Mexique : la pression de la droite

 

Pedro Echeverría V., Rébellion, 27 novembre 2018

 

Si le président López Obrador cède aux fortes pressions des 50 hommes d’affaires les plus puissants dirigés par Slim; s’il cède aux 27 gouverneurs du même nombre d’entités dirigés par Alfaro de Jalisco; S’il cède aux campagnes médiatiques dirigées par Televisa et à une vingtaine d ‘ »intellectuels » qui ne peuvent pas vivre sans de bons « cadeaux » du gouvernement, le plus certain est que le discours d’AMLO qui promet de mettre fin à la corruption, risque devenir r conversation, déception, démagogie.

Certesi, López Obrador est honnête, intelligent et confiant, mais l’opposition composée de partis de droite, de ses alliés, de juges et d’autres hauts fonctionnaires qui sont furieux de ne pas recevoir le salaire de millionnaire qui les a enrichis peuvent l’emprisonner avec des accusations et beaucoup de propagande. La rébellion des entreprises suite à l’annulation de l’aéroport de Texcoco est en attente. Que réagiraient les employeurs s’ils étaient tenus de payer des impôts à 30 ou 40% – comme dans les autres pays – et non pas à 10 ou 11% comme cela a été traditionnellement payé au Mexique?

Les gouverneurs du PAN, du PRI et du PRD – qui sont 27 contre cinq de Morena – meurent de peur parce qu’AMLO a décidé de faire disparaître les 30 ou 50 délégués établis dans chaque entité, qui facturent des salaires énormes. AMLO a déterminé qu’au lieu de 30 ou 50, il n’y avait qu’un seul délégué chargé de toutes les affaires du gouvernement fédéral. En éliminant 30 ou 50 délégués, les entreprises troubles de milliards de pesos ont été éliminées. Les  gouverneurs savent que leur pouvoir est leur seule opportunité de faire des affaires, de récupérer l’argent investi dans les élections.

Je me demande chaque jour si López Obrador a élaboré une stratégie de mobilisation de masse pour faire face à une urgence. Ni les hommes d’affaires, ni les gouverneurs, ni les partis de droite ne peuvent mobiliser compte tenu de leur énorme perte de prestige devant la population, mais ils peuvent préparer le chemin par des manifestations permanentes et des dénonciations dans les médias.  Lors de chacune des élections nationales suivantes, Morena doit balayer les autres partis qui profitent et pillent le budget public depuis des décennies. L’opposition de droite ne peut pas se développer, car ce n’est pas un peuple.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici