Offensive militaire américaine en Afrique

 

 

ERIC DRAITSER, Counterpunch, 1 décembre 2018

Le 18 novembre, une offensive massive contre une base militaire nigériane de la part d’une faction du groupe terroriste Boko Haram, connue sous le nom d’État islamique pour l’Afrique de l’Ouest (ISWAP), a tué plus de 100 soldats. L’attaque surprise est survenue à un moment où le président nigérian Muhammadu Buhari, qui a déclaré  sa victoire contre Boko Haram et le terrorisme, a été confronté à une crise de légitimité, à une baisse des taux d’approbation et à une élection imminente au début de 2019.

Quelques jours plus tard, le 22 Novembre, un contingent d’environ 50 militants armés a kidnappé au moins 15 filles au Niger, juste à l’ extérieur d’ une ville dans la région de Diffa, près de la frontière Nigeria. Bien que Boko Haram n’ait pas officiellement revendiqué sa responsabilité, beaucoup ont attribué l’action au groupe terroriste, ou à l’une de ses factions, étant donné leur propension à utiliser les enlèvements à des fins de propagande et de collecte de fonds.

Et le même jour, également à Diffa, près de la frontière nigéro-nigériane, des militants présumés de Boko Haram ont tué sept employés de Foraco, une entreprise française de forage et d’exploitation minière.

Cette série d’attaques meurtrières contre des civils le long de la frontière entre le Nigéria et le Nigéria brosse un tableau inquiétant de l’instabilité persistante de la région et dément l’idée que des opérations de lutte contre le terrorisme sont en cours depuis plusieurs années ont mis Boko Haram et d’autres groupes terroristes sur le dos.

Cette réalité est sans aucun doute la responsabilité du président nigérian Buhari, qui a été élu sur la promesse d’éliminer le terrorisme et d’instaurer la stabilité et l’état de droit au Nigeria.

Mais peut-être qu’il faut poser la question au gouvernement des États-Unis, et plus particulièrement à son commandement africain (AFRICOM). Car c’est Washington, et non Abuja, qui a consacré des milliards de dollars à la lutte contre le terrorisme et à la surveillance au Sahel et en Afrique de l’Ouest. Compte tenu de la longue liste d’attaques et d’assassinats, on pourrait naturellement se poser la question suivante: que font exactement les États-Unis là-bas, si ce n’est contre le terrorisme?

Nigeria, Niger et AFRICOM

Ces incidents les plus récents brossent un tableau inquiétant de la réalité sur le terrain dans la région où non seulement les groupes terroristes continuent d’exister, mais ils sont apparemment en plein essor. Le commerce lucratif de biens illicites, de drogues, de traite d’êtres humains et d’autres encore a continué de remplir les poches de ces organisations militantes. Mais le fait même que ces assassinats se poursuivent met en cause l’efficacité de la force américaine AFRICOM et son agenda.

Comme l’a rapporté le Washington Post en 2013, les États-Unis ont choisi Agadez, au Niger, comme site d’une nouvelle installation de drones gigantesque qui constituera un «pied stratégique» en Afrique de l’Ouest, notamment en ce qui concerne la mission de surveillance des réseaux terroristes . Et les États-Unis utilisent des drones depuis plus de cinq ans.

Cependant, ce qui devait être à l’origine une installation relativement petite hébergeant quelques drones américains et des conseillers militaires s’est envolé pour un investissement de plus de 100 millions de dollars qui constituera l’un des projets de construction militaire les plus coûteux des États-Unis. Et au lieu de loger simplement une poignée de drones Predator, l’installation sera la base des drones MQ-9 Reaper avant la fin de l’année. Naturellement, on ne sait pas combien de drones volent déjà hors de l’installation, bien que des observateurs avertis supposent qu’un nombre important de drones le font déjà.

Cette base, qui constituera une plaque tournante du réseau plus vaste de surveillance par drones AFRICOM, s’étalant sur une grande partie du continent africain, est à proximité de ces derniers horribles incidents. Et pourtant, il semble que les États-Unis étaient incapables ou ne voulaient rien faire pour les arrêter. Même avec les équipements de surveillance et de communication les plus sophistiqués, des groupes de dizaines ou de centaines de combattants se déplacent dans les villes et effectuent des enlèvements massifs, des pillages et, pire encore, sous le nez de Washington.

Et au-delà de la base d’Agadez, les États-Unis ont une présence militaire au Niger et au Nigéria, les deux pays accueillant régulièrement des soldats américains et des conseillers militaires, souvent dans le but spécifique d’aider les forces locales à lutter contre Boko Haram et d’autres groupes terroristes. Une attaque d’embuscade contre 4 soldats américains au Niger a récemment mis la question à l’ordre du jour, alors que Washington envisage de réduire le nombre d’opérations au sol auxquelles ses soldats participent directement.

Il convient également de noter que les États-Unis exploitent un certain nombre de centres de surveillance clandestins sur tout le continent, dont au moins un est relativement proche de la zone où les attaques ont eu lieu. Comme le rapportait Craig Whitlock du Washington Post en 2012: «Un centre important du réseau d’espionnage américain se trouve à Ouagadougou, au Burkina Faso… Dans le cadre d’un programme de surveillance classifié baptisé Creek Sand, des dizaines d’employés et de sous-traitants américains sont venus à Ouagadougou ces dernières années pour établir cette base aérienne à côté de l’aéroport international. Les avions espions américains non armés volent à des centaines de kilomètres au nord du Mali, de la Mauritanie et du Sahara. ”

En outre, AFRICOM organise chaque année des exercices militaires de grande envergure dans toute la région et se concentre sur de vastes initiatives stratégiques intégrant les forces militaires américaines dans les structures de commandement militaire de ces pays.

En cas de doute, considérons les déclarations suivantes du vice-amiral Robert Moeller, adjoint militaire de l’ancien commandant de l’AFRICOM, le général William ‘Kip’ Ward, qui a déclaré lors d’une conférence AFRICOM en 2008 que l’objectif d’AFRICOM était de «protéger la libre circulation des ressources naturelles». En outre, Moeller a  écrit  en 2010:« Que cela ne soit pas une erreur. Le travail d’AFRICOM est de protéger la vie américaine et de promouvoir les intérêts américains.  »

Donc, si nous nous débarrassons de la rhétorique florale sur la stabilité et la sécurité, deux éléments essentiels à l’extraction et à l’exportation des ressources, il devient évident que ce sont en fait les ressources naturelles qui orientent l’intérêt stratégique des États-Unis en Afrique, avec l’empreinte croissante de la Chine sur le continent.

Au cours de la dernière décennie, d’importantes découvertes de pétrole dans le bassin du lac Tchad ont transformé la manière dont les États de l’Afrique de l’Ouest envisagent leur avenir économique. Au cœur du bassin se trouve le lac Tchad, entouré des pays du Nigeria, du Tchad, du Cameroun et du Niger. Selon une  évaluation réalisée en 2010 par l’US Geological Survey (USGS) , le bassin du Tchad a «des volumes moyens estimés à 2,32 milliards de barils de pétrole, 14,65 milliards de pieds cubes de gaz naturel et 391 millions de barils de liquides de gaz naturel». Ces ressources ont attiré l’attention des dirigeants politiques et des chefs d’entreprise, tant de la région que du monde entier.

Ces réserves de pétrole ont attiré l’attention de chacun des États riverains du lac Tchad et ont conduit à une sorte de bousculade parmi eux pour siphonner autant de pétrole que possible de leurs voisins. Bien entendu, le pétrole et le gaz ne sont pas les seuls à retenir, surtout depuis que les États-Unis sont devenus un exportateur net de pétrole .

Mais pour la France, ancienne puissance coloniale de la région, qui maintient toujours une présence militaire importante dans le Sahel sous les auspices de l’opération Barkhane, le pétrole reste une priorité essentielle en Afrique.

En tant que dirigeant du secteur pétrolier au Tchad, a au quotidien nigérian This Day, « Actuellement, le pétrole du lac Tchad foré par la République du Tchad est… expédié par pétroliers vers les raffineries internationales du port du Havre en France ».

Et au Niger, pays riche en gisements minéraux tels que l’uranium, indispensables au vaste secteur de l’énergie nucléaire français, la France reste le principal acteur économique. Comme le rapportait Think Africa Press en 2014: «La France consomme actuellement plus de 75% de son électricité en énergie nucléaire et dépend du Niger pour s’approvisionner en uranium dans l’immédiat et à l’avenir. Cette dépendance pourrait encore augmenter lorsque la production du gisement d’uranium récemment découvert à Imouraren sera opérationnelle en 2015. La mine devrait produire 5 000 tonnes d’uranium par an et contribuerait à faire du Niger le deuxième producteur mondial d’uranium. Areva, détenue à 87% par l’État français et majoritaire dans trois des quatre sociétés d’extraction d’uranium opérant au Niger, finance la nouvelle mine.  »

À propos, le président du Niger, Mahamadou Issoufou, est un ancien employé d’Areva, la société française qui domine le commerce de l’uranium en Afrique.

Peut-être devrions-nous alors revenir à la récente attaque qui a coûté la vie à sept employés de la société française de forage Foraco. Cela faisait-il partie des efforts plus vastes déployés par les capitalistes français pour continuer à extraire de l’uranium et / ou d’autres minéraux pour les expédier vers la «mère patrie»? Il faut se demander, étant donné que Foraco ne se limite pas au forage de puits d’eau.

L’architecture de surveillance américaine est-elle si fragile et inefficace qu’elle a tout simplement manqué le mouvement de centaines de membres des organisations mêmes que Washington prétend combattre dans la région? Est-ce simplement que les États-Unis sont incapables d’espionner efficacement cette région jusqu’à ce que leur base massive à Agadez soit complète? Est-ce que ces groupes terroristes ont acquis une sophistication telle qu’ils sont capables d’éluder les capacités militaires et d’espionnage les plus avancées du monde?

Les réponses à ces questions pourraient prendre un certain temps à se dégager pleinement. Mais ce que nous savons, c’est que l’armée américaine en Afrique est effectivement une force d’occupation et d’extraction de ressources qui utilise les armées locales comme substituts de son propre agenda. Les groupes terroristes opérant dans la région ont accumulé des millions de personnes et commis d’innombrables atrocités sous le nez de forces militaires prétendument bienveillantes.

Ainsi, si le contre-terrorisme est vraiment ce qui intéresse les États-Unis au Sahel et en Afrique occidentale, la mission AFRICOM est un échec cuisant. Bien sûr, considérée comme une force d’occupation néocoloniale qui utilise à la fois des forces dures et douces pour enraciner l’hégémonie des États-Unis et garantir la libre circulation des ressources en provenance de l’Afrique, c’est un succès retentissant.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici