Mexique : la crise à la frontière sud

Manuel Aguilar Mora, extraits d’un texte paru dans Sin Permiso, 23 juin 2019

 

Quelques jours après le 14 juin à Ojinaga, une petite ville isolée située à la frontière nord entre Chihuahua et le Texas, Andrés Manuel López Obrador (Amlo) a insisté dans son discours pour justifier sa position :  » La crise que nous venons de vivre chez nos voisins quand ils nous ont menacés de collecter des taxes sur les biens que nous produisions […] était une crise temporaire et transitoire. Nous ne sommes pas tombés dans le piège de la confrontation parce que nous ne voulons pas nous battre contre le gouvernement des États-Unis, encore moins avec ceux de leur peuple.  » (La Jornada, 16.06.2019). Quelques jours auparavant, le désastreux accord que Trump avait conclu avec le gouvernement mexicain avec son chantage flagrant avait été conclu, en le transformant en garde-frontière non seulement à la frontière nord, mais à trois mille kilomètres au sud, qui se trouve également à la frontière sud avec le Guatemala et le Belize. Mais AMLO continue de croire, avec son pragmatisme sans faille, qu’il s’agit d’une « crise passagère » et que la confrontation avec le gouvernement Trump est « un piège », alors que c’est une réalité.

En respectant l’accord avec le gouvernement Trump, le gouvernement Amlo s’empresse de mettre en place une politique de migration conforme au sens de l’accord. Le changement s’est fait sentir immédiatement à la frontière du Chiapas avec le Guatemala: la détention de migrants a commencé, elle est passée en une semaine à mille par jour. Mais le déploiement de 6 000 « gardes nationaux », en réalité des soldats sous un nouvel uniforme. Mais ce changement, en provoquant les applaudissements de Trump lui-même, est loin d’être suffisant pour arrêter le processus de migration. Cette frontière méridionale, bien que trois fois plus courte que le nord (un peu plus de mille kilomètres) est beaucoup plus poreuse et difficile à surveiller à travers les territoires de forêts tropicales qui s’étendent sur une vaste zone qui s’étend au-delà des « frontières nationales » et traverse la péninsule du Yucatan, les États mexicains de Tabasco et du Chiapas et le le triangle violent centraméricain « Guatemala, El Salvador et une partie du Honduras. En d’autres termes, la région qui habite actuellement la plupart des populations descendantes de l’ancienne civilisation maya.

Le triangle de la violence

La situation est beaucoup plus complexe dans le reste du « triangle de la violence » en Amérique centrale. Le Honduras et le Guatemala sont des pays en pleine crise sociale et politique. Le Guatemala est en pleine campagne électorale pour le deuxième tour du mois d’août du mois d’août. Au premier tour, il y avait une vingtaine de candidats à la présidence. Le Guatemala est un pays profondément touché par les conséquences désastreuses des années d’horreur vécues pendant la dictature militaire la plus meurtrière d’Amérique latine qui a ensanglanté le pays des années 60 à 90.

Le Honduras célèbre cette année une décennie d’instabilité sociale et de conflits politiques. La misère, la violence, l’impunité et la corruption ont dominé ce pays. Le coup d’État contre Manuel Zelaya promu et soutenu par le gouvernement de Barack Obama et sa secrétaire d’État Hillary Clinton en 2009 a été la dernière intervention impérialiste brutale qui a déclenché la longue période d’insubordination nationale contre la dictature de l’armée, Juan Orlando Hernández. Le Honduras est devenu le maillon le plus vulnérable du « triangle », la principale source d’immigrants de la caravane quittant Tegucigalpa et San Pedro Zula dans leur désir de fuir leur misérable condition d’humilié et d’opprimé à la recherche du « rêve américain ». Ayant à faire face à de nombreux obstacles lors de son long voyage: de la soif à la faim, de la violence des gangs qui les exploitent et de la répression des forces de police et de l’armée centraméricaines et mexicaines jusqu’à ce qu’elles finissent par affronter le mur frontière entre le Mexique et les États-Unis et les champs de concentration de la « patrouille frontalière ».

Bien qu’ils ne soient pas strictement liés aux plans antimigration des gouvernements du Mexique et des États-Unis, la situation explosive que connaît le Nicaragua en Amérique centrale, voisine directe du « triangle violent », avec la décadence et la douleur de la dictature du binôme Ortega ne peut être ignorée. -Murillo Cette situation est également source de migrants non seulement vers le Costa Rica, mais également vers le nord. Un facteur qui complique et approfondit l’atolladora d’Amérique centrale

Le bourbier de la frontière sud

La militarisation de facto qui a été imposée le long de la frontière sud du Mexique avec le Guatemala et le Belize est à l’origine de conflits violents de toutes sortes. C’est une frontière qui est directement adjacente aux territoires où les municipalités (« los caracoles ») dominées par l’EZLN ont émergé. L’EZLN a déclaré une trêve mais n’a pas quitté les armes et, bien que clôturé depuis des années, l’encerclement de l’armée n’a pas ouvertement violé ses territoires. Cette situation peut disparaître avec la militarisation de facto qui implique la protection de la frontière sud pour arrêter le flux migratoire. Les conséquences de ces conflits possibles sont énormes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici