Mexique : le monde rural contre le nouvel accord de l’ALENA

 

Timothy Wise, Common Dreams, 12 septembre 2018

 

Des dirigeants du mouvement paysan mexicain dénoncent fermement le nouvel accord annoncé entre les États-Unis et le Mexique, appelant le nouveau président qu’ils ont soutenu lors des récentes élections à s’impliquer et à ralentir la course au nouvel accord.

« Nous devons pousser notre nouveau président à arrêter la signature de cet accord », a déclaré le dirigeant agricole Gerónimo Jacobo dans un entretien. “C’est la vie ou la mort pour nous. Avec l’ALENA, la mort sera lente. Notre souveraineté nationale est en jeu ici!

Le 27 août, le président américain, Donald Trump, a annoncé qu’il avait conclu un accord avec le gouvernement mexicain sur une nouvelle version de l’ALENA. Le président a félicité le président du Mexique, Enrique Peña Nieto. Nieto, dont le parti a été écrasé lors des élections du 1 er juillet.

Étonnamment, des représentants du nouveau gouvernement de López Obrador (AMLO) ont participé en tant qu’observateurs et ont approuvé le nouvel accord. Jesús Seade, négociateur de l’ALENA désigné par López Obrador, a soulevé quelques petits problèmes dans les derniers jours des négociations, mais a publiquement soutenu l’accord, une position considérée comme visant à assurer la stabilité financière lors de la transition vers son nouveau gouvernement. C’était surprenant parce que le nouveau président avait beaucoup critiqué l’ALENA dans le passé.

Les agriculteurs: pas si vite!

C’était surprenant pour le mouvement paysan. Le mouvement avait tout fait pour López Obrador et son parti Morena, apportant plus de 50% de soutien à travers le Mexique rural. Ils l’ont fait parce que le candidat avait publiquement adhéré à un programme radical de réforme agricole, dit Plan de Ayala, au 21ème siècle, qui réclame une renégociation de l’ALENA pour empêcher les produits agricoles américains d’inonder le Mexique de cultures bon marché et subventionnées.

Le nouveau programme appelle à soutenir les petits producteurs de maïs et d’autres cultures de base dans le cadre d’une campagne visant à restaurer l’autosuffisance alimentaire dans un pays qui importe maintenant quelque 46 % de sa nourriture, principalement des États-Unis.

Le nouvel accord ne permet pas au Mexique de protéger les cultures de base contre le dumping agricole américain. Une nouvelle étude de l’Institut pour la politique agricole et commerciale montre que le maïs américain a été exporté au cours des trois dernières années à des prix inférieurs de 10% à ceux de la production. Le blé a été exporté à 33% de moins que les coûts de production et le riz a également enregistré une marge de dumping. Les trois cultures sont des priorités pour le nouveau Bureau de l’autosuffisance alimentaire de López Obrador, dirigé par le dirigeant de longue date, Victor Suárez.

Les paysans estiment que l’ALENA est responsable de l’appauvrissement des petits et moyens agriculteurs. Ils dénoncent les nouveaux accords sur la biotechnologie comme moyen détourné d’imposer du maïs génétiquement modifié au Mexique. López Obrador a été clair depuis les élections que son administration n’autorisera plus l’utilisation de maïs et de soja GM. Les agriculteurs craignent que le nouvel ALENA ne l’oblige à le faire.

Le texte de l’accord étant encore secret, les dirigeants agricoles exigent que le texte intégral soit rendu public et que le nouveau congrès tienne des audiences sur l’accord avant sa signature. « Peña Neto ne devrait pas le signer », m’a dit Rocío Miranda, chef de l’exploitation. « Il a présidé à une terrible augmentation de la faim. Nous avons des villes fantômes dans les régions rurales du Mexique à cause de l’ALENA. » Miranda espère que López Obrador interviendra pour veiller à ce que le nouvel ALENA ne soit pas en contradiction avec son ambitieux programme rural.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici