Minuit moins cinq dans les États-Unis de Trump

 

Une discussion avec Mike Davis, Rebel New, 4 septembre 2018

Erratique est un adjectif souvent utilisé lorsqu’on parle de la présidence de Donald Trump. Un jour, il menace de déclencher la guerre contre la Corée. Le lendemain, il serre la main de Kim Jong-un. Quel est le véritable programme de Trump ?

Ne savez-vous pas que Trump est l’instrument de Dieu ? Il n’est peut-être pas capable d’avoir un programme sophistiqué ou même des positions cohérentes sur des questions particulières, mais les évangélistes, les ultra-sionistes, l’industrie houillère et les lobbyistes militaires agissent et sont fermement implantés au sein de l’administration. En servant leurs programmes, Trump leur est été dévoué. En effet, aucune administration, du moins depuis Reagan, n’a donné si rapidement tant de cadeaux à ses circonscriptions d’élite. La droite chrétienne a remporté le grand prix : le contrôle irréversible de la Cour suprême et potentiellement de la magistrature fédérale dans son ensemble. En outre, Trump et un Congrès républicain ont démantelé les coupe-feu en permettant aux méga-églises fondamentalistes de conserver leur statut d’exonération fiscale tout en agissant ouvertement en tant que comités de campagne partisans. Le ministère de la Justice, quant à lui, est devenu le principal défenseur juridique de la privation du droit de vote des personnes de couleur grâce à des lois électorales restrictives et à leur exclusion de l’enseignement supérieur en démantelant la discrimination positive. L’attaque virulente de l’administration contre la réglementation financière, la protection de l’environnement et les droits des travailleurs est bien sûr la musique la plus douce pour les exploiteurs, les pollueurs et les pillards d’entreprises.

Existe-t-il un projet historique global comparable à l’atlantisme de la guerre froide avec une synchronisation complexe, toujours variable, entre les intérêts des grandes industries, des banques d’investissement et des bureaucraties syndicales sous le signe d’une hégémonie américaine dynamique ? 

Aujourd’hui, les forces macroéconomiques du néolibéralisme ont dissous l’ancienne structure de pouvoir du Parti républicain et l’ont remplacée par un parc jurassique de prédateurs économiques qui ressemblent au monde pré-corporatif des Barons voleurs. Les fonds spéculatifs, les grands casinos, les sociétés énergétiques familiales et les méga-promoteurs immobiliers demandent au Parti républicain d’agir sans se soucier de General Electric ou d’IBM, mourants ou ayant déménagé, depuis longtemps, la plupart de leurs actifs offshore. Ainsi, le mécénat et le financement des campagnes, autrefois contrôlés par les Rockefeller et l’Association nationale des manufacturiers, proviennent désormais d’obscurs milliardaires de Dallas, d’Omaha et de Grand Rapids, avec une certaine coordination venant des frères Koch. Des dynasties familiales similaires ont longtemps alimenté les courants politiques néo-fascistes, comme le financement de la John Birch Society par les pétroliers du Texas dans les années 1960, mais leur influence était marginale. Maintenant, grâce au formidable réseau de think tanks de droite et de centres d’études politiques qu’ils financent, ainsi que les églises fondamentalistes avec lesquelles ils sont alliés, ils tirent parti d’un poids politique incroyable.

L’acquisition d’une telle puissance nationale par des élites essentiellement régionales est le paradoxe de la politique américaine contemporaine à une époque définie par les systèmes de production mondiaux et la mobilité des capitaux à faible vitesse. Bien sûr, de vrais géants, entièrement dépendants du libre-échange, attendent dans les coulisses. Les grandes sociétés américaines n’ont pas disparu, elles ont connu une croissance inimaginable et contrôlent des réserves de trésorerie qui les rendent, à l’instar des entreprises industrielles des années 1950, largement indépendantes du contrôle bancaire. C’est essentiellement la base de l’alliance technologique et politique de Hollywood, de la Silicon Valley et de Wall Street sur laquelle les Démocrates de Clinton comptent pour rétablir un ordre centriste dans le système politique. Mais la grande technologie a confisqué la plupart de ses incursions dans la politique nationale, parlant une langue que personne ne comprend. Pendant ce temps, les gros investisseurs des Démocrates regardent avec perplexité la rébellion de Sanders monter de plus en plus à l’assaut de la gauche, y compris le renversement du système de « super-délégué » mis en place pour assurer le monopole du pouvoir des responsables du Parti.

Trump est un milliardaire et a beaucoup de riches donateurs. Pourtant, de nombreux commentateurs estiment que ses « guerres commerciales » vont à l’encontre des intérêts du capitalisme américain et se révéleront coûteuses pour l’économie américaine. Est-ce le cas et à quel point est-il sérieux dans la poursuite d’un programme protectionniste ?

