Mexique : en finir avec le néolibéralisme et le pillage

Alonso Urrutia et Dora Villanueva, La Jornada, 17 mars 2019  

Mexico. 

Depuis le palais national, le président Andrés Manuel López Obrador a déclaré « la fin de la politique néolibérale », ce « cauchemar » qui a prévalu au Mexique pendant 36 ans. « Deux choses sont abolies », a-t-il déclaré lors de la clôture du Forum Planifier ensemble la transformation du Mexique: « le modèle néolibéral et sa politique de pillage.

Dans le cadre de la clôture du forum qui servira à l’élaboration du nouveau plan de développement national, il a déclaré: « Nous devons maintenant construire ce qui suit en prenant conscience que ce que nous ferons servira à la régénération de notre vie publique. Nous avons la responsabilité de construire une proposition post-néolibérale et de la transformer en un modèle viable de développement économique, d’organisation politique et de coexistence entre les secteurs. « 

López Obrador a affirmé que le nouveau gouvernement devait démontrer que la modernité pouvait être forgée « par le bas et sans exclure personne; ce développement ne doit pas nécessairement être contraire à la justice sociale « . Avec cela, a t-il ajouté, le stade néolibéral dans lequel les plans de développement ont été élaborés sur la base des recettes envoyées de l’étranger sera surmonté.

Le président a souligné 11 axes qui régiront les politiques publiques sous son gouvernement, parmi lesquels il a souligné: « Le marché ne remplace pas l’Etat. C’était un canular pour imposer une politique néolibérale, un sophisme. L’État n’est dilué nulle part dans le monde, ni en Chine ni aux États-Unis. Seuls ces technocrates désemparés ont émis l’idée que l’État n’était pas nécessaire, ils ne l’ont utilisé que pour sauver le système financier en faillite. « 

Pour cette raison, a-t-il déclaré, il faut promouvoir une économie axée sur le bien-être, c’est-à-dire « que nous pensons à la croissance de l’économie, mais aussi à la répartition de la richesse et des revenus. C’est essentiellement du développement, c’est pourquoi il ne faut pas seulement planter la croissance économique sans la lier au développement.

López Obrador a souligné que «pour le bien de tous, les pauvres d’abord». Nous devons nous occuper de tous, écouter tout le monde, respecter tout le monde mais « donner la préférence aux plus nécessiteux, vulnérables, marginalisés, oubliés ». C’est de l’humanisme et cela doit être caractéristique du nouveau gouvernement.

Après avoir énuméré comme deux autres axes l’honnêteté et l’austérité du gouvernement, le président a identifié un autre axe fondamental: « il n’y a pas de paix sans justice, car la paix est le fruit de la justice ». Il a estimé qu’il n’était pas possible de résoudre le grave problème de l’insécurité et de la violence sans s’attaquer aux causes sociales qui le génèrent, à savoir servir les jeunes.

C’est seulement de cette manière, en mettant l’accent sur les politiques sociales, que l’on pourra créer des conditions favorables pour décourager la violence. En s’attaquant à ce problème, le reste de la politique de sécurité est complémentaire: l’incorporation de l’armée et de la marine; coordination accrue entre les entreprises sans violer les droits de l’homme, « sans massacres et sans violence supplémentaire ».

En tant que huitième axe directeur, López Obrador a mentionné la nécessité de reprendre les principes fondamentaux de la politique étrangère dans la tradition de Juarez consistant à respecter les droits des autres. Cela signifie ne pas intervenir dans les affaires d’autres pays et définir que le Mexique n’a pas de préoccupations hégémoniques, que « nous mettons en pratique les principes de l’autodétermination des peuples, que nous n’aspirons pas à devenir un empire; la solution politique des controverses « .

De même, un autre critère fondamental consistera à faire en sorte qu’il n’y ait plus de migration forcée pour des raisons de pauvreté ou de violence.

Lopez Obrador a cité un autre axe qui a suscité la controverse au cours de la semaine, citant la démocratie comme synonyme du pouvoir du peuple, ce qui impliquerait la construction d’une démocratie participative dans laquelle les dispositions de l’article 39 de la Constitution dispose que le peuple a à tout moment le droit de changer de forme de gouvernement.

Enfin, il a déclaré qu’un autre principe du nouveau gouvernement réside dans « l’éthique, la liberté et la confiance, ce qui équivaut à » la renaissance du Mexique, la recherche du bien-être matrimonial et de l’âme « qui sera un élément fondamental de la nouvelle étape la récupération des valeurs nationales ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici