Mexique : communautés en lutte pour l’eau

Dans le sud du Mexique, un réseau de villes multiethniques a mis un terme à la construction d’un méga-barrage. Maintenant, les gens s’organisent pour gérer leurs propres ressources naturelles et revitaliser leur culture en tant que protecteurs de l’eau indigènes.

Samantha Demby, extrait d’un article paru dans NACLA, 6 mai 2019

 

Le 14 mars dernier, journée d’action contre les barrages et pour la défense des fleuves, les peuples afro-mexicains, autochtones et métis se sont réunis sur les rives du Rio Verde pour participer à un rituel de reconnaissance et de résistance.

Ils ont été rassemblés pour le festival Río Verde, organisé chaque mois de mars par le Conseil des peuples unifiés pour la défense du fleuve vert (COPUDEVER). Ce mouvement de protection des eaux a été créé en 2007 lorsque des dizaines de communautés se sont organisées pour empêcher la Commission fédérale de l’électricité de construire un barrage hydroélectrique sur leur rivière, ce qui, selon eux, inonderait leurs maisons et contaminerait leur seule source d’eau.

Le Río Verde, appelé Stäitya Taná à Chatino et Yutya Cuy à Mixtec, est la principale source de vie de dizaines de villages de pêcheurs et de pêcheurs dans la Sierra du Sud et sur la côte pacifique d’Oaxaca. Selon Eva Castellanos, membre de la COPUDEVER de la communauté de Paso de la Reyna,  » Si le fleuve n’existait pas, Paso de la Reyna n’existerait pas. »

Aujourd’hui, la COPUDEVER est confronté à un nouveau défi : transformer l’opposition au barrage en un mouvement multigénérationnel de défense du fleuve.

Pour des villes comme Paso de la Reyna, cela impliquait de réécrire les lois locales afin d’interdire les projets d’extraction et d’exercer davantage de contrôle sur la terre et sur l’eau. Les résidents sont également en train de redéfinir leur identité en tant que protecteurs des eaux autochtones en restaurant des traditions ancestrales et en en créant de nouvelles. Une des clés de cette métamorphose a été le Festival Río Verde, une fête autonome qui rassemble les communautés et les alliés pour les remercier de leurs biens naturels.

Le Río Verde : propriété sociale collective

Le haut niveau d’organisation collective de Paso est l’héritage non seulement du mouvement de résistance soutenu de la communauté, mais également de ses racines agraires autochtones. Paso a été fondé comme un ejido – une forme de propriété commune  pour les agriculteurs de Chatino lors des réformes foncières du XX e siècle qui ont suivi la révolution mexicaine. Alors que le gouvernement mexicain, poussé par des institutions internationales comme la Banque mondiale, a privatisé une grande partie de ces terres au cours des dernières décennies, la zone entourant le projet hydroélectrique Paso de la Reina a résisté à cette tendance. C’est toujours 95% de propriété communale .

Ce territoire fournit également de l’eau à une grande partie de la population d’Oaxaca. Le bassin de la rivière Verde-Atoyac , où se situerait le projet hydroélectrique, couvre 20% de la superficie de l’État et abrite plus du tiers de ses habitants. Selon un rapport de l’Université de Campeche et de l’Institut d’écologie, de pêche et d’océanographie du golfe du Mexique, le Rio Verde est considéré comme l’un des 51 plus importants fleuves du Mexique. Dans le cas du Rio Verde, son ruissellement joue un rôle essentiel dans la reconstitution du bassin hydrographique du Pacifique.

Cependant, les anciens de Paso affirment que la rivière n’est plus qu’une ombre de ce qu’elle était. Manuel Sánchez, un Paseño de 75 ans dont les grands-parents ont été parmi les premiers colons de la communauté, se souvient d’un lit de rivière rempli d’une flore et d’une faune diverses, chacune jouant un rôle essentiel dans l’écosystème. Mais au cours des dernières décennies, la déforestation et la sécheresse ont eu des impacts considérables. En 1992, la Commission de l’eau du Mexique a construit le barrage Ricardo Flores Mágon en aval, ce qui, selon les habitants, a empêché la migration naturelle de nombreuses espèces.

Le Conseil des Peuples Unis pour la Défense du Rio Verde

Au Mexique, de 1936 à 2006, la construction de  plus de 4 000 barrages a entraîné le déplacement d’environ 185 000 personnes de leurs communautés. Les organisations de défense des droits de l’homme affirment qu’au cours des dix dernières années seulement, la construction de barrages dans le pays a été associée à la détention de plus de 250 personnes et à l’assassinat d’au moins huit protecteurs d’eau .

Le mouvement anti-barrage est une lutte contre la disparition de tout un écosystème, constitué d’une myriade de formes de vie qui dépendent du flux de nutriments et de sédiments d’une rivière.

En 2009, lorsque des travailleurs de la Commission de l’électricité sont entrés sur le site du barrage proposé, escortés par la police de l’État, les membres de la communauté ont convenu qu’il était temps d’agir. Les membres ont travaillé avec des groupes religieux et de la société civile de la région pour mobiliser les communautés voisines et organiser des marches de masse. Au-delà de Oaxaca, la COPUDEVER a participé au Mouvement mexicain des peuples autochtones pour défendre et défendre les droits des peuples touchés par les barrages et la défense des fleuves (MAPDER).

Depuis 2016, plusieurs communautés se sont concentrées sur le renforcement du contrôle communautaire des ressources naturelles. Les résidents ont non seulement réussi à interdire les grands projets extractifs et énergétiques tels que les barrages hydroélectriques, les mines métalliques et les pipelines, mais ils ont également approuvé des réglementations visant à remédier à la surexploitation des ressources du Rio Verde.

L’objectif était « de trouver une proposition pour gérer nos terres communales et nos ressources naturelles de manière équitable », explique Jiménez Ruiz. En pratique, cela signifiait interdire la vente des ressources du fleuve en dehors de leur communauté, tout en limitant leur propre consommation de conga, de poisson, d’iguanes, de cerfs et de sangliers, en fonction des saisons de reproduction de ces animaux et de l’état de santé de leurs populations.

Retrouver son identité

Dans le passé, les Paseños ne s’identifiaient pas aux autochtones en raison de la perte de leur langue maternelle en raison de la migration et d’un système d’éducation public discriminatoire. Mais la réévaluation par les résidents de ce que signifie être autochtone – avec une analyse de leur orientation culturelle et politique – les a conduits à embrasser cette identité. Les membres de la communauté tentent de s’appuyer sur cette tradition en prenant des mesures en faveur de la souveraineté alimentaire, en commençant par l’interdiction du maïs génétiquement modifié et en s’engageant à transmettre les variétés de maïs indigènes à leurs enfants et petits-enfants. En fin de compte, l’objectif de Paseños est de permettre aux générations futures de profiter de l’abondance du Rio Verde. « Nous devons donner vie à notre terre et à notre peuple afin d’assurer le bien-être de nos enfants», a déclaré Pedro González Robles, président du conseil de sécurité autonome de Paso de la Reyna.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici