Mexique : AMLO face aux enjeux énergétiques

James Neimeister, The Trouble, 14 février 2019

Lorsque les prix du carburant ont considérablement augmenté il y a deux ans, les Mexicains ordinaires sont descendus dans la rue. Le gasolinazo, comme l’appelait la flambée des prix, était un coup dur pour les finances en difficulté du Mexique, provoquant des blocages, des occupations et des fouilles dans les stations-service du pays. Un an et demi plus tard, en juillet 2018, les électeurs ont rejeté les partis de droite du PRI et du PAN derrière les réformes énergétiques au Mexique, en élisant Andrés Manuel López Obrador, un personnage historique de la gauche mexicaine.

Malgré l’importance centrale de la politique énergétique dans son élection, il y a eu relativement peu de discussions sur ce que pourrait signifier un gouvernement López Obrador en termes de politique climatique. López Obrador a présenté une foule de propositions environnementales, notamment un important projet de reboisement, un soutien aux énergies renouvelables et un soutien à l’agriculture rurale. Dans le même temps, le «train Maya» proposé par AMLO, un train touristique à grande vitesse reliant les plages de Yucatán à Tulum et Cancún avec des ruines célèbres telles que Palenque plus au sud, a suscité la consternation et les doutes des dirigeants autochtones et des activistes écologistes qui craignent que Ce mégaprojet causera des dommages supplémentaires aux zones protégées le long de son chemin.

L’action la plus ambitieuse du nouveau gouvernement pour influer sur le climat est sa croisade visant à ramener la compagnie pétrolière nationale mexicaine, Pemex, sous contrôle public. En cas de succès, cela renforcerait les finances publiques et permettrait au gouvernement de mener une politique énergétique souveraine. Alors que le nouveau gouvernement cherche à accroître la production de Pemex, la privatisation de Pemex peut être une condition préalable nécessaire à la négociation d’une transition juste des énergies fossiles au Mexique. Les revenus pétroliers ont été une source de revenus unique pour le Mexique moderne, et le gouvernement aura besoin de capitaux pour sortir des combustibles fossiles. Le gouvernement prend des mesures pour renationaliser efficacement Pemex dans l’intervalle, mais il devra faire face à la dépendance du pays à l’égard des exportations de pétrole et à ses relations avec les États-Unis à long terme.

Géopolitiques

Certes, cela n’apporterait pas de progrès climatique au Mexique, mais un changement radical des conditions géopolitiques pourrait modifier l’équilibre des pouvoirs. Face au texte de l’ALENA 2.0 ( USMCA ), le nouveau gouvernement du Mexique pourrait ralentir l’accord. Une position audacieuse vis-à-vis de l’ALENA 2.0 et une mobilisation de masse contre celui-ci pourraient réorienter la politique nord-américaine en matière de commerce, de développement et de climat dans les années à venir, et pourrait également impulser les bases d’un mouvement transfrontalier pour renverser la tendance en faveur des pétrolières.

Aussi, remettre Pemex sous le contrôle de l’État demeure une nécessité absolue pour tout mouvement politique de gauche au Mexique. Des décennies de négligence menacent à la fois les finances de la société et celles du pays. La corruption et la violence étant devenues incontrôlables, le vol chez Pemex a été flagrant. Inverser son déclin actuel pourrait réduire la dépendance du Mexique vis-à-vis des États-Unis, mais cela accélérera l’extraction de ressources telles que l’exploration pétrolière et la production de raffineries. L’ambition d’AMLO est de restaurer la confiance dans les institutions publiques en crise profonde, ouvrant ainsi la voie à une transformation profonde.

Au cours des crises pétrolières des années 1970, Pemex contribuait à hauteur de 80% du budget national. Aujourd’hui, ce chiffre est proche du tiers, mais le président a appelé à une modification des priorités en matière de dépenses afin de donner la priorité aux pauvres.

Pendant des décennies, la droite mexicaine s’est battue pour privatiser Pemex et a finalement gagné du terrain avec la montée du néolibéralisme dans les années 1980. Les réformes énergétiques ont progressivement réduit les investissements de Pemex dans l’exploration pétrolière et ouvert la porte aux capitaux étrangers. En 1986, le gouvernement a commencé à autoriser les investissements privés étrangers dans la pétrochimie, où Pemex disposait de droits exclusifs et rentables. En 1992, la société a été scindée en filiales, ce qui a entraîné une augmentation des coûts administratifs et des coûts d’emprunt. Les réformes de 2006 et de 2013 ont ouvert la porte aux investisseurs étrangers pour leur permettre de participer à l’exploration pétrolière directe. Les prix élevés du pétrole ont maintenu les revenus de Pemex au milieu des années 2000, mais au lieu de financer de nouvelles activités d’exploration afin de maintenir ou d’accroître la production de pétrole, les gouvernements néolibéraux PRI et PAN ont transféré de l’argent de Pemex pour financer d’autres projets tout en imposant de l’austérité à la population et en mettant en péril les finances du pays.

Conséquence directe de ces politiques, la production de pétrole de Pemex a atteint un sommet en 2004, et sa production quotidienne en 2018 a été trois fois inférieure à ce qu’elle était trois décennies plus tôt. Avec des voleurs piégeant 3,4 milliards de dollars d’essence en 2018, la situation financière désastreuse et l’état de ses infrastructures se sont considérablement détériorés au cours des dernières années. Ouvrir la porte aux investissements privés étrangers, dans une politique de sous-investissement et fermer les yeux sur les vols commis au sein de l’entreprise revenait à un plan délibéré de sabotage de Pemex, ouvrant la voie à son inévitable privatisation – un plan qu’AMLO a accusé le trois derniers présidents tacitement, sinon carrément, d’appui.

Mais la baisse de la production de Pemex est-elle une bonne nouvelle pour le climat? Pas nécessairement. Le Mexique est devenu encore plus dépendant des entreprises américaines de combustibles fossiles, la production se déplaçant de l’autre côté de la frontière. En tant qu’exportateur de pétrole, le Mexique a importé près de 80% de son essence l’an dernier, principalement à partir de raffineries du Texas et de la Louisiane.

AMLO a explicitement fait campagne pour éliminer les importations d’essence d’ici trois ans afin de mettre fin à la situation. Le nouveau gouvernement a rapidement pris des mesures pour augmenter le budget 2019 de Pemex en investissant des milliards de dollars dans la rénovation de ses six raffineries existantes et dans la construction d’une nouvelle. Le budget prévoit que Pemex augmentera sa production de pétrole brut à 2.

Le plan met en évidence la tension qui existe entre l’objectif du gouvernement visant à réduire la dépendance du Mexique à l’égard des États-Unis et ses ambitions environnementales louables. Les raffineries sont à forte intensité de capital et polluantes, et il faut parfois des décennies pour récupérer le coût de l’investissement. Sans politiques visant à améliorer la mobilité urbaine, les transports en commun et les voyages sur de longues distances, la possession d’une voiture et la demande d’essence continueront d’augmenter.

Mettre un terme au vol d’essence endémique est également un facteur dans le plan du gouvernement visant à réaffirmer le contrôle de Pemex et à générer des revenus. Il est également essentiel pour sa campagne visant à restaurer la confiance dans les institutions publiques. On estime que 10 milliards de dollars d’essence ont été volés au cours des 10 dernières années. En 2018 seulement, les pertes de Pemex en matière de vol sont estimées à 3,4 milliards de dollars. À la fin de décembre, le nouveau gouvernement a fermé les gazoducs pour les réparations et a déployé l’armée pour garder l’infrastructure, créant ainsi de longues files d’attente dans les stations-service du pays. L’appui du public au plan reste élevé, car les anciens présidents ont simplement ignoré le problème, le laissant prendre de l’ampleur.

AMLO a mené une campagne de lutte contre la corruption institutionnelle à tous les niveaux. Les responsables du vol sont probablement des responsables publics et des employés de haut rang de Pemex. Des membres dissidents du syndicat des travailleurs du secteur pétrolier STPRM ont dénoncé le président de leur syndicat depuis 26 ans, un ancien sénateur des PRI ayant voté pour les réformes énergétiques de Peña Nieto, pour sa prétendue complicité dans le vol d’essence.

L’explosion du pipeline de Tlalhuelilpan, le 18 janvier, illustre l’ampleur du vol des ressources publiques. Dans une vidéo filmée quelques minutes avant l’explosion , qui a coûté la vie à une centaine de personnes, des foules et des seaux se rassemblent autour de l’oléoduc rompu, à mesure que de l’essence en sortait. Peut-être que ces gens ordinaires s’imprégnant d’essence ont fait un calcul rationnel: «Si ceux au sommet nous volent, nous méritons notre part.» Mais ceux au sommet ne devront jamais payer de leur vie.

Il ne serait pas exagéré de dire que l’effondrement de Pemex a déchiré le tissu de l’ordre social. La promesse radicale d’AMLO d’une «quatrième transformation» du pays – faisant référence à l’indépendance historique du Mexique, à ses réformes laïques et à sa révolution – appelle à élargir les droits sociaux et à rétablir la confiance dans les institutions publiques malmenées. Le sauvetage de Pemex est une étape cruciale dans la réalisation de ces objectifs, mais sans relever l’ambition du gouvernement en matière d’atténuation des changements climatiques, la quatrième transformation d’AMLO ne sera pas à la hauteur de son potentiel radical.

Perspectives de changement transformateur

Dans toute l’Amérique latine, les néolibéraux ont mené des campagnes analogues pour amener des sociétés énergétiques gérées par l’État, telles que YPF (Argentine), Petrobras (Brésil), Petroperú (Pérou) aux mains de multinationales du pétrole. PDVSA du Venezuela, qui détient les droits sur les plus grandes réserves prouvées du monde, reste une perspective alléchante pour les capitalistes vautours. D’autres gouvernements apparemment progressistes sont également tombés dans le piège du financement de programmes sociaux par l’extraction de ressources. À long terme, toutes les sociétés pétrolières doivent être fermées de manière rapide, juste et ordonnée, mais les multinationales qui remplaceraient ces sociétés gérées par l’État sous le capitalisme mondial ne sont pas meilleures. Les mesures de privatisation réduisent le pouvoir et la portée des multinationales du secteur pétrolier. Ils peuvent définir certaines des conditions pour un retrait planifié de l’extraction de combustibles fossiles,

L’accent actuel mis par le gouvernement AMLO sur le développement industriel souligne ses lacunes en matière de justice environnementale. Son projet de «train maya», qui intensifierait l’activité touristique dans les jungles du sud-est du Mexique, a provoqué une déclaration de résistance cinglante de la part des zapatistes et des groupes indigènes alliés.  Le nouveau gouvernement est peut-être la première administration de gauche du Mexique depuis les années 1930, mais son orientation vers le développement dissimule une plus grande continuité avec le passé que le gouvernement et ses partisans peuvent vouloir l’admettre.

Le Mexique est un pays souverain qui a le droit d’extraire son pétrole et de socialiser ces profits. Il n’existe aucune comparaison entre l’ampleur des destructions perpétrées par les États-Unis ou tout autre pays riche et industrialisé et les régimes de développement des pays du Sud. Pemex produit moins de 10% de l’industrie pétrolière américaine dans son ensemble et ses réserves sont généralement moins chères et moins énergivores à extraire que des gisements non conventionnels aux États-Unis et au Canada, comme le gaz de schiste aux États-Unis ou le pétrole des sables bitumineux en Alberta. Le Mexique devrait accroître sa production de manière plus rationnelle et moins dommageable pour l’environnement, en limitant les investissements dans les raffineries à la rénovation des installations existantes. Dans des circonstances idéales, le gouvernement utiliserait le capital accumulé par l’extraction de pétrole que Pemex accumule pour financer la transition des combustibles fossiles. La question cruciale est de savoir dans quelles conditions internes et externes l’État mexicain et les acteurs, des représentants élus aux travailleurs du secteur pétrolier, pourraient envisager un retrait prévu des combustibles fossiles.

À l’heure actuelle, le Mexique est tributaire des exportations de pétrole, de l’achat d’essence aux États-Unis et des décennies de programmes de privatisation ont entraîné un vol généralisé de ressources publiques. Le renforcement du contrôle public sur le secteur de l’énergie jouit d’un soutien populaire, mais pour l’instant, des mesures plus radicales, telles que la réduction de la carbonisation, sont à peine envisagées. Là où il y a peu de pression interne pour prendre des mesures explicites pour mettre fin à l’extraction de combustibles fossiles, il convient de se demander comment le gouvernement d’AMLO pourrait tenter de reconfigurer la situation politique et économique à l’extérieur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici