Les caravanes : la résistance par la solidarité

 

 

Jennie Nelson, Borderwar, 11 novembre 2018

 

 

En ce dimanche 25 Novembre, les agents de la patrouille frontalière des États – Unis ont lancé des grenades lacrymogènes et des balles en caoutchouc tiré au Mexique à des membres de la caravane demandeurs d’asile et les manifestants pacifiques qui les soutiennent. La manifestation était organisée dans le cadre d’une journée d’action internationale organisée par la Coalition pour la solidarité des migrants et des réfugiés de San Diego (SMRSC), qui regroupe divers groupes de défense de la justice sociale et des droits des migrants.

Avant la manifestation, la SMRSC avait publié une liste de revendications, notamment « le respect du droit d’asile pour tous les migrants d’Amérique centrale », de « traiter toutes les demandes d’asile faites aux ports d’entrée avec célérité. Leurs demandes comprenaient également un appel à la solidarité internationale : « les gouvernements qui violent les accords doivent répondre de leurs actes et poursuivis en justice ».

Plus de 75 groupes de défense des droits des migrants à travers le pays ont soutenu la marche. Des rassemblements de solidarité avec la marche San Diego / Tijuana ont eu lieu au Texas, à New York, à Denver et à Los Angeles. Les manifestants de San Diego se sont dirigés vers le sud en direction du mur frontalier alors que les manifestants de Tijuana se dirigeaient vers le nord pour manifester leur solidarité transfrontalière.

En réponse, les douanes et les patrouilles frontalières ont commencé à fermer les voies d’autoroute du côté de San Diego au début de l’après-midi, et des véhicules militaires se sont alignés sur les routes entre Chula Vista et San Ysidro.

Alors que les membres de la caravane atteignaient le mur de la frontière et que certains tentaient de franchir le passage piéton séparant les États-Unis du Mexique, les agents du CBP ont alors lancé des bidons de gaz lacrymogène et tiré des balles en caoutchouc dans la foule, qui rassemblaient un nombre important de jeunes enfants.

Personne n’a pris d’assaut la frontière. Les membres de la caravane hurlaient et demandaient de l’eau. Le CBP avait des véhicules de guerre et des hélicoptères militaires contre des manifestants pacifiques. Les refuges locaux ont accueilli des médecins bénévoles d’urgence, qui ont fourni des soins médicaux aux membres de la communauté gazés ou frappés par des balles en caoutchouc. Selon des activistes locaux, une fillette de neuf ans à Tijuana a été hospitalisée en raison de blessures causées par les balles en caoutchouc.

En vertu du droit international et national, toute personne se présentant à la frontière d’un pays déclarant craindre d’être persécutée dans son pays d’origine a le droit de subir un premier entretien de sélection avec un agent d’asile.

Au début du mois, Trump a encore une fois démontré son ignorance de la loi sur l’asile en publiant une proclamation autorisant les personnes à demander l’asile uniquement aux ports d’entrée officiels.

Or le Département des douanes et de la protection des frontières (CBP) refuse systématiquement aux demandeurs d’asile leur droit d’entrer dans les points d’entrée pour demander l’asile, en manifstant des menaces, des actes d’intimidation et des violences physiques au port d’entrée de San Ysidro. Les groupes humanitaires ont eu du mal à satisfaire leurs besoins essentiels tels que la nourriture, l’eau et un abri, alors que les agents du CBP tentaient de contraindre les migrants à des départs volontaires.

Environ un tiers des 7000 migrants à Tijuana sont des jeunes enfants, y compris des mineurs non accompagnés.

Selon Brendan Cassidy, de la Résistance à la détention d’Otay Mesa, un groupe de 40 membres de la caravane LGBTQI, à majorité trans femmes, ont été forcés de se séparer de la grande caravane la semaine dernière après avoir subi de multiples agressions à Tijuana. Les femmes étaient accompagnées de deux militants des droits humains et d’un représentant légal alors qu’ils cherchaient à maintenir la sécurité en se rendant dans un port d’entrée où la traite est moins dense. Roxsana Hernández , une femme transgenre qui faisait partie de la caravane de Viacrucis plus tôt cette année, est morte en détention plus tôt cette année à cause d’abus et de négligence médicale.

Le jeudi 20 novembre, les autobus et les camions qui transportaient certains des membres de la caravane de Mexicali à Tijuana n’ont pas été en mesure de transporter 300 des 1 000 personnes en route. Un groupe de 20 personnes a continué à pied. Le long de la route dangereuse de la nuit, un jeune homme, Oscar Baudiel Cruz Alcerro, a perdu la vie.

Les demandeurs d’asile de longue date doivent attendre pour commencer la première étape de leur procédure d’asile. Dans l’abri improvisé du stade Benito Juárez, les conditions sont mauvaises et les centres d’accueil surchargés.

Les organisations locales répondent

Au cours des prochaines semaines, des organisations juridiques, organisationnelles et humanitaires coordonneront l’aide et l’assistance. L’ampleur de cet exode rend la distribution de l’aide difficile, et les membres de la caravane, ayant fui des situations insondables et entrepris un parcours ardu, arrivent souvent épuisés ou blessés, avec peu ou pas de biens.

La demande de produits alimentaires et d’hygiène est à la fois vaste et urgente. Des organisations locales à San Diego ont organisé des collectes de dons au sein de la communauté afin de fournir des produits de première nécessité, tels que de la nourriture, de l’eau et des produits d’hygiène.

Des bénévoles de San Diego cuisinent aux côtés de volontaires à Tijuana, souvent avec de la nourriture fournie par Comida No Bombas (Food Not Bombs), une organisation à but non lucratif qui collecte les produits trop mûrs auprès de fournisseurs d’aliments locaux qui ne peuvent plus être vendus dans les épiceries. Dans l’espace communautaire Centro Cultural de la Raza, dans le parc Balboa de San Diego, des dons remplissent les salles, dans l’attente d’être transportés ou conduits de l’autre côté de la frontière, et des volontaires distribueront des conserves et des provisions.

Les volontaires des organisations transfrontalières continuent de s’engager dans des stratégies de résistance non-violente afin de protéger les migrants des attaques de ces manifestants. Le logement temporaire est une préoccupation particulièrement urgente en raison de l’hostilité anti-immigrés à Tijuana en dehors des divers lieux de séjour des migrants. Le 14 novembre, des membres de Pueblo Sin Fronteras (personnes sans frontières), joue un rôle central dans le soutien continu des migrants tout au long du processus d’asile.

Organiser contre la détention

Une fois que les migrants entament les procédures d’asile, leur peine n’est pas terminée Ces entretiens peuvent consister en des heures de contre-interrogatoire portant sur des expériences traumatisantes insondables. Ceux qui passent un entretien sont transférés dans des centres de détention pour migrants dans l’attente d’une date d’audience. La grande majorité des demandeurs d’asile sont traités par le centre de détention Otay Mesa à San Diego.

Ce centre de détention appartient à CoreCivic, l’une des plus grandes sociétés pénitentiaires privées à but lucratif du pays. Ici, les migrants détenus signalent des conditions inhumaines, notamment du travail forcé et de la négligence médicale

Si les migrants sont autorisés à traiter leurs demandes d’asile après avoir été placés en détention, ils sont libérés sous condition en attendant leur prochain rendez-vous. Pour ces demandeurs d’asile, la libération de la détention signifie être déposé dans des bus chargés aux stations Greyhound de San Diego. Des militants de la Résistance à la détention d’Otay Mesa attendent les arrivées tardives et peu sûres de ces bus pour les détenus libérés qui ont à peine plus que les vêtements sur le dos et des sacs de prison en maille rouge contenant des piles de papiers d’immigration. Les migrants restent dans les foyers d’accueil proposés par les volontaires jusqu’à ce qu’ils puissent effectuer le transport pour leurs prochaines destinations. Beaucoup prennent des bus pour rester avec des membres de leur famille ou des amis déjà aux États-Unis. D’autres rencontrent des sponsors trouvés par le biais de réseaux de plaidoyer. Les mineurs non accompagnés vont souvent dans des foyers de groupe à travers le pays. Au lendemain de la politique de séparation de la famille Tolérance zéro, des centaines de migrants nouvellement libérés ont traversé le pays pour se rendre dans des centres de détention pour enfants afin de retrouver et de récupérer la garde des enfants qui leur avaient été enlevés.

Si les demandes d’asile des migrants sont refusées, ils sont expulsés. Pour les milliers de réfugiés qui fuient un danger immédiat, l’expulsion est souvent une condamnation à mort et souvent, leurs parrains ne savent même pas qu’ils ont été expulsés. Les sponsors n’ont souvent aucune information sur la localisation de leurs amis, de leurs proches ou des membres de leur famille, sans aucun moyen de les localiser.

Lors de leur déportation, les migrants fuyant la violence immédiate se retrouvent avec peu d’options. Beaucoup retrouvent leur chemin vers Tijuana et tentent de s’y établir en dépit des difficultés et de l’insécurité qui demeurent. D’autres envisagent des voies extralégales pour revenir aux États-Unis, où ils seront exposés au danger de traverser en terrain inhospitalier et dangereux. Plus de 5 000 migrants sont morts dans le seul désert de Sonora, bien que le nombre de décès de migrants dans le désert ait été gravement sous-déclaré, selon le Bureau de la responsabilité du gouvernement (GAO).

La situation urgente qui se déroule actuellement à la frontière n’est que l’une des manifestations d’une crise profondément enracinée née de la politique étrangère déstabilisante des États-Unis, exacerbée par des décennies de politique de « prévention par la dissuasion » et de rhétorique violemment anti-immigrés. Tant que les réfugiés seront accueillis à la frontière avec des barbelés et des gaz lacrymogènes, les groupes de défense des droits humains continueront à fournir une assistance juridique, organisationnelle et humanitaire aux migrants par le biais de réseaux visant à imiter et à préserver la force et la solidarité des caravanes elles-mêmes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici