Mexique : la révolution zapatiste 25 ans plus tard

Hilary Klein, Extraits d’un texte paru dans NACLA, 18 janvier 2019

Il y a 25 ans, les Zapatistes avaient capturé l’imagination du monde avec leur soulèvement bref mais audacieux pour exiger la justice et de la démocratie pour les paysans autochtones dans le sud du Mexique. Depuis, sans avoir officiellement déposé ses armes, l’Ejército Zapatista de Liberación Nacional (Armée zapatiste de libération nationale, EZLN) s’est fait davantage connaître par ses mobilisations pacifiques, son dialogue avec la société civile et ses structures d’autonomie politique, économique et culturelle.

Briser les chaînes du colonialisme et de l’exclusion

Le soulèvement zapatiste se tenait dans le contexte du colonialisme et de son héritage – des siècles de pauvreté et d’inégalité, de racisme et d’exploitation. Le Chiapas, l’État le plus méridional du Mexique, est riche en ressources naturelles, mais l’un des États les plus pauvres au Mexique. Il compte l’une des populations autochtones les plus importantes du pays, avec des taux de malnutrition, de mortalité maternelle et d’analphabétisme parmi les plus élevés. Le Chiapas a également une longue histoire de conflit sur la répartition inégale des terres. Après que les mouvements pacifiques pour la réforme agraire dans les années 1960 et 1970 eurent rencontré l’indifférence du gouvernement et la répression accrue exercée par les grands propriétaires terriens, de nombreux villageois autochtones ont conclu que la lutte armée était leur seule voie viable. En novembre 1983, ils ont fondé l’EZLN en tant que petite cellule de guérilla. Les fondateurs ont baptisé le groupe en hommage à Emiliano Zapata, un héros de la révolution mexicaine, et ont repris son cri de ralliement: tierra y libertad (terre et liberté).

Après 10 ans d’organisation clandestine dans les montagnes et la jungle du Chiapas, ils ont recruté des paysans autochtones au sein de leur armée de guérilla et de leur base de soutien civile. Ils ont choisi une date symbolique pour leur soulèvement : le 1er janvier 1994, le jour de l’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). L’EZLN a été l’un des premiers mouvements populaires à reconnaître le néolibéralisme comme une nouvelle étape dangereuse du capitalisme mondial et a qualifié l’ALENA de condamnation à mort pour les paysans autochtones du Mexique.

Durant la nuit du 31 décembre 1993, les forces armées de l’EZLN ont commencé à se rassembler. C’était une armée composée presque entièrement d’autochtones et environ un tiers des soldats étaient des femmes. Les troupes zapatistes ont alors sept villes dans la moitié est du Chiapas, dont San Cristóbal de las Casas, une ville coloniale pittoresque nichée sur les hautes terres brumeuses du Chiapas et une importante destination touristique. Les zapatistes ont occupé San Cristóbal pendant moins de 48 heures. Ils sont restés assez longtemps pour lire leur déclaration de guerre du balcon du palais municipal.

Combattre le patriarcat

L’impact du mouvement zapatiste a été visible au niveau local, national et international. Sur le territoire zapatiste, les acquisitions de terres effectuées après le soulèvement de 1994 – où les Zapatistes occupaient de grands ranchs et redistribuaient des biens à des paysans sans terres – ont eu une incidence sur la répartition des richesses au Chiapas et encore aujourd’hui, ce changement continue de façonner les conditions de vie des villages zapatistes qui exploitent aujourd’hui des terres. Les structures zapatistes d’autonomie autochtone ont élargi l’accès aux soins de santé primaires et à l’éducation dans les villages ruraux du Chiapas. Les zapatistes exercent leur droit à l’autodétermination par le biais de gouvernements locaux et régionaux, et leurs coopératives économiques organisant la production de biens génèrent des ressources à réinvestir dans leurs communautés.

La participation des femmes à l’EZLN a contribué à façonner le mouvement zapatiste, ce qui a ouvert de nouveaux espaces pour les femmes et conduit à des changements dramatiques dans leurs vies. Lorsque l’EZLN a commencé à s’organiser dans les villages du Chiapas, les femmes vivaient un niveau extraordinaire de violence et de discrimination. Mais le mouvement zapatiste a radicalement redéfini les rôles de genre, au fur et à mesure que les femmes devenaient des insurgés de la guérilla et des dirigeants politiques, des guérisseurs et des éducateurs, ainsi que des membres de coopératives. Les énormes changements survenus dans la vie des femmes ont inclus des rôles publics de leadership et de participation aux affaires de la communauté, ainsi que la possibilité de choisir leur partenaire et de décider du nombre d’enfants à avoir. L’organisation des femmes a conduit à l’ interdiction de l’alcool dans les territoires zapatistes, que les femmes attribuent de manière significative à la réduction de la violence domestique. Une génération de jeunes zapatistes, nés depuis le soulèvement de 1994 et qui ont grandi sur le territoire zapatiste, représente aujourd’hui la promesse de la révolution.

Faire face au gouvernement mexicain

Pour de nombreux secteurs de la société mexicaine, les zapatistes représentaient la voix des sans-voix et inspiraient un nouveau sentiment d’espoir aux citoyens pauvres et autochtones du Mexique après des décennies de désespoir. En renforçant les capacités de la société civile, en sapant la confiance dans le gouvernement mexicain et en démontrant qu’il était possible de remettre en cause le statu quo, le EZLN a contribué à mettre fin au régime de parti unique mexicain imposé depuis des décennies sous l’égide du Partido Revolucionario Institucional (Parti révolutionnaire institutionnel, PRI).

Peu après le soulèvement de 1994, l’EZLN et le gouvernement mexicain ont entamé des négociations de paix. Pourtant, tout au long de ces négociations, le gouvernement a mené une guerre de faible intensité contre les zapatistes. Les violences visaient principalement la base de soutien civile de l’EZLN, y compris une offensive militaire menée en février 1995. Au lieu de riposter, les insurgés zapatistes et des dizaines de milliers de civils zapatistes ont fui dans les montagnes. Les soldats mexicains ont saccagé les villages abandonnés. Le gouvernement a finalement annulé l’attaque et les pourparlers de paix ont été repris, mais l’armée mexicaine a établi de puissantes bases militaires au cœur du territoire zapatiste.

En 1996, deux années de négociations ont abouti aux Accords de paix de San Andrés sur les droits et la culture autochtones, qui reconnaissaient les droits des peuples autochtones et promettaient leur autonomie. Le gouvernement mexicain n’a toutefois jamais mis en œuvre les accords de San Andrés. En 2001, après une mobilisation zapatiste à travers tout le Mexique, le Congrès fédéral mexicain a adopté la loi sur les autochtones, qui était une version très allégée des accords de San Andrés que l’EZLN a immédiatement rejetée. Le parti de centre gauche, le Parti de la révolution démocratique (PRD), a voté pour la loi, ce que l’EZLN a considéré comme une profonde trahison. À l’époque, le président mexicain actuel, Andrés Manuel López Obrador, dit AMLO, était maire de la ville de Mexico et l’un des principaux dirigeants du PRD. Les zapatistes ne lui ont jamais pardonné cela.

À l’époque, cette scission entre l’EZLN et le PRD a également déclenché une fracture plus large de la gauche mexicaine. Beaucoup se considéraient comme des partisans à la fois de l’EZLN et du PRD, mais étaient maintenant obligés de choisir leur camp. Certains membres de la gauche mexicaine ont critiqué le manque de pragmatisme de l’EZLN et, bien qu’il soit largement admis que la fraude électorale ait privé AMLO de sa victoire lors de l’élection présidentielle de 2006, certains accusent le boycott zapatiste de la politique électorale d’avoir conduit à cette défaite.

Depuis son élection à la présidence, AMLO a proposé d’incorporer les accords de San Andrés dans la constitution mexicaine, indiquant ainsi son intérêt à rétablir la confiance avec les zapatistes. Il resterait cependant une fracture idéologique. Les zapatistes ont longtemps soutenu que, sous le néolibéralisme, la classe capitaliste avait toujours le contrôle, quel que soit le parti politique au pouvoir. La sixième déclaration de l’ EZLN , qui comprend une longue critique du néolibéralisme, encourage les formations politiques et les alliances extérieures au système électoral à créer un pouvoir par le bas. Il a été publié en 2005, alors que les élections présidentielles de 2006 commençaient, mais le EZLN a continué à critiquer AMLO depuis lors.

Le projet de train Maya soutenu par AMLO et consistant à construire un chemin de fer traversant le sud-est du Mexique n’est qu’un exemple parmi d’autres qui explique pourquoi il est peu probable qu’AMLO et les zapatistes soient au rendez-vous. De nombreux environnementalistes et groupes autochtones, y compris les zapatistes, s’opposent au projet. Comme AMLO est le premier président de gauche mexicain depuis des décennies, il sera révélateur de voir comment se dérouleront les relations entre AMLO et les zapatistes.

Inspirer les mouvements anticapitalistes à travers le pays et dans le monde

Depuis 1994, l’EZLN a engagé un dialogue avec la société civile internationale, inspirant une génération de jeunes militants à s’organiser pour la justice sociale dans leurs propres contextes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici