Mexique : les frontières qui débordent

Fabiola Martínez, La Jornada, 27 mars 2019

La frontière sud du Mexique « déborde » – et le nord s’effondre presque – sous l’action de groupes criminels, principalement des trafiquants et des trafics d’êtres humains, ainsi que de la formation imminente, du Honduras, une « caravane mère » de plus de 20 000 personnes, a averti la secrétaire à l’Intérieur, Olga Sanchez Cordero.

En réponse, il a annoncé, les modules de sécurité et la migration seront installés dans l’Isthme de Tehuantepec . Il a précisé que cela ne signifie pas la militarisation de la frontière sud mais la suspension des visas humanitaires de manière massive.

Le flux de migrants, selon Cordera, submerge le Mexique. « À l’heure actuelle, nous avons près de 2 400 personnes depuis leur arrivée dans cette nouvelle caravane. De plus, nous savons déjà qu’une nouvelle caravane est en train de se former au Honduras, qu’ils appellent la mère de la caravane, et ils pensent qu’il pourrait y avoir plus de 20 000 personnes », a-t-il déclaré.

Vous pouvez imaginer la dimension de ce flux qui est parfois le trafic d’êtres humains, le crime organisé, le trafic de ce trafic représente plusieurs milliards de dollars, car chaque migrant représente entre 2 000 et 6 000 dollars.

Dans une interview, Sánchez Cordero a déclaré que « si tel était le cas, nous pourrions nous retrouver de manière exponentielle avec environ 900 000 migrants qui se rendraient aux États-Unis à la fin de l’année », ce qui est compliqué non seulement pour ce pays, mais aussi pour le Mexique, en raison de sa condition de nation de transit.

À la fin d’une réunion avec des églises chrétiennes, le secrétaire Sanchez Cordero s’est interrogé sur la collaboration avec Washington en matière de renseignement afin de localiser les dirigeants de groupes criminels utilisant des migrants. Il a rappelé que la frontière méridionale du Mexique s’étend sur 1 200 kilomètres, 370 points d’entrée illégaux et seulement 12 points d’accès légaux. Il a précisé qu’il y aura des facilités pour le commerce et la mobilité régulière des personnes, mais pas pour les groupes de trafiquants, car il y a même eu des cas de trafic d’organes. Il a souligné que les pays d’Amérique centrale devaient également faire leur part, « car ils ne peuvent pas continuer à être les centaines de milliers de migrants qui passent par le Mexique et atteignent la frontière nord ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici