Sankara n’est pas mort

0
131

BENJAMIN TALTON, Africa is a country, 16 février 2021

Le révolutionnaire anticolonial Thomas Sankara s’est battu pour transformer le Burkina Faso en une nation véritablement indépendante et autonome avant son assassinat en 1987. Mais comme le montre un film récent, l’héritage de Sankara continue d’inspirer des luttes contre l’oppression malgré les efforts des élites dirigeantes pour l’effacer. mémoire publique.

Thomas Sankara, révolutionnaire socialiste et président du Burkina Faso de 1983 à 1987.

La ligne ferroviaire unique du Burkina Faso part d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, sur la côte atlantique et s’étend vers le nord sur six cents kilomètres jusqu’à la capitale et la plus grande ville, Ouagadougou. Le chemin de fer a été créé par l’administration coloniale française et son itinéraire est resté inchangé jusqu’à ce que Thomas Sankara arrive au pouvoir en Haute-Volta en 1983 par un coup d’État militaire. En 1985, son gouvernement a commencé à travailler sur l’extension de la voie ferrée vers le nord. Cet effort comprenait ce que l’on appelle désormais la «bataille des chemins de fer». Des citoyens-travailleurs des villages situés le long du tracé prévu ont concouru en équipes pour déblayer la plate-forme et poser cent kilomètres de voie pour relier Ouagadougou à la ville de Kaya. L’initiative était la vision de Sankara du développement par et pour le peuple.

Le but ultime de Sankara pour la ligne de chemin de fer était de la prolonger plus au nord jusqu’à Tambao, à la frontière du Burkina Faso avec le Niger, où le plus grand gisement de manganèse de la région restait largement inaccessible par la route et donc inexploité. La révolution pour transformer le Burkina Faso en une nation véritablement indépendante et autodéterminée qui a cohérent le capital socialement et politiquement requis, et Sankara a envisagé le manganèse comme un moyen pour y parvenir. Le travail inspiré du peuple sur la ligne de chemin de fer a cessé le 15 octobre 1987, le jour où Sankara a été assassiné et son gouvernement a été renversé par un coup d’État orchestré par Blaise Compaoré.

Le film 2019 Sankara n’est pas mort («Sankara Is Not Dead»), qui fait partie du New York African Film Festival de cette année, raconte une histoire située dans l’euphorie de la Révolution populaire 2014 au Burkina Faso qui a mis fin aux vingt-sept de Blaise Compaoré -année d’adhérence sur le pays. Le film de la scénariste et réalisatrice Lucie Viver est un portrait magnifiquement tourné et marqué de manière expressive du Burkina Faso et de ses habitants en ce moment de changement incertain mais plein d’espoir. Il intègre la poésie et l’écriture de voyage, avec des épissures des discours de Sankara et des images de la révolution de 2014 pour capturer les expériences des gens à la suite du soulèvement.

Bikontine, protagoniste et narrateur du film, a conclu ses préparatifs pour quitter le pays pour l’Europe, lorsqu’il est emporté dans les manifestations de masse contre Compaoré et les célébrations ultérieures de la fin de son régime. Toujours agité mais résigné à rester dans le pays, du moins pour le moment, Bikontine se lance dans un voyage de découverte à travers son Burkina Faso natal – le pays des hommes droits – du sud au nord par chemin de fer, qui se terminerait sur le tronçon de piste abandonnée à la suite du meurtre de Sankara, avant sa destination à Kaya.

Au cœur du film se trouvent les conversations entre Bikontine et les gens qu’il rencontre dans la ville, les villes et les villages ruraux le long des pistes de son voyage vers le nord. Pendant ses brefs moments engagés avec eux, il s’immerge dans leur travail. Ces personnes apparemment ordinaires se révèlent extraordinaires à travers leurs conversations avec Bikontine et les histoires qu’elles racontent sur elles-mêmes et sur leur vie dans le pays.

Ce qui ajoute à la richesse du film, c’est sa vision révélatrice de la mémoire et de l’héritage de Sankara sans le centrer dans le récit. Ses discours et citations sont tissés dans des scènes comme des toiles de fond qui façonnent la mode du film. Pourtant, l’immense signification de Sankara pour le pays et ses habitants devient de plus en plus évidente pour les téléspectateurs et pour Bikontine à mesure que son voyage progresse.

Le sous-texte du film est l’échec évident de la mission de Compaoré d’effacer Sankara de la mémoire publique. Au cours de ce qu’il a appelé la «période de rectification», Compaoré a renversé les initiatives et innovations économiques de Sankara dans le pays. Il a démantelé les plans de mobilisation de Sankara pour construire des écoles et des dispensaires, ainsi que le projet visionnaire de Sankara pour rendre le Burkina Faso dépendant de ses propres ressources pour son développement. Le Burkina Faso a été réduit, une fois de plus, à la dépendance occidentale. Pour dépouiller davantage le pays des influences de Sankara, Compaoré a emprisonné, torturé et contraint à l’exil ceux qui avaient été fidèles à Sankara.

Pourtant, comme le titre du film le déclare et son histoire le prouve, Sankara n’est pas mort. Il a contribué à inspirer le peuple vers la révolution de 2014 qui a fait tomber le régime de Compaoré et les manifestations de masse de 2015 qui ont assuré une transition démocratique. Ce sont les enfants de Sankara . Ils reflètent une vague d’anti-autoritarisme dans le Sud. Grâce à l’art, à la culture populaire et à un regain d’intérêt pour les discours et les écrits de Sankara, Sankara est apparu à la fois comme une leçon sur les incertitudes du changement révolutionnaire et les possibilités de développement centré sur les personnes pour le présent et l’avenir.