Mexique : la grève dans les maquiladoras

Coordinara Socialista Révolucionnaria, 10 avril 2019

Un événement sans précédent dans l’histoire des luttes sociales au Mexique s’est produit en janvier dernier et a surpris tout le monde: une grève générale dans l’industrie des maquiladoras de la ville de Matamoros, Tamaulipas. Quelque 96 entreprises affiliées à la Confédération des travailleurs du Mexique (CTM), qui comptait environ 60 000 travailleurs, se sont mises en grève pour réclamer une augmentation de salaire de 20% et une prime annuelle de 32 000 pesos (1 670 $) indexées sur les augmentations de salaire. Le mouvement «20 (%) – 32 (000 pesos)» a été remporté par 92 maquiladoras, quatre grèves restant à gagner en plus de la grève à l’usine de Coca Cola. La vague de grève a touché de puissants supermarchés tels que Wall-Mart, Soriana et Chedraui, bien que ses objectifs n’aient pas été pleinement atteints.

Le mouvement a commencé lorsque les employeurs ont tenté d’éviter une augmentation de 100% du salaire minimum, décrétée par le nouveau gouvernement d’Andres Manuel Lopez Obrador dans toute la zone frontalière, tentant ainsi de freiner la migration des travailleurs mexicains et de respecter les engagements en matière d’augmentation des salaires. renégociation de l’ALENA entre le Mexique, les États-Unis et le Canada. La manœuvre de l’employeur résidait dans le fait qu’en échange de cette augmentation de salaire, il tentait de supprimer d’autres avantages inclus dans les contrats de travail, y compris le bonus annuel. Les patrons ont expliqué, par le biais de leurs représentants syndicaux, que le « coupable » de cette mesure était Lopez Obrador avec sa politique « irresponsable ».

Face à l’agression des employeurs et à la trahison de la fédération jaune du syndicat CTM, dirigée par Juan Villafuerte, les travailleurs, à juste titre indignés, l’ont fait savoir sur les réseaux sociaux et lors de réunions de protestation au sein des entreprises Susana Prieto Terrazas, avocate spécialisée en droit du travail, défendant leurs droits. L’avocat, qui habite à Ciudad Juarez, a décidé de déménager à Matamoros pour venir les conseiller. À son arrivée, elle a été accueillie par des milliers de travailleurs qui, spontanément, avaient déjà commencé des arrêts de travail et prévoyaient de les étendre à l’ensemble du secteur des maquiladoras. Ils avaient même essayé d’occuper le siège du syndicat. Face au risque d’être submergés par leurs bases, les syndicalistes jaunes n’ont d’autre choix que de lancer un appel à la grève générale le vendredi 25 janvier 2019.

La réaction inhabituelle et combative des travailleurs (rappelons-nous qu’au Mexique nous n’avions pas vu une telle réaction depuis les années 1930) a mis la catégorie des employeurs sur une alerte rouge. Les patrons ont hypocritement déclaré qu’ils «ne pourraient pas se permettre une telle augmentation» et ont menacé de quitter le pays. Les salaires minimums quotidiens au Mexique sont parmi les plus bas au monde: au 1er janvier, 102,68 pesos (5,34 dollars) au niveau national et 176,72 pesos (9,20 dollars) dans la zone franche de la frontière nord. Même avec l’augmentation de 100%, les entreprises voraces des maquiladoras paient dix fois moins au Mexique que dans leurs pays d’origine.

Pour sa part, le gouvernement de Lopez Obrador ( El Sol de Mexico , 13 mars 2019) a réitéré son appel aux syndicats pour qu’ils retardent les grèves et leur a rappelé que «oui, nous allons réaliser les augmentations, mais lentement, car nous pouvons briser l’économie nationale … Il faut parler aux travailleurs, leur dire que nous ne pouvons pas récupérer du jour au lendemain tous les salaires perdus pendant la période néolibérale, les salaires vont augmenter, augmenter, mais nous devons le faire de manière progressive sinon, nous ruinerons les entreprises, nous ruinerons l’économie, nous devrons nous occuper des sources de travail ».

Il ne fait aucun doute qu’il est impossible de recouvrer d’un coup une perte de 80,08% du pouvoir d’achat des salaires accumulés pendant la période néolibérale, mais il est indéniable que les grandes entreprises mondiales sont en mesure d’offrir de meilleurs salaires sans mettre en danger «l’économie nationale». Nous, les travailleurs, devons exiger que le gouvernement actuel mette fin à toute ingérence dans les négociations entre les travailleurs des entreprises et les chefs d’entreprise, afin qu’ils déterminent librement entre eux les augmentations de salaire les mieux adaptées à chaque cas. Si les chefs d’entreprise prétendent qu’ils ne peuvent pas se permettre de répondre aux demandes des travailleurs, laissez-les ouvrir les livres de compte et le démontrer!

Il est indéniable que les grèves victorieuses de Matamoros, ainsi que la défaite électorale de l’appareil de domination du PRI, favorisent le rétablissement de la confiance de la classe ouvrière en ses propres forces pour améliorer son niveau de vie et démocratiser ses organisations syndicales. Cela s’est reflété dans les grèves des universitaires (Chapingo, Metropolitana, Oaxaca, entre autres), dans l’agitation croissante dans d’autres régions de la frontière nord, dans le développement d’une nouvelle insurrection syndicale dans le secteur pétrolier, la sécurité sociale et l’enseignement primaire. et la réorganisation du syndicalisme indépendant.

Il serait souhaitable que les fédérations syndicales indépendantes – la nouvelle fédération des travailleurs (NCT), le Syndicat national des travailleurs (UNT), la nouvelle Confédération internationale des travailleurs (CIT, dirigée par le syndicat des mineurs) et la coordination nationale des travailleurs de l’éducation (CNTE) à accepter de mettre en place un programme de lutte minimum tenant compte des objectifs suivants:

Soutenant les grèves en cours avec la plus grande solidarité, exigeant une réforme du code du travail garantissant la liberté d’association et le respect de la justice, limitant la tertiarisation et éliminant les réformes anti-ouvrières de 2012, le contrôle syndical des fonds de pension et la relance de leur solidarité caractère, un programme pour recouvrer la perte de salaire historique des travailleurs, la semaine de travail de 35 heures, un audit de la dette publique et le refus de payer la dette illégitime.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici