Pour une transition écosociale 

0
60

Global Dialogue, octobre 2020

 

Notre maison commune, la planète Terre, est malade et a besoin de soins. Les effets de l’exploration de la nature sont tels que, si nous voulons survivre, nous devons changer d’urgence notre modèle de vie, de société et la façon dont nous nous rapportons à ce qui génère toute existence sur la planète: la Terre Mère, Pachamama , Ivy Marãey ou la «terre sans maux», la création…

L’urgence climatique et la dévastation socio-environnementale sont alarmantes. La température moyenne augmente chaque année, provoquant des vagues de chaleur mortelles, des tempêtes, des cyclones, des ouragans et de longues sécheresses, en plus d’inondations dévastatrices. Les mauvaises récoltes et les incendies sont de plus en plus violents. La crise de l’eau, aggravée par l’avancée continue de l’agro-industrie, attaque tous les biomes, avec la disparition des sources, des petits fleuves et des bassins importants à risque en raison du drainage des eaux pour l’irrigation des grandes plantations et la mise en place de méga-entreprises telles que barrages, hydroélectriques et voies navigables.

La migration forcée, la violence et la répression sont des conséquences directes de ce processus, affectant à la fois les peuples autochtones et les communautés traditionnelles et quilombola – vitales pour la préservation des biomes stratégiques – et les travailleurs des villes, dont les conditions de vie se détériorent. Le chômage, la faim, l’insécurité publique et le manque d’accès à l’éducation, à la santé, à un logement décent et à des transports publics de qualité sont la réalité de millions de Brésiliens. Nous souffrons de la violation constante des droits, de l’impunité des élites et de la politique génocidaire et écocidaire d’un gouvernement qui détruit le pays et dépouille ce qui est commun et public, tout en s’attaquant aux populations qui défendent la vie et les territoires.

Les frontières de la marchandisation s’étendent vers les forêts et autres biomes, détruisant des écosystèmes riches en diversité biologique et socioculturelle et provoquant des déséquilibres et des zoonoses potentiellement plus graves que Covid-19. La pandémie doit, en outre, être considérée comme un avertissement de la Terre Mère. Soit nous prenons cet avertissement au sérieux et nous agissons collectivement, soit la catastrophe s’aggravera. Cela semble en effet être le pari du capitalisme mondial et des élites nationales, préoccupés, aujourd’hui et toujours, uniquement de leurs propres intérêts, fondés sur le «développement» destructeur, sur l’extraction prédatrice et sur la financiarisation de tout: l’agriculture, la terre, l’eau, moyens de production, vie, nature en général.

Nous savons qui en souffre le plus: les femmes, la classe ouvrière, les peuples et communautés autochtones, les populations noires, migrantes, pauvres et périphériques. En plus des formes historiques d’exploitation et d’oppression, s’ajoutent des formes recyclées de racisme et d’injustice environnementale. La pandémie Covid-19 a creusé les inégalités à un moment sans précédent de convergence des crises: sociale, énergétique, eau, alimentation, santé, environnement et soins. La profonde crise de l’écosystème et de la civilisation est encore aggravée par une dérive politique et éthique. Le «normal» est le problème et le pari sur une «nouvelle normalité» approfondit cette logique.

Une urgence climatique avec des réponses insuffisantes

Bien que plus évidente aujourd’hui, nous connaissons depuis un certain temps l’ampleur de la tragédie socio-environnementale. Un siècle de recherche a permis d’identifier les effets des activités humaines sur le climat terrestre, l’augmentation des concentrations atmosphériques de CO2 et les risques et impacts du changement climatique. Le climat de notre planète dépend d’un équilibre entre les entrées et les sorties d’énergie. Le rayonnement solaire entrant est équilibré par la chaleur que notre planète irradie dans l’espace, qui n’est qu’une fraction de la chaleur dégagée par la surface, puisqu’une partie de celle-ci reste sur Terre en raison de l’existence, dans l’atmosphère, de gaz à effet de serre (GES). Si la concentration de ces gaz augmente, moins de chaleur s’échappe dans l’espace; avec l’accumulation d’énergie dans le système climatique de la Terre, nous avons le réchauffement de la planète.

Dans les pays capitalistes centraux et en Chine, la plus grande source d’émissions est l’utilisation du charbon, du pétrole et du gaz comme source d’énergie. Au Brésil, le changement d’utilisation des terres (déforestation, incendies et utilisation intensive de pesticides) apparaît comme le principal facteur, suivi des émissions de l’agriculture et de l’élevage (gonflées par le gigantesque cheptel bovin) et du secteur combustibles fossiles dans les centrales électriques et les transports). L’agro-industrie représente ici 70% des émissions de GES.

La déstabilisation du climat a déjà des impacts irréversibles, comme la réduction significative des glaciers, la perte massive de glace de mer dans l’Arctique et la compromission des coraux tropicaux, en plus d’innombrables espèces déjà éteintes. Nous avons une urgence climatique et environnementale qui doit être traitée comme telle afin que les dommages ne continuent pas à s’aggraver en progression exponentielle.

Les initiatives coordonnées par les Nations Unies (ONU), telles que les Conférences et Conventions sur le Climat et la Biodiversité, les Objectifs de Développement Durable (ODD) et les Mécanismes de Développement Propre n’inversent ni même n’améliorent la situation. Les crédits carbone ou les réductions d’émissions certifiées deviennent des garanties du droit de polluer: une spéculation carbone honteuse et toutes sortes de contrefaçons, avec des gouvernements poussés par les hommes d’affaires à développer la production, des incitations fiscales et des exonérations des secteurs émetteurs, notamment l’agro-industrie et l’industrie fossile. Le tout au service de la croissance du Produit Intérieur Brut, qui n’a fait que générer davantage de dégradations environnementales et sociales, alors que les températures continuent de monter.

Une simple expansion de la présence d’énergies renouvelables dans la matrice énergétique ne suffit pas. Au cours de la dernière décennie, la production d’électricité par l’énergie éolienne a quintuplé et la production solaire a augmenté de 34 fois, mais les émissions de CO2 provenant de la combustion de combustibles fossiles ont augmenté de 14%. Sans «aplatir» la courbe de la demande énergétique et insérer les sources renouvelables de manière substitutive, et pas seulement la compléter, les énergies renouvelables vont croître – accompagnées d’impacts sur les territoires, de l’extraction des matières premières à l’installation – sans aborder le problème climatique et les impacts socio-environnementaux.

Nous ne pouvons pas non plus parier que les «nouvelles technologies» nous sauveront, comme par miracle. Les scénarios étonnants de la géo-ingénierie sont similaires à ceux d’un patient qui ne peut pas quitter l’USI, apportant une dépendance éternelle à ces technologies, avec des effets secondaires terribles (tels que les sécheresses régionales et la faim et l’aggravation de l’acidification des océans) et une concentration encore plus grande de pouvoir. Et ils peuvent avoir des conséquences absurdes, se révélant être un «médicament» qui tue le patient plus vite que la maladie.

Le nouveau contexte: les accords verts et l’importance d’une transition écosystémique

Il n’y a pas de «maquillage vert» qui fonctionne si nous ne changeons pas le système. La situation menaçante exige un changement de cap. Dans les pays du centre, différentes initiatives liées à un Green New Deal, ou un nouvel accord vert, est en cours de construction. En Amérique latine, un pacte écosocial du sud a été récemment lancé, cherchant à articuler la justice redistributive, sexospécifique, ethnique et environnementale. Le différend politique est intense. D’une part, les acteurs dominants parient sur de nouvelles articulations entre l’imaginaire environnemental et l’accumulation de capital. D’autre part, des acteurs critiques dénoncent les tentatives de renouveler le «capitalisme vert». Sans des changements substantiels dans le modèle de production, de consommation et de distribution – c’est-à-dire les racines du réchauffement planétaire et du changement climatique – la situation s’aggravera, creusant les inégalités sociales et Nord / Sud, la financiarisation de la nature et le racisme environnemental.

Au Brésil et dans le reste de l’Amérique latine et des pays du Sud, des voies vers une véritable transformation sont créées depuis longtemps. Dans nos pays, façonnés par la colonisation et le racisme structurel, les populations autochtones, les quilombolas et une grande variété de communautés, de collectifs et d’expériences résistent sur leurs territoires et cultures et démontrent qu’une autre relation avec la toile de la vie est possible. Contrairement à la destruction promue par le capitalisme mondialisé, exacerbée pendant l’Anthropocène, il est nécessaire de construire un nouveau rapport à la nature, dans lequel elle est perçue comme la maison de tout et de tous, qu’il faut cultiver et préserver, en interaction et en harmonie. avec d’autres êtres vivants avec lesquels nous partageons le même espace commun.

Dans les villes, les forêts et les campagnes, de nouvelles manières de comprendre ce métabolisme de l’humanité / nature se créent et les anciennes technologies de coexistence, de survie et de ré-existence de l’humanité et de la planète sont récupérées. Les mouvements des travailleurs ruraux sans terre, des quilombolas, des riverains et des peuples de la forêt et des eaux, des petits paysans et des agriculteurs familiaux, des sans-abri, des féministes, des écologistes, des organisations syndicales et associatives de les travailleurs, la noirceur, la jeunesse, les LGBTQ + et les mouvements populaires les plus divers résistent, sauvant les enseignements ancestraux autochtones et afro-américains, tout en unissant théorie et pratique pour rétablir les relations avec la nature et entre les humains . Nous nous reconnaissons dans ces luttes et y participons,

Appel à la construction d’une stratégie de transition commune

Il s’agit d’un premier appel à la construction collective d’un projet de transition profonde des écosystèmes au Brésil, qui formule des alternatives capables d’interrompre le long cycle de destruction du capitalisme mondial fossiliste et de reconstruire un horizon du futur, perdu dans notre présent tragique.  Ce projet ne peut être que le résultat d’une réflexion et d’une action collectives, capables d’intégrer diverses formes de connaissances, connaissances, expériences et technologies -à la fois celles reconnues comme «scientifiques» et celles de la tradition millénaire que le racisme a qualifiées de «populaires» pour exproprier les peuples de leur richesse. Ce projet doit résulter de la convergence de différents protagonistes, dans une mosaïque capable d’imaginer et de construire de vraies alternatives, dans toute notre diversité. Nous recherchons une formulation capable d’articuler les différentes dimensions qui impliquent la crise écosystémique dans un processus de transformation des relations de production et de reproduction du vivant, en propositions et programmes d’action concrets, à tous les niveaux et avec tous les acteurs impliqués, chacun avec leur degré de responsabilité pour les problèmes et les solutions correspondantes.

Il ne s’agit pas seulement de formuler des propositions concrètes, mais de les articuler dans une stratégie de transition vers un autre paradigme de société, l’écosystème. L’avenir commence à se construire ici et maintenant, mais sans une boussole qui nous guide dans les alliances politiques, dans les territoires et dans la temporalité des différentes initiatives, des acquis importants peuvent être perdus et céder rapidement la place à de grands revers, comme ceux que nous vivons aujourd’hui. Nous devons être en mesure de lier les mesures de maîtrise des catastrophes et les réformes que nous savons être d’urgence, aux luttes pour la justice sociale et environnementale et aux propositions législatives durables. Mais elles ne seront rendues possibles qu’avec la construction de la force sociale et politique capable d’imposer son efficacité,

Un agenda ouvert et ciblé

Nous devons élaborer des réponses urgentes, mais pas précipitées. En regardant vers l’avenir, nous ne sommes pas autorisés à commettre les erreurs du passé. Les lignes directrices ci-dessous sont des axes pour une transition écosystémique au Brésil qui, sans négliger la situation actuelle, cherche à aller aux racines des problèmes, articulant la justice sociale et environnementale. Ils doivent être approfondis et déployés à la fois dans des orientations transversales et dans des politiques spécifiques.

Recomposer et réorienter les politiques environnementales.Nous devons défendre et recomposer la politique et le système de gestion et de contrôle de l’environnement, dégradés par les gouvernements récents, et les réorienter, afin qu’ils acquièrent une signification stratégique. Les politiques environnementales ne sont pas un obstacle, mais une condition préalable à toute avancée sociale au Brésil, s’articulant avec les engagements internationaux pris par l’État brésilien. Ils doivent être défendus et renforcés dans les domaines législatif, juridique, administratif et des politiques publiques. Il est nécessaire de repenser les politiques étatiques et municipales dans une perspective socio-environnementale et de recomposer techniquement et financièrement les organismes qui mettent en œuvre les politiques foncières et environnementales, pour l’inspection des unités de conservation et les impacts environnementaux des entreprises et le contrôle des zones déboisées.

Zéro déforestation avec gestion et restauration des forêts avec des espèces indigènes. En forêt, il est urgent de parvenir à zéro déforestation – en grande partie produite par l’élevage -, en réduisant la contribution de ce secteur aux émissions nationales (44%), mais aussi en garantissant l’immense socio-biodiversité présente dans nos biomes. Nous devons encourager, favoriser et protéger les Réserves Extractives (RESEX), les Réserves de Développement Durable (RDS), les Aires Naturelles Privées de Protection (RPPN), les Aires de Protection de l’Environnement (APA) et l’ensemble du Système National d’unités de Conservation (SNUC) , ainsi que la reformulation de la politique pour l’Amazonie, le Pantanal et tous les autres biomes menacés au Brésil, dont la législation spécifique n’est actuellement pas respectée.

Défendre la démarcation immédiate, l’autonomie des territoires et les droits de la nature. Il est essentiel, face à la violence et à l’autoritarisme, de renforcer l’autodétermination des peuples et les droits de la nature par l’autodéfense des «défenseurs» et des «défenseurs» des territoires, le soutien mutuel et la solidarité. Il est urgent de garantir la démarcation et le respect des terres autochtones, des communautés quilombola et des travailleurs agroextractifs. Mettre fin à l’exploitation minière et à l’exploitation forestière illégales en Amazonie et assurer la protection des zones exemptes d’exploitation minière – en mettant l’accent sur les territoires des peuples autochtones et, en particulier, en isolement volontaire ou lors de contacts récents -, contenir l’avancée de la frontière agricole jusqu’au Cerrado , L’Amazonie et le Pantanal et le renforcement des mesures de lutte contre les incendies criminels sont des mesures fondamentales pour empêcher la destruction de ces écosystèmes. Le droit à une consultation gratuite, Le consentement préalable et éclairé doit être garanti aux peuples autochtones, aux quilombolas et aux communautés traditionnelles (garanti par la Convention 169 de l’OIT), sur la base des protocoles communautaires qu’ils ont élaborés. Cela signifie aussi, de tous côtés, lutter contre l’appropriation privée des territoires, les mégaprojets et les mines prédatrices qui sont source de souffrance et de mort.

Développer l’agroécologie et la souveraineté alimentaire, en organisant une réforme agraire populaire.Le modèle de production basé sur les grandes propriétés, les monocultures, l’exploitation animale industrielle et l’intensification technologique et de crédit rend difficile l’accès à des aliments sains et les rend chers et concentrés dans les supermarchés. Arrêter la destruction et créer de vastes programmes de reconstruction de ce qui a été détruit nécessite de faire face de front aux responsables et à leurs intérêts, encadrer l’agro-industrie, le secteur ruraliste influent dans les trois puissances de la République et tous ses tentacules, y compris les accords de libre-échange, et aller de l’avant. dans une réforme agraire populaire. Parallèlement aux campagnes de dons alimentaires en période de pandémie et aux initiatives qui articulent campagne-ville, il est nécessaire d’élargir et d’améliorer la construction de l’agroécologie et de la souveraineté alimentaire comme seul moyen de mettre fin à la faim et de garantir le droit à une alimentation saine et de qualité. Cela nécessite également la prise en compte de la justice reproductive, des politiques de santé collective et préventive, ainsi que des réparations économiques, culturelles et socio-historiques aux peuples sécularisés pour garantir le modèle actuel de reproduction capitaliste et les relations humaines et environnementales.

Protégez les systèmes d’eau et d’eau.Le Brésil est confronté à une pénurie d’eau croissante. La sécurité de l’eau de la population est subordonnée aux intérêts de l’agro-industrie, des sociétés minières, des entrepreneurs et des concessionnaires privés de services publics. L ‘«industrie de la sécheresse» prend de nouvelles formes, générant des déchets, des crises de l’eau et des bassins versants. L’eau, réduite à une marchandise, crée des risques croissants pour l’ensemble de la société. Mais c’est un bien commun et il faut être disponible, de qualité, pour répondre aux besoins humains et aux autres êtres de la planète, à travers les services publics. Nous devons reprendre la protection de nos rivières et aquifères menacés; l’eau nécessite une administration démocratique et participative, avec une répartition des responsabilités et des arrangements institutionnels complexes.

Transition énergétique et productive, visant à vaincre l’utilisation des énergies fossiles. Nous devons relever le défi de la décarbonisation de la matrice énergie et transports, en adoptant des sources plus propres, renouvelables et adaptées aux besoins actuels. Il doit accompagner une civilisation qui dé-marchandise, démocratise et décentralise les alternatives. Une alternative énergétique modifie également la demande dans la direction opposée au modèle de consommation et de production «infini» actuel guidé par le Nord au prix d’exploiter des milliards. Cela nécessite d’assurer la création de véritables emplois verts, capables de permettre un passage des activités liées à la production de biens et services à fort impact générant des gaz à effet de serre à des activités plus harmonieuses et même durables.

Un nouveau modèle de ville et de consommation .Nos villes doivent être transformées. La spéculation immobilière monopolise les régions centrales, leurs structures et leurs services, poussant vers les périphéries la population appauvrie et les activités les plus polluantes. Nous devons repenser la mobilité urbaine, basée sur des systèmes de transports publics accessibles et avec une interconnexion entre différents modes bas carbone, qui décourage l’utilisation de véhicules privés et de dimensions et de consommation inutiles. Il est tout aussi important de garantir le droit au logement et la démocratisation de la ville, qui comprend également, entre autres: le logement durable; combattre une logique capacitiste de gestion urbaine; la captation de l’énergie solaire, des systèmes de ventilation et de refroidissement à faible consommation, avec une distribution des biens et services de manière plus rationnelle; le renforcement de l’économie locale et solidaire, avec l’expansion du recyclage et de la réutilisation des matériaux et des eaux usées. Sans justice socio-environnementale, il n’y a pas de droit à la ville!

Une construction collective

L’économie fossiliste et prédatrice de la nature dans laquelle nous vivons est étroitement liée à la logique financière, de production et de croissance à tout prix, de la concurrence sans restriction, de l’austérité fiscale, de la concentration des revenus, de la propriété et du pouvoir et la génération des inégalités et des exclusions en vigueur. De même, une transition écosystémique est associée à une logique économique de bien-être, garantie de revenus, de services et de droits, emplois verts, coopération et solidarité, priorité à la reproduction et au bien-vivre, dont nous comprenons et inclurons les ramifications dans nos futures propositions .

Notre point de départ est d’affirmer que la construction cohérente d’alternatives éco-sociales n’est pas une tâche pour un horizon lointain. Des pratiques, des horizons et des politiques de justice socio-environnementale existent, sont déjà pratiqués et peuvent être élargis. Cependant, les «îlots de résistance» ne suffisent pas. Face aux polarisations simplifiées et au discours selon lequel «il n’y a pas d’alternative», il est nécessaire de faire progresser l’amplification d’un autre paradigme qui défend radicalement la vie et toutes ses dimensions et s’interface avec la classe, le genre, la race et les groupes ethniques dans la nature. Construire une transition écosystémique n’est plus un choix, c’est une nécessité.

Les directives ci-dessus évoquent à la fois des tâches collectives de formulation politique et des mouvements pratiques qui devraient impliquer des millions de personnes. Notre prochaine étape sera maintenant de développer ces lignes directrices en solidarité avec les objectifs de cet appel.