Mexique : non aux menaces contre l’environnement

 

La Jornada, 19 novembre 2018

 

Plusieurs universitaires ont envoyé une lettre au président élu, Andrés Manuel López Obrador, pour mettre un terme au projet du Tren Maya, accompagné d’un vaste corridor commercial et ferroviaire dans l’isthme de Tehuantepec, et dont le début des travaux de construction est prévu pour le 16 décembre.

 

Mexico au 15 novembre 2018

Lic. Andrés Manuel López Obrador

Président élu des États-Unis du Mexique

 

Monsieur le Président élu, la presse nous a appris que vous aviez proposé d’organiser une consultation sur différentes propositions le 25 novembre, notamment la construction de la soi-disant Tren Maya et du corridor commercial et ferroviaire de l’isthme. de Tehuantepec. Le premier projet couvrirait les États du Chiapas, Quintana Roo, Yucatán Campeche et Tabasco. Il est proposé que la construction commence le 16 décembre de cette année. Le second est situé dans les États d’Oaxaca et de Veracruz. Les six premières entités sont considérées comme des « habitats critiques couvrant des zones à haute valeur de biodiversité. »

Comme vous le savez, depuis trente ans déjà, le Mexique, un pays reconnu comme faisant partie du groupe des douze pays du monde où se trouve la plus haute concentration de bio-diversité, a perdu des mangroves et des forêts de manière alarmante. Cela nous met dans une situation de risque grave. Il est également indéniable que l’eau, bien essentiel à la vie, est une ressource limitée qui dépend en grande partie de la santé des forêts et de la jungle. Aujourd’hui, la biodiversité et l’eau sont les ressources les plus importantes sur lesquelles un pays peut compter. Par conséquent, les sites à haute biodiversité doivent être préservés dans le respect des normes internationales les plus strictes et dans le respect du savoir des peuples autochtones, garants des territoires et dépositaires de la richesse naturelle et culturelle de notre pays.

Dans ce contexte, il est inquiétant de constater que le projet de train et de corridor commercial et ferroviaire de l’isthme de Tehuantepec présente des caractéristiques similaires à celles d’autres mégaprojets tels que le Plan Puebla Panama, situés précisément dans les écosystèmes fragiles. Ce type de macro-projets a été fortement rejeté en raison de son caractère essentiellement mercantile.

Après tout, le désastre écologique des dernières décennies (élevage extensif, industrie pétrolière, mines, routes, etc.) ne doit pas être entrepris sans une étude approfondie des impacts écologiques, culturels et environnementaux, de même que sur le patrimoine archéologique.

Nous estimons qu’il est essentiel de ne pas ignorer le principe de « consultation préalable, libre et informée des communautés autochtones locales touchées », comme l’exige la Convention 169 sur les peuples indigènes et tribaux de l’Organisation internationale du Travail (OIT). Celle-ci elle devrait être menée de manière transparente et sous l’observation d’une commission sans conflit d’intérêts.

Monsieur le Président, nous sortons de trente ans de régimes qui ont imposé des mégaprojets dans le pays sans les études nécessaires.  Aujourd’hui, le pays est dévasté. Pour toutes ces raisons, parmi beaucoup d’autres, des millions de Mexicains se sont rendus aux urnes afin de changer cet état de choses et de construire avec vous un pays plus juste, dans lequel la population et donc l’environnement, sont des axes fondamentaux. Ce sera un signe de réel changement, que des projets tels que le train Maya ou le couloir commercial et ferroviaire de l’isthme de Tehuantepec, soient repensés autrement.

Nous croyons en la nécessité de résoudre les problèmes sociaux et économiques qui affectent notre pays. Mais nous sommes également convaincus qu’un développement et un progrès véritables ne peuvent découler de la destruction de la nature ou de l’indignation au respect élémentaire des droits.

Récemment, vous avez pris la décision intelligente d’annuler le nouvel aéroport international de Mexico (NAICM), dont la construction a débuté sans effectuer les études préalables nécessaires sur l’impact environnemental. Les conséquences sont évidentes: dévastation écologique, rupture du tissu social des communautés, affrontements entre différents secteurs du pays et graves pertes économiques.

Nous ne pouvons pas manquer de mentionner que, selon diverses enquêtes, l’effondrement de l’ancienne civilisation maya serait dû à la surexploitation de son environnement naturel. Malgré leur indéniable sagesse, les anciens Mayas n’avaient pas assez d’éléments pour agir autrement. Nous savons aujourd’hui que la capacité de charge et la récupération des zones naturelles ont des limites. Il serait impardonnable de ne pas apprendre de l’histoire et de commettre les mêmes erreurs.

* Cela signifie, selon la Commission nationale pour la connaissance et l’utilisation de la biodiversité (Conabio), « qu’il faut préserver les habitats nécessaires à la survie des espèces menacées, notamment les zones d’importance particulière pour les espèces endémiques ou les zones restreintes; des sites vitaux pour la survie des espèces migratrices; les zones qui fournissent des services écosystémiques importants et avec une biodiversité d’importance sociale.

Alfredo López Austin (Institut de recherche anthropologique UNAM) avec plus de 250 chercheurs et universitaires mexicains et une cinquantaine d’organismes de défense de l’environnement

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici