Prendre Haïti au sérieux

Pablo Stefanoni, Mars 2019

 

Encore une fois, l’image d’Haïti est celle des manifestations, du vandalisme et des barricades dans les rues. Haïti est souvent décrit à partir d’approches qui mettent en avant son « unicité », son « malchance », ses catastrophes naturelles et sociales, et finissent par folkloriser le pays qui vit aujourd’hui une nouvelle crise largement associée au rejet de la corruption. La sociologue et politologue Sabine Manigat, de l’Université Quisqueya, passe en revue la situation de la nation des Caraïbes.

Qu’est-ce qui a déclenché l’actuelle rébellion sociale en Haïti?

Nous pouvons parler d’une coïncidence dans le temps entre l’aggravation accélérée de la situation socio-économique des majorités – y compris un secteur important des classes moyennes appauvries – et l’échec évident de la formule gouvernementale issue des élections de 2016 qui ont porté au pouvoir Jovenel Moïse, un sujet de Michel Martelly.

Les premières émeutes du début juillet 2018 étaient une indication prémonitoire de la hausse du prix des hydrocarbures mais également du coût de la vie élevé. Alors que l’inflation a enregistré de nouveaux records entre avril et juin, la monnaie nationale s’est rapidement dévaluée. La politique de plus en plus fermée du gouvernement dirigé par Moïse était incapable de concrétiser certaines de ses promesses électorales, notamment celles relatives aux services de base (électricité) et au niveau de vie (après deux ans au pouvoir). augmentation de l’emploi et de la production agricole).

Tout cela se produit dans un environnement de corruption de plus en plus effrontée qui implique également le Parlement. Jean Henri Ceant, Premier ministre nommé après les émeutes de juillet, hors du courant Lavalas (de l’ancien président Jean Bertrand Aristide), n’a pas pu opérer le rapprochement nécessaire entre l’opposition (à laquelle il appartient) et le parti au pouvoir (le Partido Haïtien Tèt Kale). L’obstination de la présidence, qui refuse une réelle ouverture, conjuguée à l’impuissance d’un Premier ministre, qui n’a pas été en mesure de régler les problèmes les plus brûlants, a entraîné une augmentation du mécontentement avec la manifestation historique du 17 octobre et la aussi massif du 18 novembre, tous deux suivis de journées d’incertitude et surtout de silence assourdissant des autorités.

La rébellion sociale actuelle couvre de larges couches du corps social et concerne divers acteurs, y compris le secteur privé. Par conséquent, cela peut être décrit comme une remise en question de tout un système, résultat de son épuisement et de la surdité de ses dirigeants.

Haïti a été déçu par le gouvernement de Jean Bertrand Aristide, un tremblement de terre qui a détruit une grande partie de la capitale, l’arrivée au pouvoir d’un musicien extravagant (Michel Martelly), une mission militaire multinationale (la Minustah), où penseriez-vous une recomposition d’état?

Sans aucun doute, ces événements ont eu un impact et ont construit une certaine image d’Haïti, sa « singularité », son « malchance », un « cas désespéré ». Mais au-delà de ces étiquettes, qui disent quelque chose mais déforment et « folklorisent » l’histoire et les problèmes d’Haïti, nous devons conserver et centrer notre réflexion sur la faible gouvernance du pays, en particulier après la décomposition de l’ordre dictatorial Duvalier.

La disparition en 1986 du contrôle politique et social de la dictature a révélé l’étendue de l’exclusion qui constitue la base d’un système injuste, patrimonial et clientéliste. Ce système est épuisé et les expériences d’Aristide ou de Martelly ont été l’expression des tentatives infructueuses de changement et de résistance opposées par les classes dirigeantes. Les soulèvements actuels ont été précédés par d’autres signes prémonitoires, tels que la difficile transition de 2015-2016.

Si nous voulons « prendre ce pays au sérieux » – comme le disait gentiment le politicien et universitaire Leslie Manigat – et analyser Haïti avec les outils et les concepts scientifiques et politiques actuels, nous devons prendre en compte l’échec historique des oligarchies successives dans la mise en oeuvre d’un projet. L’irruption des exclus, c’est-à-dire de l’immense majorité des 11 millions d’Haïtiens, sur la scène politique et de leurs demandes à prendre en compte, est ignorée depuis plus de trente ans. Aujourd’hui, la devise n’est plus  » changer l’Etat « , mais radicalement  » changer le système « .

L’analyste n’a aucune raison d’être optimiste, car on enregistre des siècles d’ignorance totale et un mépris systématique pour l’intérêt général le plus fondamental des élites du pays, et le manque de préparation pour faire face au changement. transformé en un besoin pressant. Cependant, la maturité croissante démontrée par une opinion publique aujourd’hui plus éduquée et informée, plus consciente de ses droits et plus mûre dans ses revendications, nous donne plus d’espoir.

Quel rôle la corruption a-t-elle joué dans l’utilisation des ressources de Petrocaribe dans le déclenchement de la crise? Quels ont été les avantages du partenariat avec le Venezuela?

La question de la corruption a sans aucun doute joué un rôle dans le déclenchement de la crise. À cet égard, un précédent important est souvent ignoré. Le secteur de la « démocratie radicale », référencé à la voix de l’avocat et militant André Michel, avait déjà lancé il y a plus d’un an une demande publique contre l’État sur l’utilisation des fonds Petrocaribe.

L’initiative, de nature juridique, avait une portée plutôt symbolique mais atteste des inquiétudes suscitées par l’ampleur du phénomène de la corruption. En fait, à partir des années 2010, entre le gaspillage des fonds reçus par Haïti après le séisme et la manne du programme Petrocaribe , des centaines de millions de dollars de trafic ont transité par le pays. Ils ont été évalués à environ 3 000 millions  provenant du programme Petrocaribe. Mais c’est sans doute la mobilisation des jeunes issus des réseaux sociaux qui a condensé les frustrations et les demandes de différents secteurs, dont certains jusqu’alors passifs ou futurs. La manifestation du 17 octobre a été convoquée pour demander des comptes aux fonds de Petrocaribe et a rassemblé des centaines de milliers de personnes de différents groupes sociaux. C’était une manifestation essentiellement citoyenne pacifique, comme ce fut le 18 novembre. L’absence absolue de réponse du gouvernement a grandement contribué à l’expansion des revendications et à la radicalisation de leurs expressions.

En ce qui concerne les relations avec le Venezuela, il s’agit d’une aide fraternelle d’un pays qui, pour des raisons historiques, a manifesté une solidarité particulière avec Haïti. Le régime de Chavez a non seulement refusé de participer militairement à la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah), mais a également contribué à divers projets de développement social et proposé le programme Petrocaribe. À propos de l’utilisation de ces fonds manque d’informations. Le rapport de la Cour supérieure des comptes recense des travaux jamais terminés ou incomplets, tels que les dix complexes sportifs non fonctionnels, le marché aux poissons de la capitale dont la construction a été interrompue, un viaduc à peine esquissé … appartenant au plus haut niveau de l’appareil d’État, y compris le président.

Quel genre d’organisations ont commencé les manifestations?

Une constellation d’organisations et de secteurs devrait être considérée. L’élément déclencheur, la hausse des prix des hydrocarbures, a naturellement soulevé la question des fonds Petrocaribe. D’où la formation dans les réseaux sociaux du mouvement «petrochallengers» (un réseau de jeunes utilisateurs d’Internet) qui a appelé à la marche en octobre dernier. L’opposition radicale, accusée de profiter du mouvement pour obtenir des revenus politiques, possède néanmoins une certaine capacité de convocation. Les organisations de défense des droits de l’homme et civiques ont également joué un rôle. C’est vraiment un petit mouvement policlassiste organisé, essentiellement enraciné dans le mécontentement populaire. La faible tradition organisationnelle en Haïti, associée au manque de crédibilité des partis politiques, donne à ces protestations une image (fausse) de «spontanéité des bases». En réalité, il y a des acteurs derrière le rideau, ce que l’on ignore, c’est le poids de chacun.

En raison de son caractère spectaculaire et de l’utilisation de ses images dans la presse, il est nécessaire de mentionner les barricades et les blocages des rues et des routes associées. Ils sont certainement une expression populaire des manifestations dans le quartier. Mais ils sont aussi généralement organisés par une force disponible de chômeurs, payés plusieurs fois par des hommes politiques ou des hommes d’affaires. Ils remplissent une fonction de discrédit des manifestations, qui sont annoncées puis rapportées sous le seul angle de la violence. Mais ce ne sont ni les expressions les plus importantes ni les plus nombreuses.

Comment est la situation actuelle?

Il existe une multitude de consultations, regroupements et propositions, formulés à la fois par des citoyens et des organisations politiques. Et ces groupes ont commencé à dialoguer. Cependant, les divisions prédominent toujours, à tous les niveaux:

-Divisions au sein du système politique: au sein du pouvoir exécutif (les différends entre le président et le Premier ministre sont publics) et au sein de l’appareil d’État (l’exécutif ignore le Parlement, ce qui le met en garde et menace le président d’un procès pour haute trahison); le système judiciaire est divisé entre un secteur politisé (ceux proches du gouvernement) et un autre impuissant. La police reçoit à son tour des ordres pour protéger la propriété et réprimer les émeutiers qui ne se conforment pas toujours (il y a la passivité suspecte de la police lors des émeutes de juillet 2018).

-Divisions entre oppositions et entre groupes sociaux (y compris l’oligarchie dominante). La soi-disant « opposition radicale » n’a plus le monopole des appels, mais les appels à manifester, à la fois en novembre et en février, étaient plutôt parallèles qu’accordés. Aujourd’hui, des voix appellent au départ de Moïse: l’opposition « modérée » social-démocrate et de centre-droit, des éléments du secteur privé s’expriment en ce sens alors que les alternatives à cette option (dialogue, avec ou sans conditions) sont lointaines produire un consensus.

Les entreprises elles-mêmes, à travers le Forum du secteur privé, parlent d’une seule voix pour demander la préservation de leurs intérêts en tant que « fournisseurs d’emplois », mais sont divisées sur la meilleure formule pour sauver le système: accorder des mesures d’aide socio-économique, garder l’équipe dirigeante?, sacrifier Moïse pour sauvegarder le système? Proposer un nouveau modèle de modernisation sacrifiant l’économie patrimonialiste?

De tout cela résulte l’absence d’une formule pour sortir de la crise. De plus, les négociations et les consultations qui se déroulent chaque jour dans les cercles de pouvoir se déroulent dans un contexte d’opacité totale. Cette incapacité des forces nationales à développer une solution endogène fait craindre à Haïti de devoir accepter (encore une fois) un patch imposé par ses « amis » de la « communauté internationale ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici