L’Union européenne, le grand allié-subalterne des États-Unis

Peter Koening, extrait d’un texte paru dans New Eastern Outlook, 16 janvier 2019   |

Le château européen de vassaux de l’Empire s’effondre. Juste devant nos yeux. Mais personne ne semble le voir. L’Union européenne (UE), le conglomérat de vassaux, est, selon Trump sans importance. Il est vrai que l’UE un groupe de 28 pays, quelque 500 millions de personnes, avec une économie combinée d’un équivalent équivalent à 19 000 milliards de dollars US (l’équivalent des Etats-Unis), se sont toujours soumis au dictat de Washington sur tous les aspects importants de la vie.

L’UE a accepté, sur l’ordre de Washington, de sanctionner la Russie, le Venezuela, l’Iran et une multitude de pays qui n’ont jamais causé de tort à aucun des 28 États membres de l’UE. L’UE a accepté l’humiliation des impositions militaires imposées par l’OTAN, menaçant de plus en plus la Russie et la Chine de bases militaires de plus en plus avancées vers Moscou et Beijing, au point que la politique étrangère de Bruxelles est essentiellement dirigée par l’OTAN.

Dès le départ, il était clair que le régime de sanctions américain appliqué à la Russie et à tous les pays refusant de se soumettre aux caprices et aux règles de Washington, directement et via l’UE, nuisait beaucoup plus à l’économie de l’UE et de la Russie. Cela est particulièrement vrai pour certains pays d’Europe méridionale, dont l’économie est davantage tributaire des échanges commerciaux avec la Russie et l’Eurasie que pour les autres pays de l’UE.

Le désastre des «sanctions» a vraiment touché le public lorsque Trump a décidé unilatéralement d’abroger «l’accord sur le nucléaire» avec l’Iran et de réimposer de lourdes sanctions à l’Iran et à «tous ceux qui feraient des affaires avec l’Iran». Les géants européens des hydrocarbures ont commencé à perdre du terrain. C’est alors que Bruxelles, dirigée par l’Allemagne, a commencé à marmonner qu’elle ne suivrait pas les États-Unis et même qu’elle soutiendrait les entreprises européennes, principalement les géants de l’hydrocarbure, en respectant leurs accords contractuels avec l’Iran.

Mais c’était trop tard. Les entreprises européennes ont perdu toute confiance dans les propos généralement peu fiables de l’administration européenne. Nombre d’entre eux ont rompu leurs contrats avec l’Iran, par crainte d’être punis par Washington. Le géant pétrolier franco-britannique Total a ainsi transféré son fournisseur d’Iran vers la Russie – non, pas vers les États-Unis, comme le voulait évidemment l’intention de Washington. Le mal est fait. Les vassaux se suicident lentement.

Plus de la moitié de la population européenne veut sortir des crocs de Bruxelles. Mais personne ne leur demande, ni ne les écoute – et cela dans le prétendu cœur de la «démocratie» (sic). C’est pourquoi les gens protestent partout – d’une manière ou d’une autre en Allemagne, en France, au Royaume-Uni, en Belgique, aux Pays-Bas, en Italie, en Hongrie, en Pologne.

L’ambassadeur américain Richard Grenell en Allemagne a récemment menacé des sociétés allemandes passibles de sanctions si elles travaillaient sur Nord Stream 2, le pipeline de 1200 km qui dit relier la Russie à l’Europe et qui doit être être achevé d’ici à fin 2019. Il doublera pratiquement la capacité de gaz russe fourni à l’Europe. Washington souhaite plutôt que l’Europe achète du gaz et du pétrole de schiste américains, tout en maintenant l’Europe économiquement et financièrement dans l’orbite américaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici