Le Venezuela et la gauche

Gabriel Hetland, NACLA, 5 février 2019

 

Non interventionnisme

L ‘interventionnisme est le principe selon lequel les États souverains ne doivent pas s’immiscer dans les relations internes d’autres États souverains. C’est synonyme du principe de la souveraineté nationale.

Dans un monde caractérisé par des États de plus en plus puissants, il s’agit d’un principe fondamental pour quiconque se soucie de la justice et de l’équité. Sans souveraineté nationale, tout État peut faire ce qu’il veut pour tout autre État, à condition qu’il dispose de suffisamment de force. Des États plus puissants peuvent pousser des États moins puissants et des hégémonies mondiales imposent leur volonté au reste de la Terre. L’injustice de cette logique impériale est évidente.

L’application du principe de non-interventionnisme au cas vénézuélien est simple : les États-Unis n’ont pas le droit de s’immiscer dans les affaires intérieures du Venezuela. Il incombe donc aux de gens de gauche des États-Unis et d’ailleurs de s’opposer à tout effort en ce sens. Cela signifie que nous devons nous opposer aux menaces des États-Unis de faire la guerre au Venezuela et aux sanctions de plus en plus débilitantes de Trump. (Nous devrions également rejeter les efforts d’autres États puissants, tels que la Russie et la Chine, pour dicter ce que fait le Venezuela.)

Outre l’aspect moral, il existe également des raisons pratiques pour le non-interventionnisme. Il est difficile de voir comment des sanctions draconiennes et la menace, encore moins la réalité, de la violence dirigée par les États-Unis ou soutenue par les États-Unis amélioreraient la vie des citoyens vénézuéliens ordinaires. Tôt ou tard, de tels efforts conduiront probablement à l’éviction de Maduro. Et même si l’on acceptait que Maduro décide de démissionner (ce que certains militants de gauche espèrent), les coûts engendrés par les sanctions américaines ou la guerre seront énormes : vies perdues et détruites; dommages sociaux, économiques, psychologiques et infrastructurels infligés. L’attitude cavalière des John Bolton, Elliott Abrams et Donald Trump du monde à l’égard de cette souffrance est écoeurante.

Les sanctions américaines ont déjà aggravé la crise humanitaire profonde que traverse le Venezuela, comme le reconnaît un rapport publié en novembre 2018 par le Service de recherche du Congrès américain . Les sanctions pétrolières engagées la semaine dernière vont sans aucun doute aggraver encore cette crise, prolongeant et augmentant les souffrances des citoyens vénézuéliens ordinaires. Et il y a tout lieu de penser qu’un conflit militaire ne serait pas bref, étant donné le soutien actuel de Maduro au sein de l’armée vénézuélienne et la quasi-certitude qu’une invasion américaine déclencherait une résistance populaire considérable, en particulier parmi les chavistes de base. De plus, un effort mené par les États-Unis pour éliminer Maduro créerait un précédent terrible – réaffirmant le droit des États plus puissants de contourner les États moins puissants.

Il existe des exceptions au principe de non-interventionnisme. S’il peut être raisonnablement établi qu’il y a un génocide ou une catastrophe humanitaire, une intervention contre l’État incriminé est potentiellement justifiée. De tels cas nécessitent une analyse très minutieuse de la question de savoir si une intervention donnée pourrait effectivement mettre fin à la grave menace, ainsi que des coûts et des avantages d’une intervention par rapport à une non intervention. Il est également crucial de rappeler que les États puissants, en particulier les États-Unis , utilisent souvent des arguments sur «l’intervention humanitaire» pour promouvoir des projets impériaux qui n’ont aucune probabilité (et souvent aucune intention réelle) de répondre aux besoins sociaux.

C’est clairement le cas avec le Venezuela. Les tentatives des États-Unis d’instaurer un changement de régime ne constituent pas un exercice légitime de l’interventionnisme humanitaire. En fait, les actions passées et présentes des États-Unis sont une raison majeure – mais pas la seule, ni même principale – de la crise humanitaire à laquelle le Venezuela est confronté.

Enfin, on peut plaider à gauche pour une intervention « progressiste », dans laquelle un gouvernement de gauche ou des individus de gauche prennent parti dans un conflit domestique, dans le but de faire progresser l’égalité ou la justice sociale. On pense notamment à l’engagement de Cuba en Angola dans les années 1970 et à la participation de militants de gauche du monde entier étrangers à la guerre civile espagnole. Mais les actions de Washington au Venezuela ne peuvent être lues de manière plausible à travers cette lentille. Il n’y a absolument aucune justification pour les sanctions américaines ou l’intervention militaire.

Autodétermination

L’autodétermination des peuples est le principe selon lequel les personnes devraient avoir une influence réelle sur les décisions qui affectent leur vie. Le principe est généralement appliqué aux décisions politiques, mais dans sa forme la plus radicale, il s’applique également aux décisions économiques, sociales et autres qui ont une incidence sur la vie quotidienne des gens.

L’application de ce principe au Venezuela est moins simple que le non-interventionnisme. De nombreux militants de gauche soutiennent que Maduro mérite d’être soutenu car il a été élu démocratiquement. Selon ce point de vue, le principe de l’autodétermination (du moins dans sa variante démocratique représentative et minimale) est toujours en vigueur au Venezuela. Défendre Maduro revient donc à défendre l’autodétermination au Venezuela.

Mais Maduro n’a pas été élu démocratiquement. Il est vrai que, comme le signalent ceux qui soutiennent le gouvernement vénézuélien, Maduro a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle du pays en mai 2018. Il est également vrai que de nombreuses affirmations des médias sur l’élection – faisant allusion à une fraude généralisée et à une fraude électorale – n’ont pas été étayées et s’apparentent aux innombrables affirmations sans fondement de fraude électorale des années Chávez. Et il est vrai que Maduro a eu de la chance lorsque l’opposition a décidé de boycotter les élections de 2018. Si l’opposition s’était unie derrière Henri Falcón, il est possible que Maduro aurait perdu.

Mais tout cela laisse de côté le fait crucial que Maduro a interdit aux principaux partis d’opposition et candidats du Venezuela, notamment à Henrique Capriles Radonski, de se présenter. Les gens de gauche dénonceraient à juste titre un parti au pouvoir de droite pratiquant une telle tactique. En plus de cela, les actions de Maduro s’inscrivent dans une tendance, depuis début 2016, vers un autoritarisme croissant. Les exemples incluent l’annulation par le gouvernement d’un référendum de rappel contre Maduro en octobre 2016 ; le report d’un an des élections des gouverneurs de 2016 ; la Cour suprême pro-Maduro contournant, et donc dissolvant pour l’essentiel, l’Assemblée nationale contrôlée par l’opposition en mars 2017; La décision de Maduro de convoquer des élections pour une nouvelle assemblée constituante en juillet 2017; la fraude pure et simple dans le décompte de cette élection; et, le plus effrontément, le vol de la course la plus disputée aux élections du gouverneur reportées d’octobre 2017.

À cela, il faut ajouter le recours par l’État à la répression, non seulement contre la violence de l’opposition, mais également contre les manifestations pacifiques, des dizaines de personnes ayant été tuées en 2017 et environ 40 personnes la semaine dernière. Le rôle de l’ opposition dans la promotion de la violence mérite une condamnation égale, tout comme le soutien des États-Unis à cette violence.

Mais rien ne change non plus le fait qu’en conservant le pouvoir par des moyens autoritaires, l’administration Maduro a systématiquement bloqué la capacité du peuple vénézuélien à s’exprimer politiquement. Face à cela, la gauche devrait accepter l’appel en faveur d’élections libres et équitables au Venezuela. Ne pas le faire est un échec dans la promotion du principe de l’autodétermination.

Les élections ne sont la seule ni même la principale forme d’autodétermination. On peut se demander si l’administration Maduro a rejeté la démocratie libérale au profit d’une « démocratie révolutionnaire » dans laquelle les travailleurs et les pauvres exercent un contrôle direct sur les décisions économiques, sociales et politiques affectant leur vie. Quelle que soit la plausibilité passée d’un tel argument, rien de ce genre ne se produit actuellement.

Les travailleurs et les pauvres ont effectivement créé des institutions de pouvoir populaire au cours des dernières décennies (communes à la base, réseaux de distribution alimentaire, etc.), que Chávez a contribué à promouvoir et qui existent encore sous une forme ou une autre. Mais l’étendue du pouvoir populaire au Venezuela a considérablement diminué ces dernières années, en grande partie à cause d à la crise.

L’affaiblissement des institutions populaires est également dû à la répression directe exercée par le gouvernement Maduro. Un exemple notable est le refus de l’État de reconnaître la victoire écrasante du chef de la commune Angel Prado aux élections municipales de décembre 2017. Au lieu de prêter attention à la population de Simon Planes, qui a élu Prado avec 57,92% des suffrages, le gouvernement a ouvert l’ enquête sur Prado. (Malgré ses critiques, Prado s’est engagé à défendre Maduro face à l’agression américaine.)

Solidarité avec les opprimés

Le premier devoir de la gauche est d’offrir sa solidarité aux opprimés : classes subordonnées, femmes, groupes racialisés victimes de discrimination et toute personne marginalisée sur les plans économique, social, culturel ou politique.  Un élément clé de ce principe est que les opprimés méritent la solidarité au-delà des acteurs étatiques, que ces derniers se qualifient eux-mêmes de gauche, socialistes ou révolutionnaires. Être solidaire des opprimés signifie plusieurs choses, notamment documenter leur oppression, s’efforcer de comprendre les causes profondes de leur oppression et agir de manière à soutenir leurs efforts pour vaincre leur oppression.

L’application de ce principe au Venezuela aujourd’hui nécessite, dans un premier temps, de reconnaître l’immensité de la crise humanitaire dans le pays, ce que le gouvernement a souvent omis de faire ces dernières années. Les Vénézuéliens souffrent énormément de pénuries de nourriture, de médicaments et de produits de première nécessité. L’hyperinflation ravage le pays. Trois millions de personnes ont quitté le Venezuela au cours des dernières années et beaucoup craignent que d’autres encore fuient cette année.

La solidarité avec les opprimés exige, en second lieu, une analyse correcte des causes de la crise au Venezuela. Le principal facteur est la mauvaise gestion par le gouvernement de ses revenus pétroliers, due à une politique monétaire désastreuse et, parallèlement, à un échec dans la lutte contre la corruption de l’ordre de centaines de milliards de dollars, selon d’ anciens responsables de Chavez. La politique américaine a également exacerbé la crise, en particulier au cours des dix-huit derniers mois. Les sanctions mises en œuvre en août 2017 ont entraîné une baisse importante de la production de pétrole et des revenus pétroliers. Les sanctions pétrolières que le gouvernement Trump vient d’appliquer auront des conséquences encore plus dévastatrices.

Au lieu de jouer l’un ou l’autre jeu, les deux sources de la crise vénézuélienne doivent être reconnues: la mauvaise gestion criminelle du gouvernement (qui ne peut être qualifiée d’«erreur», car la corruption systématique existe à des niveaux très élevés); et la politique brutale des États-Unis consistant à augmenter délibérément la souffrance afin de pousser la population à se retourner contre le gouvernement.

Troisièmement, nous sommes solidaires des revendications des opprimés et soutenons ceux-ci dans leurs efforts pour surmonter les sources de leur oppression et de leurs souffrances. Cela signifie qu’il faut s’efforcer d’empêcher que la guerre menée par les États-Unis et les sanctions affaiblies ne viennent aggraver les difficultés. En tant que tel, cela signifie s’opposer fermement à l’intervention américaine au Venezuela, non seulement parce que cela viole le principe de non-interventionnisme, mais aussi parce que cela augmentera les souffrances des opprimés. Mais la solidarité exige également que les militants de gauche fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour soutenir les propres luttes des Vénézuéliens contre les politiques désastreuses, l’inaptitude criminelle et la répression de l’administration Maduro. L’opposition à Maduro est maintenant courante non seulement parmi les classes supérieures et moyennes (comme c’est le cas depuis un certain temps), mais également parmi les secteurs populaires. Les sondages indiquent que la plupart des Vénézuéliens veulent que Maduro soit écarté (par la négociation et non par une intervention étrangère). Ne pas écouter, ce n’est pas seulement une tonalité sourde. C’est une violation de notre devoir de solidarité.

Pourtant, s’il semble clair que la plupart des Vénézuéliens rejettent Maduro, cela ne veut pas dire que la plupart des partisans de l’opposition, y compris Juan Guaidó, qui s’est déclaré président la semaine dernière et est fortement soutenu par le désir des Vénézuéliens américains d’avoir un nouveau leadership ne doivent pas être assimilés à un soutien. Un sondage réalisé le 3 février 2019 a révélé que 33% des Vénézuéliens s’identifiaient comme chavistes, 19%, de l’opposition et 48%, ni l’un ni l’autre. Outre les images montrant une participation importante aux rassemblements de l’opposition et du gouvernement le samedi 2 février, cela suggère que le Venezuela reste une société profondément polarisée.

Que faire ?

Aux côtés des demandes opprimées opposant à la fois l’administration américaine et celle de Maduro. Cela signifie soutenir des efforts, tels que ceux menés par le Mexique et l’Uruguay, pour favoriser la transformation pacifique au Venezuela. Et cela nécessite avant tout des options de soutien qui permettent aux opprimés d’avoir une voix réelle dans la décision de leur propre avenir.

Gardant à l’esprit les trois principes énoncés ci-dessus, la meilleure chose à faire maintenant est de soutenir les efforts multilatéraux pour favoriser un règlement pacifique de la crise au Venezuela. Nous devrions également soutenir l’appel en faveur d’élections libres et équitables, d’une manière qui tienne compte de l’opposition croissante à Maduro (de tous les secteurs de la société, y compris des secteurs populaires). Soutenir des élections libres et équitables ne signifie pas soutenir un projet de transformation néolibérale dirigé par les États-Unis ou soutenu par les États-Unis. Cela signifie travailler pour élargir l’espace dans lequel les Vénézuéliens peuvent faire leurs propres choix quant à l’avenir.

Cela signifie également mettre fin aux sanctions américaines (en particulier sur le secteur pétrolier) et s’organiser pour bloquer une guerre américaine contre le Venezuela. Cela signifie soutenir le droit des Vénézuéliens de choisir leur propre gouvernement. Dans le cas peu probable où un nouveau gouvernement s’installera, une tâche critique sera d’empêcher l’exclusion et la diabolisation des chavistes, du chavisme et de la gauche en général. Les dangers de ce phénomène sont bien réels.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici