Mexique : le projet d’AMLO fragilisé de l’intérieur

Tom Hansen, extrait d’un texte paru sur le site Web ausm.community, 22 octobre

 

Le 2 juillet, Andrés Manuel López Obrador (AMLO) du Parti Morena a remporté la victoire à l’élection présidentielle mexicaine avec 53% des voix. Son concurrent le plus proche, Ricardo Anaya du Parti de l’action nationale (PAN), en a pris 22%, tandis que José Antonio Meade, candidat du PRI, sans toutefois en être membre, a terminé avec 16%. Morena a également remplacé le PRD en tant que principal parti à Mexico, capturant le bureau du maire et une majorité de l’assemblée locale. Le maire de Mexico est souvent considéré comme la deuxième personnalité politique du pays.

Avant les élections et sur l’invitation de López Obrador, de nombreux partisans antérieurs de l’opposition ont abandonné leurs partis pour se présenter avec Morena, y compris des éléments importants de l’élite économique, dont le magnat industriel de Monterrey Alfonso Romo, qui assume les fonctions de chef d’état-major d’AMLO. Lors de ses deux premières élections présidentielles, López Obrador a dû faire face à l’opposition de cette élite. Cette fois, il s’est assuré de projet une autre image en garantissant qu’il ne contesterait pas la privatisation du pétrole ou la construction d’un nouvel aéroport.

La chaise musicale des partis

Au Mexique, la politique est pratiquement synonyme de corruption. López Obrador s’est présenté sur une plateforme dénonçant la corruption, la fraude électorale et la mauvaise gestion économique. Pourtant, de nombreux candidats à la candidature de Morena sont issus directement du PAN, du PRD et du PRI. AMLO a lui-même commencé sa carrière politique au PRI dans sa région d’origine, Tabasco, puis au PRD pour ses deux premières élections présidentielles et son mandat de maire de Mexico, avant de fonder Morenaen 2014.

Depuis, l’ancien parti d’AMLO, le PRD, a commencé à constater des défections. En juillet 2017, quelque 45 000 militants du PRD ont renoncé à leur parti pour rejoindre Morena, dont le fondateur, le populaire Cuauhtemoc Cardenas. Le changement de parti n’est pas rare au Mexique, où les dirigeants politiques s’intéressent souvent aux postes gouvernementaux qui paient des salaires élevés et offrent des possibilités d’enrichissement illicite, quelle que soit la bannière du parti, mais le changement de parti aujourd’hui dépasse de loin ce qui s’est passé antérieurement.

Du côté du PAN, des personnalités se sont jointes à AMLO, dont Tatiana Clouthier, la fille du père fondateur du PAN, devenue directrice de campagne d’AMLO. Les piliers du PAN, en particulier dans les États du nord conservateurs comme le Nuevo Leon, ont appuyé Morena aux niveaux local et régional. Parmi ses nouveaux partisans d’AMLO, on compte Manuel Espino Barrientos, l’opérateur responsable de la fraude électorale qui avait coûté la présidence à AMLO en 2006.

Quant au PRI, il n’a pas échappé au défilés de défection. Des dirigeants du PRI ont rejoint l’AMLO, notamment Esteban Moctezuma, ancien secrétaire à l’Intérieur d’Ernesto Zedillo et ennemi juré du mouvement zapatiste, Manuel Bartlett, ancien gouverneur de Puebla et principal opérateur à l’origine de la fraude électorale de 1988 qui avait conduit le PRIista Carlos Salinas de Gotari à la présidence, et et même la famille d’Elba Esther Gordillo, l’ancienne présidente du puissant syndicat des enseignants du Mexique, qui était jusqu’à récemment en prison pour corruption.

« Gauchiste » ou « populiste »?

López Obrador a été longtemps considéré comme un gauchiste par l’élite mexicaine. Il est probablement plus juste de le qualifier uden nationalisme populiste, avec une tendance modeste à la redistribution pour stabiliser une société en déclin, sans menacer les fondements de l’accumulation de capital. En tant que maire de Mexico de 2000 à 2005, il était surtout connu pour trois programmes conçus pour satisfaire tout le monde. Son « segundo piso » était un projet d’infrastructure routière gigantesque qui a accéléré le trajet des banlieues au centre-ville de Mexico. Son réaménagement du centre-ville historique a fourni aux magnats de l’immobilier, en particulier à Carlos Slim, l’un des hommes les plus riches du monde, des opportunités de gentrification et des profits énormes. Ses petits dons mensuels en espèces aux mères célibataires, aux personnes âgées et aux citoyens handicapés étaient tout à fait dans la tradition clientéliste du PRI. AMLO a construit une relation directe et inhabituellement personnelle avec ses « viejitos » qui ont fini par faire partie de la base électorale de Morena.

Alors qu’AMLO présente un personnage public épuré (il conduit une vieille berline, vit dans un appartement modeste et ne dispose pas d’un appareil de sécurité personnelle), on ne peut en dire autant de ses nombreux nouveaux alliés importés des PRI, PAN et PRD.  Au cours de ses années en tant que maire de Mexico, AMLO s’est entouré de personnages douteux. Peut-être le plus connu était René Bejarano, principal opérateur politique d’AMLO à l’Assemblée législative de Mexico. En 2004, Bejarano a passé huit mois en prison avant d’être exonéré pour une affaire de corruption. López Obrador a affirmé que Bejarano travaillait « tout seul » lorsqu’il a accepté l’argent, réclamation difficile à concilier avec les faits. En tout cas, maintenant il est de retour, soutenant son ancien patron et ayant un avenir probable dans une administration AMLO.

AMLO promet des réformes superficielles, notamment une réduction des salaires des représentants du gouvernement, mais ce type de changement à forte publicité impact ne peut avoir un gros impact, sinon que symboliquement. En tant que président, il tentera de gérer une coalition idéologiquement disparate comprenant des PANistas orientés vers les entreprises, des PRIistas néolibéraux et des PRDistas corporatistes. Même sa propre coalition électorale comprend le Parti travailliste libéral (PT) et le Parti de la rencontre religieuse conservatrice (PES), qui est opposé aux droits des homosexuels et à l’avortement. López Obrador n’a peut-être pas d’autre choix que de permettre à la corruption d’acheter la paix politique.

Supposons qu’AMLO puisse endiguer la corruption gouvernementale généralisée. Cela laisse encore le vol « légal » beaucoup plus important connu sous le nom de capitalisme qui permet à une petite classe de propriétaires de voler des travailleurs. Ce type de corruption s’appelle exploitation, mais AMLO ne s’en occupe jamais.

Comme c’est généralement le cas, la critique la plus réfléchie vient du mouvement zapatiste. Selon le sous-commandant Galenao, « La nouvelle religion qui se développe en ce moment, nécessite un individu dominant [lisez López Obrador] et une masse qui le suivra. Cela s’est produit dans d’autres parties du monde à d’autres moments, et maintenant, cela se produit ici. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici