avec horreur au sommet du G7, c’est la même dynamique qu’à Singapour: un exercice global de limitation des dégâts pour Donald Trump.

Jusqu’ici, tout va bien à Singapour. Avant qu’il puisse commencer à parler à Kim Jong-un, Trump a déjà déclaré que ses entretiens étaient « extrêmement réussis ». Il a également décrit sa rencontre avec le pire dictateur du monde comme « un honneur ».

Qu’est-ce qui a changé ? Les menaces de feu et de furie provenaient du président américain, pas du dictateur nord-coréen. Soudainement le monde a été troublé par Washington et un chef exaspéré qui a insisté sur le fait que son bouton nucléaire était plus grand que n’importe qui d’autre.

Nous devrions donc comprendre ce que le  monde peut espérer  du sommet de Singapour. Mais essentiellement, l’exercice a été un moyen de gérer la conduite déséquilibrée du président des États-Unis.

Rappelons un peu l’histoire.  L’État stalinien a été une puissance nucléaire pendant plus d’une décennie, avec une énorme puissance de feu conventionnelle et des missiles à longue portée pour infliger des pertes civiles massives à la Corée du Sud et au Japon.

En 2000, le président Clinton avait tenté de négocier alors que les Républicains s’opposaient à lui. Plus tard, le président Bush a rejoint les pourparlers à six et est parvenu à un accord, que les Nord-Coréens ont rapidement fait exploser avec leur propre test nucléaire.

Les sommets présidentiels n’ont eu aucune valeur pour les prédécesseurs de Trump parce qu’ils voulaient d’abord préserver leur propre image.  C’est ce que fait Trump.

Lorsqu’on lui a demandé si la Corée du Nord allait aboutir à un « scénario libyen », comme son conseiller à la sécurité nationale lui avait suggéré, Trump n’était pas d’accord. « Il y aura un accord avec Kim Jong-un, expliqua-t-il, il va continuer à diriger son pays. Son pays sera très riche ».

S’il y a une doctrine Trump, ce n’est certainement pas « America First ». Cela pourrait simplement impliquer la promotion des intérêts de l’Amérique en maintenant le plus grand nombre d’alliés puissants. La doctrine Trump, c’est en réalité de créer l’âge de l’indignation: un roulement constant de déclarations scandaleuses conçues pour perturber et distraire.

Une partie de cet outrage est intentionnelle, et une partie n’est que de l’incompétence.

Avant de quitter le sommet du G7, on a demandé à Trump combien de temps il lui faudrait pour déterminer si le leader nord-coréen était sérieux.

« C’est une bonne question », a déclaré le commandant en chef. Je pense que dans la première minute je le saurai.  »

« Comment? » Demanda le reporter stupéfait.

« Juste mon contact, ma sensation. C’est ce que je fais. »

C’est ce que fait Trump : il se fraye un chemin à sa politique étrangère, tandis que le reste du monde a l’air choqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici