Le système des brevets ralentit la création d’un vaccin

0
32

Dean Baker, Truthout, 10 mars 2020

À la stupéfaction de millions de personnes, le président Trump se surpasse continuellement en matière de vénalité et de folie. En témoigne son récent effort pour empêcher les membres de son administration de faire des déclarations publiques sur l’épidémie de coronavirus par peur de nuire à la bourse. Le ridicule de l’obsession de Trump pour le marché devrait être évident avec un instant de réflexion. Si le virus se révèle être une épidémie majeure aux États-Unis et dans une grande partie du reste du monde, peu importe ce que l’administration Trump en dit. Il n’y aura aucun moyen de cacher son impact.

En revanche, si le coronavirus ne s’avère pas être un gros problème, toute baisse du marché en raison de préoccupations concernant sa propagation sera temporaire. Le marché rebondira après trois ou quatre semaines, comme si le coronavirus ne s’était jamais produit. Donc, Trump voulait que les membres de son administration se taisent sur le virus pour éviter une baisse temporaire de la bourse?

Maintenant que les événements l’ont contraint, lui et son administration, à parler du coronavirus, il s’est tourné vers la responsabilité de la chute du marché sur les « FAKE NEWS » alimentant des fausses peurs. Il a également blâmé les candidats démocrates à la présidentielle pour leurs commentaires sur le coronavirus lors du dernier débat.

Pourtant, il est difficile de croire que nous avons un président qui risquerait la santé publique afin d’éviter un ralentissement du marché, qui ferait tomber sa popularité et mettrait en danger sa réélection. Bienvenue au Parti républicain moderne.

Nous avons la chance que les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) soient dotés de nombreux professionnels dévoués qui feront tout leur possible pour protéger le public contre la propagation de la maladie. La grande question est de savoir si Trump leur permettra de faire leur travail et leur fournira les ressources nécessaires. (Le CDC est d’ailleurs l’une des agences qui ont été ciblées pour des coupes importantes dans le budget 2021 de Trump !)

Au-delà du flot de bêtises venant de l’administration Trump sur cette question, il y a des questions plus fondamentales qui doivent être posées. De nombreuses entreprises se précipitent pour développer un vaccin contre la maladie. S’ils réussissent, cela pourrait, en principe, enrayer la propagation du coronavirus, car le vaccin serait produit en masse et pourrait être expédié dans le monde entier.

Cela n’est vrai qu’en principe car, même si nous avons un vaccin, nous n’avons aucune garantie qu’il sera à un prix abordable. Comme l’a déclaré le secrétaire à la Santé et aux Services sociaux, Alex Azar, nous ne pouvons pas dire si un vaccin nouvellement inventé sera à la portée de tous, puisqu’une entreprise qui en développe un détiendra un monopole de brevet et pourra facturer à peu près tout ce qu’elle voudra.

Cela devrait nous bouleverser pour deux raisons. La première est évidente. Il est probable que tout vaccin développé sera relativement bon marché à fabriquer et à distribuer. S’il est cher, ce ne sera que parce que le gouvernement arrêtera toute personne qui produirait le vaccin en concurrence avec le titulaire du brevet. C’est le monopole accordé par le gouvernement qui rendrait un vaccin coûteux, et non quelque chose d’inhérent au processus de production ou au fonctionnement normal du marché.

L’autre raison pour laquelle l’histoire du vaccin devrait nous mettre en colère est le processus de recherche lui-même. Partout dans le monde, des personnes travaillent aussi vite que possible pour essayer de développer un vaccin efficace contre cette maladie dangereuse.

C’est formidable – sauf que ces gens travaillent en compétition, pas en collaboration. Ils veulent tous être les premiers à développer un vaccin brevetable qui leur permettra de devenir très riches s’il s’avère efficace. Imaginez à quel point la recherche avancerait plus rapidement si ces chercheurs travaillaient en collaboration, partageaient leurs résultats les uns avec les autres et les publiaient sur le Web afin que les chercheurs du monde entier puissent apprendre d’eux.

Cette alternative est possible si nous avions un mécanisme différent pour financer la recherche. En fait, nous avons une alternative: le financement public direct. Cela ne devrait pas être une idée étrange. Le gouvernement américain fournit déjà plus de 40 milliards de dollars par an aux National Institutes of Health (NIH) pour la recherche biomédicale. Le financement du CDC et d’autres agences pourrait pousser le total à près de 50 milliards de dollars, donc le fait que le gouvernement fédéral paie pour la recherche ne devrait pas être une idée étrange.

Nous aurions évidemment besoin de beaucoup plus de fonds si nous devions remplacer l’argent versé par l’industrie par le biais de recherches financées par des brevets. Nous changerions également probablement le processus, avec moins de contrôle par le NIH (National Institutes of Health), si nous devions augmenter le financement. Néanmoins, le financement direct est clairement une alternative viable.

Un avantage supplémentaire du remplacement du soutien monopolistique des brevets à la recherche biomédicale est qu’il éliminerait largement l’incitation pour les sociétés pharmaceutiques à pousser leurs médicaments en prétendant qu’ils sont plus sûrs ou plus efficaces que ce n’est réellement le cas, comme cela s’est passé avec la crise des opioïdes.

En bref, la crise du coronavirus devrait nous servir de leçon. Il nous faut trouver une alternative à la solution du monopole des brevets pour financer la recherche biomédicale.

Dean Baker, Truthout
traduction L’Autre Quotidien