Trump est captif de son propre mythe de la télé-réalité du négociateur impitoyable qui obtient toujours ce qu’il veut. Son comportement de candidat et ses menaces insensées, pour être juste, ont permis de retirer des concessions commerciales et de faire fuir les technocrates de la Banque mondiale et les politiciens européens. Mais il n’y a pas de schéma politico-économique plus élaboré ici, juste un théâtre politique qui joue bien dans la Rust Belt et parmi les xénophobes des petites villes. En fait, le mode de vie de la base républicaine dépend des chaînes de valeur mondiales et des systèmes de production que Trump menace de démanteler. Comme tout le monde le sait, la totalité des exploitations agricoles vit des exportations de soja et de maïs vers des pays tels que la Chine et le Mexique, tandis que des États du sud comme le Tennessee, les deux Carolines Le Texas et même l’Alabama se sont réinventés en tant que plates-formes de fabrication non syndiquées pour les constructeurs automobiles européens et japonais. Trump lui-même est un exemple absolu d’un investisseur immobilier loufoque devenu mondial et il ne rate jamais une opportunité de mettre en place ses grands projets en Russie, en Chine et dans le Golfe. Au bout de la ligne, la rhétorique de chien fou de Trump cède généralement la place à la négociation pour extraire des concessions modestes de l’autre côté. Cela ne veut pas dire que les actions de Trump soient soigneusement modulées. En effet, ses attaques improvisées pourraient bien conduire l’économie à une autre dépression, car toutes les autres conditions pour un ralentissement semblent mûres. Mais l’idée que proposent certains marxistes, à l’effet que l’économie mondiale pourrait régresser comme elle l’avait fait dans les années 1930, quand elle s’est divisée en blocs commerciaux autarciques, me semble exagéré. On ignore que la Chine est encore une puissance mondiale à posséder un projet relativement cohérent pour l’avenir.

La présidence de Donald Trump a redonné confiance aux mouvements d’extrême droite du monde entier. Quelle est la relation entre Trump, ses partisans et la possibilité de l’émergence d’un nouveau mouvement d’extrême droite plus cohérent aux États-Unis ?

La plupart des experts espéraient que Trump devrait partager le pouvoir avec Paul Ryan et les autres républicains de la génération du Tea Party. Au lieu de cela, il les a assommés alors que ses partisans ont gagné un primaire après l’autre contre des réactionnaires parfaitement respectables soutenus par la direction du Congrès. Bien que l’élection de Trump puisse être considérée comme un coup de chance, la croissance d’un culte personnaliste, exclusivement fidèle à lui plutôt qu’aux institutions et aux églises conservatrices, témoigne d’un phénomène plus profond.  Il y aussi d’autres facteurs. Contrairement à la situation en Europe, l’extrême droite est massivement armée et prête à utiliser la violence au premier coup de vent. Pour autant, les néo-fascistes américains sont intimidés par le militantisme noir et même s’ils peuvent bombarder et assassiner, ils ne posséderont jamais la rue.

On fait souvent dit que la base de Trump était la classe ouvrière blanche, en particulier dans les zones les plus touchées par la désindustrialisation …

Trump n’a pas capturé un grand nombre de démocrates de la classe ouvrière, c’est un mythe. Il y a eu l’exceptionnelle sous-performance de Clinton par rapport à Obama parmi ces couches, durement touchées par les fermetures d’usines récentes. Clinton et sa campagne visaient les banlieues et s’attendaient à gagner de nombreuses femmes républicaines, tandis que l’ancienne base démocrate – les syndicats et les Noirs en particulier – suivrait docilement parce qu’ils n’avaient pas d’autre endroit où aller. En l’occurrence, les femmes ne se sont pas précipitées vers elle et une grande partie de sa base est restée à la maison. Elle a reçu près d’un million de voix de moins que Obama dans le Sud et, ce qui est plutôt renversant, trois millions de moins dans le Midwest industriel. Par ailleurs, Trump a accepté d’adopter le programme maximum de la droite religieuse. La plupart des dirigeants d’extrême droite craignaient que 2016 soit une dernière chance d’institutionnaliser leur programme grâce à des nominations à la Cour suprême. Enfin, il faut noter le phénomène Bernie Sanders. Compte tenu du choix entre un pirate milliardaire qui promet le ciel et un socialiste qui a un programme de reconstruction de l’emploi et d’extension du filet de sécurité, le vote sur l’emploi se serait inversé. En effet, la campagne de Sanders était la seule véritable révolution politique en 2016. C’était une version ressuscitée de la Charte des droits économiques proposée par FDR dans sa campagne de 1944 – le New Deal, qui avait mobilisé une puissante coalition de jeunes travailleurs, des immigrants et des syndicats du secteur public. Si l’élément manquant de cette nouvelle coalition arc-en-ciel était l’ancien vote noir au Sud, qui soutenait Clinton, les jeunes Noirs du Nord et de l’Ouest comptaient parmi les Sanderistas les plus ardents. Un fossé générationnel sans précédent – encore plus grand que dans les années soixante – sépare désormais les électeurs âgés de moins de 35 ans. La preuve la plus frappante de cette tendance est la préférence pour le « socialisme » parmi les majorités démocrates et les jeunes électeurs.

La grève des enseignants en Virginie-Occidentale plus tôt cette année a été un événement remarquable, compte tenu du fort déclin du mouvement ouvrier américain au cours des dernières décennies.  Sommes-nous en train de voir un renouveau dans la classe ouvrière américaine ?
Pendant des décennies, on a dit aux travailleurs américains que si la droite parvenait à saisir les tribunaux et à se prononcer contre les syndicats, tout était perdu. La grève des enseignants de Virginie-Occidentale, à l’origine non autorisée, a démontré que lorsque les travailleurs ont la volonté de se battre et de mobiliser le soutien de leurs communautés, ils peuvent gagner. Cela aide bien sûr lorsque le lieu de travail est une école, un hôpital ou une agence gouvernementale qui ne peut pas déménager dans le Sud ou exporté à l’étranger. Une répression des droits légaux du travail peut ironiquement rajeunir l’activisme de base et le canaliser dans des mouvements et des coalitions plus larges. En Californie, l’avant-garde s’appelle les infirmières et leur syndicat est devenue un modèle de syndicalisme du XXIe siècle.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici