Mexique : López Obrador enfin président

 

Alma E. Muñoz, La Jornada, 1er décembre 2018.

 

Andrés Manuel López Obrador couronne plus de 42 années de lutte sociale et politique pour la démocratie, qui a débuté avec la défense des communautés de Chontal de son Tabasco natal et a culminé avec son arrivée à la présidence de la République. Aujourd’hui, il va enfin mettre de l’avant un gouvernement populaire à la recherche de la quatrième transformation du Mexique et à la fin des 36 années de la période néolibérale, à l’éradication de la corruption et de l’impunité, ainsi qu’à la modification de la manière de faire de la politique.

Originaire de Tepetitán, dans la municipalité de Macuspana, à Tabasco, cet homme politique âgé de 65 ans a participé à sept élections, dont deux triomphes, d’abord pour le poste de chef du gouvernement du district fédéral en 2000 et ensuite lors des élections présidentielles du premier juillet dernier, lorsqu’il a a obtenu une majorité de plus de 30 millions de voix sous le patronage de Morena, le parti qu’il a fondé en 2014. Tout au long de sa carrière, il a énoncé ses principes : ne pas mentir, ne pas voler et ne pas trahir la ville.

López Obrador a quatre enfants; trois avec son épouse décédée Rocío Beltrán (José Ramón, Andrés et Gonzalo) et Jesús Ernesto, avec son épouse actuelle, Beatriz Gutiérrez Müller.

La lutte à Tabasco

Le poète Carlos Pellicer, qu’il a rencontré lors de ses études en sciences politiques et en administration publique à l’Université nationale autonome du Mexique, a été l’une de ses principales inspirations. Son professeur a beaucoup influencé son éducation professionnelle et politique et, pour lui, il a dirigé l’Instituto Indigenista de Tabasco en 1977.

En 1988, il rejoint le courant démocratique dirigé par Cuauhtémoc Cárdenas et Porfirio Muñoz Ledo et est candidat au poste de gouverneur de son État. Après les élections, il a publié le livre Tabasco, victime de fraude. Lors de la création du Parti de la révolution démocratique (PRD) en 1989, il a été nommé chef de l’Etat de Tasbaco. En 1994, il était à nouveau candidat au poste de gouverneur de Tabasco et avait documenté devant le bureau du procureur général la fraude à son encontre; Il a dirigé un deuxième exode pour la démocratie. Il était responsable des journées de résistance civile pour la démocratie et la justice à Tabasco.

Les élections présidentielles

Président du PRD national du 2 août 1996 au 10 avril 1999, il s’est opposé au sauvetage de la banque, mieux connu sous le nom de Fobaproa, dont il est le principal critique. Le 5 février 2000, il a pris ses fonctions de chef du gouvernement du district fédéral et, le 7 avril 2005, l’administration de Vicente Fox a demandé, par l’intermédiaire du PGR, une procédure de destitution devant la Chambre des députés pour non-respect d’une ordonnance de justice. Un mouvement de soutien social a arrêté la procédure. Le 29 juillet de la même année, il commença sa pré-campagne pour la Présidence de la République par une intense tournée dans le pays. Au cours de ce processus électoral, une campagne médiatique de discrédit a été lancée contre lui. Le candidat du Parti de l’action nationale, Felipe Calderón, a remporté l’élection avec 0,56% des suffrages, bien que de nombreuses irrégularités aient été documentées. López Obrador a dirigé une résistance civile pacifique contre la fraude, avec un sit-in du Zócalo au Paseo de la Reforma, en plein centre de Mexico.

Maintenant qu’il a remporté la première magistrature, López Obrador aspire à ressembler à l’apôtre de la démocratie, Francisco I. Madero, au général Lázaro Cárdenas del Río et à suivre l’exemple de ce qu’il considère comme le meilleur président de l’histoire du Mexique : Benito Juárez.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici