Mexique : AMLO veut redresser la politique étrangère  

Ariel Noyola Rodríguez, extraits d’un texte d’ALAI, 14 juin 2019

Si quelque chose distingue la politique étrangère du Mexique sous le gouvernement d’Andrés Manuel López Obrador (AMLO), il s’agit d’un retour aux principes fondamentaux énoncés dans la Constitution. Ce n’est pas un anachronisme comme le reprochent ses opposants, mais le respect de la constitution tel qu’exprimé dans la section X dLarticle 89: coopération pour le développement, règlement pacifique des différends et non-intervention dans les affaires intérieures des autres les pays.

Guidé par ces principes, López Obrador a réussi, au cours des quatre premiers mois de son administration, à revoir la relation complexe avec son voisin du Nord, notamment sur la question de la migration en Amérique.

La relation avec les États-Unis : un jeu de « bras de fer »

Il convient de rappeler que, en tant que président élu, AMLO a nommé une équipe dirigée par Jesús Seade, qui a pleinement participé aux négociations avec les gouvernements des États-Unis et du Canada en vue de mettre à jour l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Malgré les menaces et le chantage sur les réseaux sociaux, le président López Obrador n’est pas encore entré en conflit avec son homologue américain. Les États-Unis représentent la relation bilatérale la plus importante pour le Mexique. C’est la raison pour laquelle López Obrador a évité de se lancer dans une confrontation avec son homologue américain. Même quand Trump menace de fermer la frontière, López Obrador évite la polémique.

Amérique centrale et coopération pour le développement

La coopération pour le développement est l’un des principes de la politique étrangère du Mexique. À cet égard, il convient de souligner l’intention de López Obrador d’établir un pacte de coopération entre les États-Unis et les pays du Triangle du Nord (Guatemala, Honduras et El Salvador) afin de promouvoir de plus grandes possibilités de développement dans les pays victimes faible croissance de l’économie. La proposition d’AMLO est de construire des zones de développement au lieu de murs à la frontière, comme le président Trump demande. La formule consiste à engager des investissements et des programmes de développement dans les régions les plus marginalisées du sud-est mexicain et des pays d’Amérique centrale afin de réduire ainsi la migration vers l’Union américaine.

Les discussions pour parvenir à un accord de ce type ont déjà commencé. La question reste de savoir si le gouvernement Donald Trump est vraiment disposé à appuyer une telle démarche. Les cas où les États-Unis sont intervenus pour promouvoir le développement économique d’autres pays sont rares. En outre, tant l’affaiblissement de ses finances publiques que son taux d’expansion économique en perte de vitesse remettent en question la capacité de Washington à financer un vaste programme d’infrastructures et à créer des emplois au-delà de ses frontières.

Venezuela : contre l’intervention

Le changement le plus évident dans la politique étrangère du Mexique est le traitement de la prétendue « crise vénézuélienne ». Alors que son ancien chancelier, Luis Videgaray, a joué un rôle très actif au sein de l’Organisation des États américains (OEA) pour exercer la clause démocratique contre le gouvernement de Nicolás Maduro, l’équipe de López Obrador a opté pour une position de conciliation. .

Le nouveau gouvernement a clairement adopté le principe de la non-ingérence dans les affaires intérieures d’un autre pays lorsqu’il a refusé de signer l’une des déclarations du groupe de Lima qui ignorait l’administration de Nicolás Maduro et appelait au  » rétablissement de l’ordre démocratique « .

Le gouvernement mexicain a proposé, en collaboration avec l’Uruguay, un dialogue ouvert entre les parties au conflit, le gouvernement vénézuélien et l’opposition, afin de parvenir à un accord fondamental pour la réconciliation nationale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici