Malmenés à l’ONU, les États-Unis s’enfoncent dans l’unilatéralisme

Barbara Crossette, The Nation, 30 juillet 2018

Le 13 juillet, après plus d’un an de négociations, les gouvernements membres des Nations Unies ont convenu d’un plan de lutte contre le cauchemar de la migration mondiale incontrôlée d’une manière organisée et humaine. Il n’a pas été facile de faire participer tout le monde, mais, à la fin, 192 pays ont été d’accord: il fallait une action concertée.

L’ONU, cependant, compte 193 pays membres. Devinez quel État n’était pas signataire ?

Le refus de Trump de se joindre à une tentative mondiale pour régler un problème mondial n’était pas une grande surprise; l’administration n’avait pas participé aux négociations depuis la fin de l’année dernière. Au lieu de cela – alors que les autres nations se rencontraient dans un esprit de compromis le 13 juillet – l’administration Trump cherchait à localiser les quelque 3 000 enfants arrachés à leurs familles désespérées lors d’une vague d’immigration le long de la frontière mexicaine.

À la fin de juillet, le message de l’ONU semble clair: le monde ira de son mieux sans les États-Unis. Et il y a des indications que cela devient une tendance internationale.

En juin, les pays membres de l’ONU ont commencé à réagir institutionnellement au désengagement de l’administration Trump. Les États-Unis ont siégé au Comité des droits de l’homme des Nations Unies – un groupe permanent d’experts indépendants établi pour surveiller l’adhésion au Pacte international de 1966 sur les droits civils et politiques – depuis 1995. Avec le mandat de quatre ans du représentant actuel, Columbia Sarah Cleveland, professeur à la faculté de droit, doit expirer à la fin de l’année, l’administration Trump a nommé l’avocat conservateur Pierre-Richard Prosper, qui était l’ambassadeur itinérant du président George W. Bush pour les crimes de guerre. Avec neuf sièges à pourvoir, le comité a élu des représentants de l’Albanie, du Chili, de la France, de la Grèce, du Guyana, du Japon, de la Slovénie, de la Tunisie et de l’Ouganda. Prosper, le candidat américain, a été rejeté.

Felice Gaer, directeur de l’Institut Jacob Blaustein pour la promotion des droits de l’homme et vice-président du Comité des Nations Unies contre la torture, a déclaré dans un courrier électronique qu’il s’agissait de la première défaite d’un candidat américain au Comité des droits de l’homme. « 

Cinq jours plus tard, les États-Unis se sont retirés du Conseil des droits de l’homme, un organe de 47 membres également choisi par les nations membres, distinct du Comité des droits de l’homme. (Le siège vacant des États-Unis au Conseil a été plus tard rempli par l’Islande.)

Le 29 juin, le choix de l’administration Trump de diriger l’Organisation internationale pour les migrations, Ken Isaacs, a été vaincu. L’OIM, basée à Genève, est un chef de file de la réinstallation des réfugiés qui est devenu officiellement partie intégrante du système des Nations Unies en 2016. Avec l’aide d’autres agences onusiennes, elle gère en grande partie la réponse des Nations Unies à la crise des réfugiés Rohingya au Bangladesh et dirigera la mise en œuvre du Pacte mondial sur la migration après son approbation finale par les États membres de l’ONU en décembre. Le 18 juillet, Haley, toujours sur l’attaque, a rejeté et dénigré le Conseil des droits de l’homme dans un discours edevant la conservatrice Heritage Foundation à Washington. Dans ses remarques, Haley a vivement fustigé d’autres pays membres du Conseil des droits de l’homme, ainsi que d’importantes organisations non-gouvernementales de défense des droits de l’homme. Haley a affirmé la supériorité américaine et a dit que d’autres membres n’avaient pas le courage de leurs convictions. « Personne ne devrait faire l’erreur d’assimiler l’adhésion au Conseil des droits de l’homme au soutien des droits de l’homme », a déclaré l’ambassadeur.

En réalité, au cours de son mandat, c’est l’équipe Trump qui a retiré presque méthodiquement l’adhésion et l’argent des États-Unis de plusieurs composantes de l’ONU, avec des coûts financiers élevés pour ces organisations. Les États-Unis se retirent de l’UNESCO à la fin de l’année, dépassant les 500 millions de dollars de cotisations impayées.

Trump a interdit le soutien officiel des États-Unis au Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), ce qui signifierait une perte de plus de 30 millions de dollars au cours de l’année budgétaire à venir. Le FNUAP a la plus large portée mondiale en matière de planification familiale et de santé maternelle. L’administration a affirmé comme  l’opposition conservatrice républicaine anti-choix que le fonds a facilité l’avortement forcé en Chine. Lorsque le Congrès a tenté de rétablir le financement, l’allocation a été annulée par décret.

À plus grande échelle, l’administration Trump a annoncé l’année dernière qu’elle reviendrait à une loi de 1995 qui limitait unilatéralement les contributions américaines aux opérations de maintien de la paix de l’ONU à 25% de son budget total. Cette loi de 1995 avait, en 1999, fait payer aux Etats-Unis un arriéré de 926 millions de dollars, un montant qui devait être compensé par les administrations de George W. Bush et de Barack Obama. L’Amérique payait 28% quand Trump entra en fonction – un chiffre fixé par un comité de l’ONU et basé sur la part de l’économie mondiale (plus une surcharge pour les cinq membres permanents du Conseil de sécurité) – mais la réduction de l’administration signifie que les États recommenceront à accumuler des millions en factures impayées.

Sous Trump, la politique intérieure a un effet global. Le retrait des États-Unis de l’accord de Paris sur le climat de 2015 en est un bon exemple – les actions de l’un des pollueurs les plus prolifiques affectant la protection de l’environnement et l’équilibre écologique dans le monde. La réduction de l’administration Trump des terres fédérales protégées et l’affaiblissement proposé de la Loi sur les espèces en voie de disparition, de même que les restrictions des règles protégeant l’air et l’eau propres, pourraient être ressenties par des populations bien au-delà des frontières américaines.

La décision unilatérale de Trump de se retirer de l’accord nucléaire iranien a conduit les autres signataires de l’accord se démener pour trouver des moyens de le garder en vie.

Le président s’est brusquement retiré des négociations sur le Partenariat transpacifique, laissant les parties restantes pour aller de l’avant avec des accords qui excluent les États-Unis. Et Trump flotte maintenant sur un retrait de l’Organisation mondiale du commerce – sapant les décennies de stabilité réglementaire et de succès de la médiation qui ne sont généralement pas considérés comme des entraves au pouvoir américain – et semble vouloir saboter l’Accord de libre-échange nord-américain.

À la lumière de ces attaques croissantes et imprévisibles sur la coopération mondiale, l’ONU pourrait essayer de se regrouper. Mais si l’ONU peut riposter efficacement alors que l’administration Trump travaille à l’affaiblir institutionnellement et financièrement reste une question ouverte.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici