Soudan : la révolution continue

Vijay Prashad, Tricontinental, 3 octobre 2019

Le 19 décembre 2018, un soulèvement a commencé au Soudan. Ce soulèvement aboutirait à la destitution du président soudanais – Omar al-Bashir – du pouvoir le 11 avril 2019. L’armée a organisé un coup d’Etat militaire conservateur pour faire avorter le courant révolutionnaire et maintenir la même vieille politique. Il a dissous le parlement et mis en place un régime militaire de deux ans dirigé par le Conseil militaire de transition. Les forces révolutionnaires – galvanisées au sein de l’Alliance de la liberté et du changement, avec le Parti communiste soudanais et l’Association des professionnels soudanais au front – poursuivent leur progression, déterminées à faire une révolution complète.

Les affrontements entre le Conseil militaire de transition et l’Alliance de la liberté et du changement se poursuivent. Cela pourrait aboutir à une solution semblable à celle de l’Égypte, où le régime militaire se présenterait comme un parti démocratique, ou bien aller de l’avant avec une démocratie révolutionnaire.

Pourquoi le peuple soudanais s’est-il élevé?

En 2018, les pressions sociales négatives se sont multipliées en raison de la stagnation de l’économie soudanaise. Le taux de croissance est tombé à -2,3% cette année-là. Cela était dû à au moins quatre raisons:

  1. Omar al-Bashir était au pouvoir depuis 1989. Il a dirigé deux guerres meurtrières au cours de cette période. La première guerre a opposé le nord et le sud du pays. Elle a duré de 1983 à 2005 et a entraîné la mort de deux millions de personnes, le déplacement de quatre millions de personnes et la partition du pays. au Soudan et au Sud-Soudan en 2011. La deuxième guerre a eu lieu dans la province du Darfour, entraînant la mort de millions de personnes et la destruction de cette vaste région marginalisée profondément touchée par la dessiccation du désert du Sahara. Les deux conflits ont affaibli le Soudan.
  2. Pétrole. L’économie soudanaise est tributaire des exportations de pétrole, la majeure partie du pétrole se trouvant dans le sud du pays. Avec la partition du Soudan, le Soudan a perdu 75% de ses réserves de pétrole au profit du Soudan du Sud. Néanmoins, en 2008, 21,5% du PIB du Soudan provenait des exportations de pétrole (avec un taux de croissance de 11,5%). Lorsque les prix mondiaux du pétrole se sont effondrés en 2014, l’économie du Soudan a connu un déclin rapide.
  3. En 2017, le Soudan avait une dette extérieure de plus de 50 milliards de dollars, soit 61% de son PIB, dont environ 84% en retard. Le Soudan devait 89% de cette dette aux pays et aux banques commerciales (le reste aux institutions financières internationales). En novembre 2017, le FMI a recommandé au gouvernement soudanais de supprimer les subventions versées au pain et au carburant et de dévaluer la livre soudanaise. Le gouvernement a suivi les conseils du FMI. Déjà, 50% de la population soudanaise vivait dans la pauvreté. La situation est devenue incontrôlable après les réductions de subventions et la dévaluation.
  4. Depuis 1976, le Soudan a basculé dans la vision du monde de l’islam politique. Le dictateur soutenu par les Etats-Unis, Jaafar al-Nimeiri, s’est allié aux Frères musulmans cette année-là. Un soulèvement de masse a éclaté en avril 1985, entraînant le renversement du régime al-Nimeiri et ouvrant la voie à la restauration d’un processus démocratique. Des tentatives ont été menées entre 1985 et 1989 pour trouver une solution pacifique à la guerre civile dans le Sud et pour abolir la loi islamique introduite par al-Nimeiri et l’Alliance des Frères Musulmans. Cependant, le processus démocratique a été de courte durée. En juin 1989, les Frères musulmans organisèrent un coup d’État, renversèrent le gouvernement élu démocratiquement et dissolvèrent le Parlement, les partis politiques, les syndicats et toutes les organisations de la société civile. Il a imposé le régime le plus réactionnaire aboutissant à la poursuite de la guerre au Sud, le licenciement de plus de 250 000 travailleurs et fonctionnaires, ainsi que la création de «maisons fantômes» dans lesquelles les dirigeants des forces démocratiques ont été torturés (et parfois tués). Omar al-Bashir, qui a hérité de ce régime, a poursuivi le programme des Frères musulmans. Plutôt que de s’attaquer aux graves problèmes politiques, économiques et sociaux au Soudan, les gouvernements d’Al-Nimeiri et d’Al-Bashir se sont cachés derrière un agenda culturel rigoureux (comprenant des lois sur le blasphème, des lois contre les droits des femmes et des politiques contre la diversité des peuples soudanais). et culture). Al-Nimeiri et Al-Bashir sont tous deux tombés parce qu’ils n’avaient pas de réponse aux crises économiques; leur seule réponse a été la répression contre les émeutes du FMI. Omar al-Bashir, qui a hérité de ce régime, a poursuivi le programme des Frères musulmans. Plutôt que de s’attaquer aux graves problèmes politiques, économiques et sociaux au Soudan, les gouvernements d’Al-Nimeiri et d’Al-Bashir se sont cachés derrière un agenda culturel rigoureux (comprenant des lois sur le blasphème, des lois contre les droits des femmes et des politiques contre la diversité des peuples soudanais). et culture). Al-Nimeiri et Al-Bashir sont tous deux tombés parce qu’ils n’avaient pas de réponse aux crises économiques; leur seule réponse a été la répression contre les émeutes du FMI. Omar al-Bashir, qui a hérité de ce régime, a poursuivi le programme des Frères musulmans. Plutôt que de s’attaquer aux graves problèmes politiques, économiques et sociaux au Soudan, les gouvernements d’Al-Nimeiri et d’Al-Bashir se sont cachés derrière un agenda culturel rigoureux (comprenant des lois sur le blasphème, des lois contre les droits des femmes et des politiques contre la diversité des peuples soudanais). et culture). Al-Nimeiri et Al-Bashir sont tous deux tombés parce qu’ils n’avaient pas de réponse aux crises économiques; leur seule réponse a été la répression contre les émeutes du FMI. et politiques contre la diversité des peuples et de la culture soudanaises). Al-Nimeiri et Al-Bashir sont tous deux tombés parce qu’ils n’avaient pas de réponse aux crises économiques; leur seule réponse a été la répression contre les émeutes du FMI. et politiques contre la diversité des peuples et de la culture soudanaises). Al-Nimeiri et Al-Bashir sont tous deux tombés parce qu’ils n’avaient pas de réponse aux crises économiques; leur seule réponse a été la répression contre les émeutes du FMI.

Comment le peuple soudanais s’est-il élevé?

Le soulèvement a commencé à Atbara, une ville ouvrière qui avait vu naître le mouvement syndical soudanais dans les années 1940. Le reste de cette lutte et de la lutte victorieuse pour renverser le dictateur soutenu par les Britanniques, Ibrahim Abboud (en octobre 1964) et al-Nimeiri (avril 1985), subsistent.

Un éventail de formations politiques plus anciennes (le Parti communiste soudanais et l’Union des femmes soudanaises) et de nouvelles formations (l’Association des professionnels soudanais, formée en 2016 par 17 syndicats) ont rejoint la lutte en cours contre des groupes de la société civile et des partis politiques aux côtés d’un nouveau groupe. dont le nom définit la température, Girifna – «Nous sommes dégoûtés». Ces groupes se sont réunis autour d’une Déclaration de liberté et de changement, appelant à une démocratie complète sur la politique et l’économie du pays, ainsi qu’à un engagement en faveur de la santé, de l’éducation, du logement et de la protection de l’environnement, ainsi qu’à la formation immédiate. d’un Comité national pour la Constitution. Cette déclaration lie les différents acteurs politiques dans une unité étroite.

Qu’est-ce qui est possible au Soudan?

Pour le moment, l’armée semble avoir le dessus. Face à la détermination et à la poursuite héroïque du mouvement de protestation de masse dirigé par l’Alliance pour la liberté et le changement et au soutien d’officiers subalternes, la junte militaire a accepté les propositions de compromis de l’Union africaine visant à partager le pouvoir avec l’alliance pour les trois prochaines années. L’armée n’est pas prête à écraser le mouvement, car de nombreux sous-officiers subalternes sont sensibles à ses objectifs. Cela ne signifie pas que l’armée – comme al-Bashir avant elle – n’a pas utilisé la violence. Il a. Mais l’alliance, enracinée dans la Déclaration, a été résiliente. Pour eux, le processus révolutionnaire n’est pas terminé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici