L’urgence climatique ou la catastrophe annoncée

Marta Montojo, Reporterre, 26 novembre 2019

Pour contenir le réchauffement au-dessous de 2 ° C par rapport aux niveaux préindustriels, l’ambition climatique des pays doit tripler. Pour le limiter à 1,5 ° C, il doit être jusqu’à cinq fois plus élevé . C’est ce qu’indique un nouveau rapport de l’ONU sur l’écart d’émissions intitulé «The Emissions Gap 2019». C’est la dixième édition de ces documents qui dépeint la différence entre l’action climatique nécessaire et celle que mènent les gouvernements.

Malgré les avertissements scientifiques, les émissions mondiales de gaz à effet de serre ont augmenté de 1,5% par an au cours de la dernière décennie . En 2018, un nouveau record d’émissions a été établi. Cette année-là, le secteur de l’énergie – le principal responsable du réchauffement – a augmenté ses émissions de 2%.

Le rapport conclut que même si les pays respectent leurs NDC -les engagements en matière de réduction des émissions proposé que chaque pays dans le cadre de l’accord Paris-, serait dépassé 1,5 ° C avant 2030 . C’est-à-dire soixante-dix ans plus tôt que nécessaire pour éviter les effets les plus catastrophiques de la crise climatique. À la fin du siècle, la température serait de 3,2 ° C supérieure aux niveaux préindustriels.

Et cela dans un scénario optimiste, dans lequel les gouvernements respectent leurs promesses. « Dans l’état actuel des choses, on peut s’attendre à ce que les températures augmentent entre 3,4 et 3,9 ° C au cours de ce siècle , ce qui entraînera des effets climatiques puissants et destructeurs », a averti l’ONU.

Mais il y a toujours une solution. Pour que le chauffage ne dépasse pas 1,5 ºC, les émissions devraient diminuer de 7,6% chaque année . Afin de ne pas dépasser 2 ° C, la réduction annuelle nécessaire serait de 2,7%.

Justice climatique

Le rapport souligne également l’inégalité dans la répartition des émissions de gaz à effet de serre. Il garantit que les pays du G20 – qui représentent 85% du produit brut mondial – sont responsables de 78% de toutes les émissions mondiales. Cependant, sept de ces pays ne disposent même pas de politiques leur permettant de respecter leurs engagements nationaux en matière de réduction (leurs CDN).

En vertu du principe de justice climatique envisagé dans l’Accord même, l’ONU rappelle que les pays en développement « ont toujours le droit » d’augmenter leurs émissions , même s’ils devront également renforcer leurs promesses. Dans le même temps, les pays industrialisés devront accélérer la réduction de leurs émissions, notamment en mettant fin à la délocalisation de la production: «Les pays développés ne peuvent se limiter à réduire leurs émissions nationales en exportant une production de carbone pollué vers les économies émergentes. Des traces doivent tomber, ce qui implique des changements de mode de vie », dit- il .

Electrification et énergie renouvelable

Certaines des clés pour arrêter la hausse de température sont la manière dont nous produisons et consommons de l’énergie. L’ONU souligne que le remplacement du modèle énergétique par un modèle basé sur des sources renouvelables pourrait réduire les émissions de CO2 du secteur de l’énergie de 8,1 Gt en 2050. Il souligne également le potentiel d’électrification dans les secteurs de la construction et de la construction. le transport Dans ce secteur, la mesure pourrait réduire les émissions jusqu’à 72% en 2050.

D’autre part, il met en exergue l’exemple du «renforcement constant des plans d’atténuation», à savoir l’Union européenne, où depuis le rapport sur le déficit d’émissions de 2015, les prévisions actuelles d’émissions sont à la baisse. 2030. Cependant, il recommande certaines mesures telles que la réforme du système d’échange de quotas d’émission (ETS) afin de réduire les émissions de l’industrie.

La semaine prochaine, les parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques se réuniront à Madrid (COP25). L’objectif est de finir de clore le contenu de l’Accord de Paris. Le pacte sera mis en œuvre en 2020 et prévoit que d’ici la fin du siècle, la hausse de la température mondiale ne dépassera pas deux degrés Celsius ou, si possible, un degré et demi. Si les dirigeants ne multiplient pas leurs ambitions, nous devrons vivre avec les conséquences de l’échec.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici