Norvège : face à la pandémie, les travailleurs ont lutté et gagné

0
50

ELLEN ENGELSTAD, Révolution permanente, 18 mars 2020

Au début de l’épidémie de coronavirus, le gouvernement norvégien a déclaré qu’il aiderait les entreprises en facilitant la suppression des emplois. Mais les syndicats et les partis de gauche ont farouchement nié que ces mesures étaient «inévitables» – et ils ont obtenu un renflouement pour servir les travailleurs, pas seulement leurs employeurs.

Comme la plupart des pays européens, la Norvège a été durement touchée par l’épidémie de coronavirus. Après plusieurs semaines, le gouvernement est finalement passé à l’action, bien que son voisin le Danemark avait déjà proclamé la fermeture des écoles, des jardins d’enfants, puis de la frontière. Le gouvernement danois a ensuite identifié une liste de ceux qui exercent des « fonctions essentielles dans la société », comme les infirmières, les travailleurs du transport en commun, les nettoyeurs et les personnes travaillant dans les épiceries. Le reste du secteur public a été renvoyé chez lui – et les entreprises du secteur privé ont été vivement encouragées à emboîter le pas.

Entretemps, de nombreux Norvégiens se sont retirés dans leurs chalets – soit pour profiter de vacances supplémentaires, soit parce qu’ils pensaient que c’était un endroit intelligent pour s’isoler. Mais ces cabanes sont souvent situées dans de petites municipalités aux ressources limitées – et les maires locaux ont commencé à chasser les nouveaux arrivants. Finalement le 15 mars, le gouvernement a rédigé une nouvelle loi interdisant de tels déplacements, sous peine d’une amende de 1 300 € .

Plus tard, la controverse s’est également étendue à la question de savoir qui paiera la crise dans son ensemble. Le 10 mars, la coalition de droite au pouvoir a proposé une série de mesures visant à aider les entreprises. Cela a promis de rendre plus facile, plus rapide et moins cher de mettre les employés «en congé» – sans quarts de travail. Normalement, une entreprise peut forcer ses employés, mais elles doivent leur verser quinze jours de salaire complet, après quoi la sécurité sociale leur verse 62,4% de leur revenu précédent. Les propositions du gouvernement auraient réduit cette période de salaire intégral de quinze jours à deux, après quoi une personne avec 2 500 € par mois (un faible salaire en Norvège) se retrouverait avec un peu plus de 1 500 €.

Mais cela n’a pas passé. Lacoalition de droite est un gouvernement minoritaire et les partis de gauche, les syndicats et les citoyens ont protesté.  » Ce n’est qu’un cadeau pour les riches « , s’est plaint la porte-parole économique du Parti de la gauche socialiste (SV), Kari Elisabeth Kaski. Le chef du parti socialiste Rødt, Bjørnar Moxnes, a dénoncé le gouvernement, tandis que le chef de la confédération syndicale LO, Hans-Christian Gabrielsen, a qualifié la proposition d’injuste et d’inacceptable .

Le gouvernement a tenté d’esquiver en appelant à «l’unité nationale». Mais cette fois, il été forcé de reculer.

Ce revirement est en partie dû à la faiblesse du gouvernement. Composée de trois partis de droite, il s’agit d’une coalition minoritaire depuis l’automne, lorsque le Parti du progrès d’extrême droite (FRP) et ses ministres sont partis en fanfare dans une campagne contre les « menaces » de l’Etat islamique parce que le pays acceptait des réfugiés syriens.   

Mais ce qui a contribué à assurer la défaite du gouvernement, c’est le pouvoir du mouvement syndical – et ses structures d’organisation démocratique. Ill est devenu évident que les travailleurs  ne supporteraient pas de perdre une grande partie de leurs revenus pendant que les banques et les patrons étaient renfloués par le gouvernement. 

Cela n’a laissé à la LO et au Parti travailliste aucun autre choix que de s’opposer durement à l’encontre du plan de la coalition de droite. Le gouvernement devait décider s’il devait rechercher un véritable conflit de classe – une bataille qu’il perdrait sûrement devant la cour de l’opinion publique – ou céder aux exigences des syndicats. Fait à noter, le gouvernement a également accepté que les pigistes, les personnes qui gèrent leur propre entreprise, les travailleurs de la culture et d’autres précaires recevront une aide de la sécurité sociale, représentant 80% de la moyenne de ce qu’ils ont gagné au cours des trois dernières années – jusqu’à une limite d’environ 52 000  

Entretemps, les partis de gauche font pression pour interdire le versement des dividendes aux actionnaires des entreprises et des banques qui reçoivent des aides d’État, tandis que la droite refuse une telle mesure, insistant sur le fait que le capital peut «s’autoréguler». 

Il reste encore beaucoup à faire – et l’aile droite est toujours au pouvoir. Mais cette dernière période a démontré comment, même en temps de crise, qu’on pouvait lutter pour des mesures visant à améliorer les conditions de vie de chacun tout en défendant les plus vulnérables.