Mexique :  contre la militarisation de zones indigènes de l’Armée zapatiste

 

Lettre signée par de nombreuses personnalités et organisations internationales, publiée par la Jornada, 20 juin 2019

 

À celles et ceux qui sont encore disposé.e.s à écouter

Ce message est un message d’inquiétude pour la vie et pour la dignité. Nous qui signons cette lettre, nous sommes inquiets de ce qui est en train de se passer, de nouveau, dans ce coin oublié du sud-est mexicain qui est devenu le cœur de l’espérance et de la rébellion, le Chiapas.

Il ne s’agit pas d’un manifeste idéologique ni d’une déclaration de posture face aux changements politiques qui se produisent au Mexique, mais un message de véritable inquiétude pour ce que l’on sent se rapprocher dans cet ici-bas qui, après 25 ans, après 500 ans, résiste toujours à l’extermination et à l’oubli. Ceux pour lesquels nous sommes inquiets, ce sont ceux qui ont lutté pendant un quart de siècle pour leur autonomie, qui ont mis la dignité au-dessus du pragmatisme politique, qui ont été un exemple de liberté dans un monde enchainé par la peur, ce sont les Zapatistes pour lesquels nous sommes inquiets.

Nous nous inquiétons d’apprendre la croissante activité militaire sur les territoires des communautés zapatistes. Nous voyons qu’au beau milieu de la complexe situation de sécurité que vit le Mexique, le chemin de la militarisation du pays se renforce encore. C’est un signal d’alerte que, sous la stratégie très questionnée autour de la Garde Nationale, celle-ci soit, de la même façon que cela s’est produit tant de fois, une force de « sécurité » qui ne fasse pas la distinction entre crime et résistance, entre cruauté et digne rébellion. Il est contradiction que, alors que les informations issues du Gouvernement mexicain elles-mêmes indiquent que la zone Zapatiste figure parmi les zones où le taux de criminalité est des plus bas, la stratégie de sécurité soit dirigée de manière menaçante contre ces zones qui font partie des rares sanctuaires de liberté et de sécurité pour le Mexique d’en bas. Plus qu’une stratégie sécuritaire, cela ressemble à une stratégie guerrière.

Bien que parmi les signataires figure un ensemble divers de personnes qui peuvent voir l’administration d’Andrés López Obrador soit avec espoir soit avec scepticisme, nous sommes toutes des personnes qui rêvons d’un monde différent, meilleur. Nous qui partageons ces mots, nous croyons qu’un changement au Mexique ne peut survenir sous l’ombre planante du pragmatisme politique, en cédant aux pressions qui mènent à l’autoritarisme, au dépouillement et à la violence au bénéfice d’1%, ni en dénigrant les voix critiques qui ont gagné le respect du monde grâce à leur authenticité et leur consistance.

Nous voyons un processus croissant d’hostilité envers les résistances authentiques, historiques et légitimes qui s’opposent aux projets tels que le Train Maya, le Couloir Transismique et le Plan Intégral Morelos, entre autres. Nous sommes préoccupé.e.s d’apprendre les récents homicides de membres du Congrès National Indigène et du Conseil Indigène de Gouvernement. Nous sommes préoccupé.e.s par la possibilité que cette nouvelle administration, comme ses prédécesseurs, libéraux ou conservateurs, de nouveau mette les peuples indigènes au bord de l’extermination.

Le monde regarde avec les yeux et le cœur ce qui se passe au Mexique et au Chiapas.

A bas la guerre contre les Zapatistes et les Peuples Indigènes du Mexique !

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici