Mexique : les ambiguités d’ALMO  

 

Alexander Gorski, extraits d’un texte paru dans NACLA, 18 septembre 2018

Depuis cette victoire écrasante, AMLO et son équipe préparent ce qu’ils appellent la « quatrième transformation » du Mexique. Dans le cadre de sa promesse de campagne ambitieuse visant à construire un Mexique prospère et sûr, AMLO a proposé un plan de développement ambitieux pour les années à venir, avec des projets destinés à créer des emplois, à stimuler la croissance économique. Pour ce faire, AMLO et son parti politique (MORENA ont formé des alliances controversées avec des forces de droite telles que le Parti évangélique social (PSE), d’anciens fonctionnaires du Parti conservateur (PAN) et le Partido Revolucionario Institucional (PRI). AMLO s’est également allié aux membres de la puissante élite économique mexicaine qui a résisté avec force à ses deux premières tentatives à la présidence en 2006 et 2012.

Avec ce soutien de l’établissement plus modéré et la majorité écrasante du Congrès de MORENA, AMLO prévoit de mettre en œuvre plusieurs projets d’infrastructure à grande échelle. Celles-ci incluent la Tren Maya au sud du Mexique, une ligne de train qui faciliterait le tourisme dans les régions autochtones. Son administration envisage également de planter des arbres sur un million d’hectares de terres dans la même région pour stimuler l’emploi et encourager la souveraineté alimentaire du Mexique. En outre, il contribuera au développement logistique de l’isthme de Tehuantepec, l’une des liaisons les plus étroites entre l’océan Atlantique et l’océan Pacifique, qui pourrait offrir un autre passage commercial aux marchandises ne pouvant traverser le canal de Panama saturé. En outre, AMLO souhaite aller de l’avant avec le projet de Zonas Económicas Especiales (ZEE) dans plusieurs États du nord et du sud du Mexique, où un certain nombre de mesures incitatives telles que des règles d’exonération fiscale stimuleraient les investissements étrangers. En outre, AMLO a promis d’augmenter les capacités de production des industries extractives du Mexique en modernisant ses raffineries et même en construisant plusieurs nouvelles.

Chacun de ces projets néolibéraux affectera les territoires autochtones. Pour Luis Hernández Navarro, journaliste à La Jornada, le programme de développement d’AMLO s’inscrit dans la continuité. « Indépendamment de la rhétorique anti-néolibérale de López Obrador, ses projets sont toujours néolibéraux… Il n’y a pas de rupture avec le consensus de Washington », a-t-il déclaré. « Il y a une menace de dépossession et de destruction de l’environnement au nom du progrès ».

John Ackerman, professeur de droit à l’Universidad Nacional Autónoma de Mexico (UNAM) et conseiller politique d’AMLO, ne pense pas que ces projets auront nécessairement un impact négatif sur les communautés autochtones : « Évidemment, la mise en œuvre de ces projets constituera un test sévère pour AMLO, car à un moment donné, son engagement envers la classe affaires du Mexique pourrait entrer en conflit avec son engagement envers les peuples autochtones ».  Pourtant, la résistance parmi les communautés autochtones se prépare déjà, alors que les partisans contestent les changements de position d’AMLO depuis son élection.

Un aéroport en question

Un problème majeur concernant les plans d’infrastructure d’AMLO concerne la construction controversée d’un nouvel aéroport en dehors de Mexico, dans l’État du Mexique. L’aéroport a une longue histoire : il ya 17 ans, le président de l’époque, Vicente Fox, annonçait la construction d’un nouvel aéroport sur le territoire autochtone. Les habitants, organisés dans le Front de défense des terres en défense de la Terre (FPDT), ont résisté, entraînant l’annulation du projet un an plus tard. Cependant, la répression contre les défenseurs des terres a persisté, culminant en mai 2006 dans ce que l’on appelle aujourd’hui le « mai rouge ».  Plusieurs milliers de forces de police et de soldats ont envahi Atenco sur ordre du gouverneur en exercice de l’Estado de Mexico, l’actuel président Enrique Peña Nieto. Ils ont tué deux jeunes hommes, en ont blessé des centaines d’autres et torturé sexuellement la plupart des 47 femmes qu’ils détenaient. Une fois élu président, Peña Nieto a annoncé la reprise du projet d’aéroport en 2014.

Lors de la campagne électorale, AMLO a promis d’arrêter la construction du nouvel aéroport. Pourtant, il a depuis introduit la possibilité de terminer le projet exclusivement avec des investissements privés, et non par des fonds publics. Après avoir remporté la présidence, il a passé six semaines de discussion avec des membres du cabinet et des experts de l’aéronautique avant d’annoncer qu’il soumettra la question de l’aéroport à un référendum fin octobre, ce qui permettra aux citoyens de ne pas voter décider si elle sera construite sur le site actuel ou si elle sera relocalisée dans une ancienne base militaire à Santa Lucía. Le FPDT considère cette hésitation comme inacceptable. De leur point de vue, un référendum national n’est pas démocratique, tandis que les personnes directement touchées ne sont toujours pas prises en compte. Pour le Front, les coûts sociaux et écologiques du nouvel aéroport sont trop élevés.

Résistance autochtone

Il semble que l’opposition la plus puissante à la « quatrième transformation » proposée par AMLO proviendra des communautés autochtones. Avant même que l’AMLO ne remporte plus de la moitié des votes le 1er juillet, il était clair qu’un grand nombre d’organisations autochtones ne soutenaient pas ses propositions. Les zapatistes et le et le Congreso Nacional Indígena (Conseil national indigène, CNI) ont présenté leur propre candidature à la présidence de María de Jesús Patricio Martínez, plus connue sous le nom de Marichuy. guérisseure traditionnelle et militante de longue date du peuple nahua, sous la bannière de la coalition Concejo Indígena de Gobierno (CIG). En fin de compte, malgré les campagnes intensives d’innombrables mouvements populaires, Marichuy n’a reçu qu’un tiers des 867 000 signatures nécessaires pour figurer sur le bulletin de vote, mais pour Juan Villoro, écrivain et proche disciple de la campagne, l’initiative était un succès. « Marichuy a tout simplement essayé de faire entendre la voix d’un autre Mexique, la voix des oubliés, des peuples autochtones, des femmes et des marginalisés ». Selon Marichuy, « il est probable que la lutte de plusieurs décennies des peuples autochtones du Mexique pour l’autonomie et la dignité s’intensifiera sous AMLO, malgré son image progressiste et son soutien populaire ». Entretemps, les zapatistes réfléchissent à la manière d’élargir la résistance à la « transformation » d’AMLO en élargissant les structures de soutien du GIC et en le transformant en un réseau de résistance transnational qui comprend également des organisations non autochtones.

À ce jour, le soutien populaire d’AMLO reste fort, mais sa politique d’infrastructure néolibérale pourrait susciter plus de résistance que moins – et même créer une opposition puissante de la gauche et de la base, susceptible de remettre en cause le caractère progressiste de son administration.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici